Un casque vélo vraiment sûr !

Obligatoire pour les enfants, il assure la protection de tout cycliste en cas de chute. Conseils pour acheter le bon modèle.
3mn de lecture

Qu’ils soient passagers ou conducteurs, les cyclistes de moins de 12 ans doivent porter un casque de vélo, sous peine d’amende (135 euros, ou 90 euros si elle est payée rapidement). Pas les adultes. « Je ne suis pas favorable au port obligatoire pour les adultes, car cela diminuerait la pratique du vélo. Mais il faut savoir que, lors d’un accident ou d’une chute, 73 % des décès sont dus à des lésions à la tête », commente Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette. Reste à bien choisir ce casque.

L’homologation

L’étiquette intérieure CE mentionne la norme du casque : EN 1078. Elle est commune aux vélos, skates et rollers. Obligatoire, cette norme est de plus en plus contestée car elle ne teste que le sommet de la calotte, négligeant côtés et nuque, peu protégés par les modèles classiques. « D’où l’intérêt de choisir un produit plus couvrant et, idéalement, qui réponde en plus à d’autres normes, comme la EN 1077 des casques de ski. Plus un casque répond à des normes, plus il est efficace », précise Philippe Barichard, responsable de gamme des magasins Cyclable. Les normes américaines des VTT de descente (ASTM F1952-15) ou de BMX (ASTM F2032-15), plus sévères, sont ainsi recommandées pour les ados casse-cou.

Le design

La forme conditionne le confort. Un casque très échancré et aéré comme ceux des coureurs cyclistes sera confortable l’été mais risque d’être remplacé par un bonnet en hiver... À l’inverse, un casque typé ski, moins aéré et plus couvrant, fera transpirer de la tête en été. Ceux qui pédalent toute l’année gagneront à avoir deux casques.

La taille

L’étiquette indique le périmètre crânien en centimètres avec une fourchette de 3 à 4 cm permise par le système de réglage arrière. Pour un achat sur internet, il faut mesurer le tour de tête, du milieu du front à la bosse occipitale. Le tour de tête d’un bébé va de 35 à 49 cm, celui d’un enfant de 50 à 58 cm et celui d’un adulte de 54 à 64 cm. Les casques adultes conviennent donc aux enfants à partir de 7 ans. Mais rien ne remplace l’essai. Le casque, ajusté à l’aide du réglage arrière et avec la sangle correctement serrée, ne doit pas se déplacer si l’on secoue énergiquement la tête et ne doit exercer aucun point de pression ni gène.

La couleur

Un casque fluo est idéal pour la visibilité, contrairement au noir mat, prisé des adolescents. Mais mieux vaut les laisser choisir, car un casque noir porté est plus utile qu’un casque orange laissé au garage.

Les équipements

La lumière rouge à LED n’a d’intérêt que si l’on peut changer ou recharger sa pile bouton. Sur certains casques, elle ne se remplace pas. Mieux vaut acheter une lampe amovible et rechargeable (10 à 30 euros). La housse de pluie est utile, mais peut s’acheter séparément. Même réserve pour les garnitures intérieures amovibles et lavables dont les velcros se décollent très vite : il est préférable de passer une éponge humide et savonneuse de temps à autre à l’intérieur. En revanche, un grillage anti-insectes sur les aérations frontales, un réglage par molette crantée et une visière pare-soleil ou des oreillettes amovibles sont plus pertinents. Ceux qui pédalent en hiver, a fortiori sur un vélo électrique, peuvent prévoir un écran translucide qui protège les yeux de la bise.

df
Jean Savary
Publié le