Voiture d'occasion : l'acheter et bien la revendre

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Acheteret revendre sa voiture d'occasion
© Istock

Une voiture neuve se dévalorise très vite

Pour beaucoup d’automobilistes, le principal poste de dépense est la dévalorisation de leur auto. C’est le cas du million de particuliers qui achètent une voiture neuve et voient la valeur de leur véhicule fondre de moitié en trois ans. Et même s’ils l’ont achetée avec un gros rabais (− 23 % en moyenne en 2017).

Les acheteurs de voitures d’occasion (5,8 millions d’unités vendues en 2019) s’en sortent mieux car la décote diminue avec le temps. « En moyenne 25 % la première année, 18 % la deuxième, 15 % la troisième, 12 % la quatrième et 10 % les suivantes, jusqu’à dix ans », précise Manuel Cailliot, spécialiste de l’occasion du site internet Caradisiac.com.

5,8 millions de voitures d'occasions ont été achetées en 2019.

Acheter une voiture d'occasion

Si la fiabilité prime et que l’on déteste voir sa voiture immobilisée (et son budget ponctionné) par de grosses réparations, un modèle de 2 ans et de 30 000 kilomètres est pertinent. Ou mieux, une occasion « 0 km », immatriculée pour gonfler artificiellement les résultats, puis bradée de 20 à 40 %. On la revendra avant le cap des 100 000  kilomètres, qui marque une revente plus difficile et les premiers gros frais d’entretien.

Pour faire des économies, il est préférable d’acheter une voiture de 5 à 6 ans au-delà de 100 000 kilomètres ayant subi ces interventions (distribution, embrayage, etc.) et de la conserver jusqu’à ses 200 000 kilomètres, voire bien au-delà quitte à lui offrir un nouveau démarreur, un alternateur, des cardans, etc.

À ce stade, il faut faire moins cas du kilométrage que du sérieux et de la régularité de l’entretien, vérifiable sur les indispensables factures à demander. « Les voitures modernes sont conçues pour durer au moins 300 000 kilomètres si elles sont correctement entretenues », relève Manuel Caillot. 

Quel modèle d'occasion choisir ?

Évitez les autos les plus recherchées – les prix sont moins négociables – et privilégiez fins de série et modèles restylés, plus sûrs car leurs défauts de conception ont été corrigés. Renseignez-vous sur la fiabilité via internet (Fiches-auto.fr, Forum-auto.com, l’Argus.fr, Caradisiac.com, etc.). Attention, d’une année à l’autre, un modèle réputé pour son moteur en béton peut en avoir reçu un autre en cristal. Qui aura ensuite été fiabilisé à partir d’un certain millésime.

Où acheter sa voiture d'occasion ?

Les professionnels ne sont pas toujours plus chers et garantissent ce qu’ils vendent au minimum six mois. En cas de pépin ou d’anomalie, le recours sera aussi plus facile. Préférez les garages ou agents de marque aux marchands d’occasion, plus sujets aux problèmes de garanties bidon ou de compteurs trafiqués. Méfiance si la voiture vient de l’étranger. Dans tous les cas, n’achetez jamais sans les factures d’entretien qui attestent, avec les rapports de contrôle technique, de la réalité du kilométrage.

L’avis d’expert : Manuel Cailliot, spécialiste de l’occasion du site Caradisiac.com

L’art et la manière de revendre sa voiture

La mariée doit être belle : automobile nettoyée à fond, du dessous du capot aux encadrements des portes. Il existe des kits de débosselage ou de rénovation de phares faciles d’emploi. Mais gare aux retouches de peinture, remède souvent pire que le mal. Faire des photos horizontales dans un cadre valorisant avec le soleil derrière soi. Une de trois quarts avant, l’autre de trois quarts arrière en retournant la voiture pour montrer ses quatre côtés. Toujours prévoir des photos supplémentaires, les scans du livret et des factures d’entretien pour pouvoir satisfaire rapidement la curiosité d’un acheteur potentiel. Le texte de l’annonce doit être bref mais complet et transparent : historique d’entretien, interventions effectuées ou à prévoir, défauts mineurs, équipements optionnels, état des pneus et des freins. Pour définir le prix, mieux vaut étudier la moyenne des annonces concurrentes que la cote Argus. Et si l’on vend sur un site internet une auto peu connue, mentionner les modèles plus vendus fera remonter l’annonce parmi ceux-ci.

 

A lire aussi