Boudés en raison du Covid-19, les chèques-vacances vont baisser leur commission

Cet été, les chèques-vacances n'ont pas connu un vif succès. Le paiement dématérialisé encouragé par les professionnels du tourisme n'ont pas rendu la tâche facile aux Français souhaitant utiliser ce mode de paiement pour régler une partie de leurs vacances. La crise sanitaire incitant à la limitation des contacts n'a rien arrangé non plus.  

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© grinvalds

Chaque année, en moyenne, 11 millions de Français optent pour les chèques-vacances pour régler une partie des frais de leurs vacances : chambres d'hôtel, entrées au musée, sorties sportives ou autres loisirs. 

Mais cet été, ces derniers n'ont pas eu le vent en poupe. En effet, avec la crise sanitaire, de plus en plus de professionnels du tourisme encouragent la réservation en ligne et le paiement dématérialisé.

Le paiement sans contact est aussi largement mis en avant par les commerçants. Cela a donc rendu plus difficile l'utilisation des chèques-vacances, qui se présentent sous format papier. 

Les lieux culturels incitent au paiement dématérialisé

Beaucoup d'institutions culturelles ou musées, comme Le Louvre par exemple, demandent à leurs clients la réservation en ligne avec le paiement en ligne par carte bancaire. Il est donc impossible dans ce cas d’utiliser les chèques-vacances. 

Pour ceux qui veulent tout de même utiliser leurs chèques-vacances pour aller au musée, ils n'ont qu'une solution : se rendre directement sur place pour payer et revenir quelques jours ou heures plus tard, selon le créneau horaire de visite disponible.

Face à cette situation, des professionnels du tourisme ont décidé de s'adapter en facilitant le processus de règlement par chèque-vacances. Ainsi, pour une réservation au sein du groupe Accor, le client paye par carte bancaire au moment de réserver mais une fois sur place, il peut régler en chèque-vacances tout ou partie de sa réservation.

À savoir

Le chèque-vacances, notamment acheté par les comités d’entreprise et distribué aux salariés du public et du privé, est accepté par plus de 210 000 professionnels du tourisme (transports, hébergements, culture, sport, etc.), partout en France. Ces professionnels sont conventionnés par l'Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV). 

Une commission prélevée trop conséquente

En plus des problèmes rencontrés cet été par les clients pour payer en chèques-vacances, les professionnels sont également en colère contre l'ANCV qui a augmenté la commission prélevée de 1 % à 2,5 % en 2019. 

Ainsi, sur un chèque d'un montant de 50 €, le prélèvement est ainsi de 1,25 € au lieu de 50 centimes auparavant. Les professionnels estiment qu'en pleine crise, cette commission est trop élevée et le remboursement intervient trop tardivement. 

Une application de paiement dématérialisé à la rentrée

Les professionnels et les porteurs de chèques-vacances qui ont connu des difficultés vont peut-être se consoler de cette nouvelle : l'ANCV lancera en septembre une application de paiement dématérialisé : Chèque-Vacances Connect. 

Pour encourager les professionnels à l'utiliser dès la rentrée, l'ANCV a décidé de baisser sa commission à 1 % pendant six mois mais sous condition que les professionnels acceptent le Chèque-Vacances Connect en moyen de paiement.  

 

Partager cet article :