Clubs de sport : attention au contrat !

6 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

De nombreux clubs de fitness proposent des forfaits à l'année, pour des tarifs allant de 500 € à 1 000 €, selon le standing et l'emplacement. Ces forfaits donnent accès à un vaste choix de disciplines à consommer en "libre-service", 7 jours sur 7, généralement de 7 à 22 heures, dans des salles souvent très équipées, avec parfois piscine en prime.

Étudiez les offres à la loupe

Mais les clubs de fitness n'ont pas toujours la forme qu'ils prétendent vendre à leurs clients citadins… Ils changent de nom, de propriétaire ou pire, font faillite.

Pour vous séduire, ils vous proposent des facilités de paiement qui s'avèrent être des contrats de crédit coûteux. Il faut donc se montrer prudent et étudier de près leurs offres.

S'abonner à l'essai pour tester un club ?

Il est d'usage de proposer à un futur client d'essayer gratuitement un cours ou quelques appareils. Mais ce n'est pas systématique. Pour vous faire une idée de la qualité des prestations, vous pouvez acheter des tickets d'accès pour une journée ou choisir un abonnement d'un mois au lieu de souscrire d'emblée un abonnement longue durée (souvent une année). Proportionnellement, ça vous coûtera plus cher, mais vous aurez le temps de vérifier que le principe vous convient, de juger les équipements, l'hygiène des lieux, la fréquentation…

Insistez pour visiter les locaux

Quelle que soit la durée de l'engagement que vous voulez signer, insistez pour faire le tour des locaux, sans oublier les vestiaires, les douches, les casiers fermant à clé pour déposer vos affaires, etc.

Que risque-t-on si on s'engage sur une longue période (2 ans, voire 5) ?

Plus votre abonnement est de longue durée, plus il y a de risques que le contrat ne vous convienne plus au bout d'un certain temps. Problèmes de santé, grossesse, déménagement, soucis financiers, changement d'emploi du temps ou simplement ouverture d'une salle plus proche de chez vous…, peuvent vous empêcher de fréquenter le club de remise en forme comme vous le souhaitiez.

Vérifiez que le contrat prévoit bien une possibilité de prolonger votre abonnement (pour une durée égale à celle de la suspension) en cas d'impossibilité de l'utiliser, ou de récupérer votre mise dans les cas extrêmes. Etudiez bien les conditions et les motifs de résiliation précisés dans le contrat.

Autre danger, la fermeture du club. S'il fait faillite et ne fait pas partie d'une chaîne qui vous autorise l'accès à une autre salle, si vous vivez dans une petite ville où le club n'a qu'une enseigne…, vous risquez d'avoir payé cher un abonnement et de ne plus avoir accès à aucun service. Mieux vaut donc ne pas vous engager pour plus d'une année. En cas de liquidation judiciaire, sachez toutefois que votre abonnement constitue une créance à l’encontre de la salle de sport. Vous vous rapprocherez alors du représentant des créanciers désigné par le tribunal ayant prononcé le jugement d’ouverture de la procédure de redressement judiciaire. Ceci, dit, n’étant pas un créancier privilégié, votre démarche a très peu de chances d’aboutir.

Le paiement par mensualités est-il une bonne solution ?

Si vous vous abonnez sur une longue durée, on vous proposera vraisemblablement de payer par prélèvements mensuels sur votre compte bancaire. Attention, on ne vous l'annonce pas toujours très clairement, mais c'est en fait un crédit que vous souscrivez en même temps que votre abonnement à la salle de sport.

Et il s'agit la plupart du temps d'un crédit renouvelable, au taux parmi les plus chers du marché. Si vous voulez étaler les paiements, négociez plutôt un crédit auprès de votre banque.

Préférez un crédit affecté (lié à votre abonnement) plutôt qu'un crédit renouvelable. Ainsi, si le club de sport met la clé sous la porte, votre crédit cessera en même temps que la fourniture des prestations.

Regardez donc attentivement les documents qui vous sont présentés et sachez qu'en cas de prêt, il faut absolument qu'on vous remette une offre préalable de crédit. Vous disposez alors d'un délai de quatorze jours pour vous rétracter et tout annuler.

Enfin, si on vous demande de remettre plusieurs chèques, en vous assurant qu'ils seront encaissés de façon échelonnée, sachez que rien n'interdit au destinataire des chèques de les encaisser tous en même temps. Soyez donc prudent.

Le prix proposé est-il négociable ?

Les prix doivent être affichés dans les locaux où est reçue la clientèle. Demandez bien ce qu’ils comprennent (accès à d'autres salles du réseau, fourniture ou non de serviettes de toilette, d'un peignoir, etc.).

Vous ne pourrez pas payer plus cher que ce qui est indiqué. En revanche vous pourrez négocier une remise en tant qu'ancien client ou en tant que membre d'un comité d'entreprise, d'une université, etc.

Faut-il souscrire une assurance spécifique ?

Si vous vous blessez lors de vos activités sportives, du fait d'un moniteur ou d'une installation, vous êtes couvert pas l'assurance que les responsables du club doivent avoir souscrite. Si c'est vous qui êtes à l'origine d'un accident, d'un dommage, c'est le volet responsabilité civile de votre multirisque habitation qui jouera. Inutile de payer un contrat supplémentaire si vous bénéficiez déjà de cette garantie. Mais si l’accident n'implique aucun responsable, vous ne bénéficierez que des prestations de l’assurance maladie. Il peut alors être intéressant de souscrire – si le club le propose – une assurance de personne qui verse un capital en cas de décès ou d’infirmité alors qu’il n’y a aucun responsable. Ou de vérifier si ce genre d’assurance ne serait pas proposée par votre carte bancaire ou dans le cadre d’une garantie des accidents de la vie.

En cas de vol de vos effets personnels dans un vestiaire, les gestionnaires du club sont tenus pour responsables, à moins qu'ils ne prouvent que toutes les mesures nécessaires ont bien été prises pour éviter ce genre d'incident.

Enfin, les clubs qui ne prévoient pas le report des mois inutilisés pour cause de maladie ou de grossesse proposent généralement une assurance permettant ce report, voire le remboursement en cas de mutation professionnelle dans une ville qui n'offre pas de club de la même enseigne.

Exigez un contrat dans les formes

Les contrats d'abonnement renferment parfois des clauses litigieuses dénoncées par la commission des clauses abusives (recommandation n°87-03 du 16/12/1987). Prenez donc quelques précautions.

  • Réclamez un contrat précis détaillant toutes les prestations fournies, les horaires d'ouverture, la possibilité d'accès à d'autres salles.
  • Demandez à l'examiner tranquillement chez vous, avant de le signer.
  • Si vous payez de façon échelonnée sur plus de trois mois, exigez la remise d'une offre préalable de crédit.
  • Refusez un contrat qui permet au professionnel de modifier unilatéralement les conditions de l'abonnement.
A lire aussi