Vacances pas chères : conseils de pros

Des vacances d'été réussies, c'est désormais possible. Et c'est encore mieux en profitant de petites astuces et bons plans pas cher pour le logement et les déplacements, deux gros postes qui amputent le budget des voyageurs. En famille, à deux ou en solo, Suivez les guides !

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
8mn de lecture
Les vacances, une piscine
© Istock / SerrNovik

Se loger gratuitement (ou à prix tout doux)

Un lit gratuit chez l’habitant

À défaut de suspendre votre hamac dans la nature, inscrivez-vous gratuitement sur une plateforme de couchsurfing et découvrez l’art de squatter un canapé (couch, en anglais) en France ou à l’autre bout du monde sur Couchsurfing.com, BeWelcome.org, Hospitalityclub.org, Trustroots.orgLa-Voyageuse.com (119 euros par an) propose un hébergement sûr pour les femmes voyageant seules. Les renseignements sur les voyageuses comme des hébergeurs (femmes, familles ou couples) sont vérifiés.

Les + : gratuité totale (le plus souvent) ; rencontres en France et partout dans le monde.
Les − : réservé aux voyageurs en solo ou en binôme ; plus compliqué pour les hommes de trouver à se loger ; une pratique plutôt destinée aux moins de 30 ans.

Une chambre contre de menus services

Mettez vos compétences à profit pour être hébergé sans rien débourser. Par exemple, TalktalkBnb.com (inscription gratuite) propose l’échange suivant : une chambre et des dîners maison contre l’engagement de parler à votre hôte dans votre langue maternelle afin qu’il la pratique.

Plus prenant, le Wwoofing (World-Wide Opportunities on Organic Farms) est un mouvement mondial solidaire et écologique. On vous offre gîte et couvert contre une participation bénévole aux pratiques agricoles bio (cueillette, désherbage, etc.), pas plus de cinq heures par jour sur cinq jours. Comptez 25 euros l’adhésion annuelle (30 euros pour deux) sur Wwoof.fr.

Helpx.net (20 euros pour deux personnes et deux années d’inscription) donne accès à une communauté d’hôtes prêts à accueillir des voyageurs contre une aide ponctuelle, principalement dans des fermes, mais pas obligatoirement bio.

Workaway.info (39,99 euros par an pour une personne, 49,99 euros par an pour deux) propose des séjours vacances et travail dans plus de 170 pays. Contre quelques heures d’aide informatique, de jardinage, de cours de français, de garde d’enfant, de soins à des animaux, de ménage, etc. vous êtes hébergé et nourri.

Les +: rencontres en partageant des savoirs partout dans le monde dont la France.
Les − : temps libre amputé ; cela convient plutôt aux longs séjours, seuls ou à deux (les enfants sont parfois acceptés dans les hébergements).

L'échange de logement, un grand classique

Familles, couples, groupes d’amis (propriétaires ou locataires), échangez votre logement en vous inscrivant à des sites tels que HomeExchange.fr (130 euros par an), Homelink.org (125 euros par an), Intervac.fr (85 euros et 125 euros par an, selon que vous restez en France ou que vous partez à l’étranger), Profvac.com (60 euros par an, réservé aux enseignants et chercheurs). Vous ne payez plus rien ensuite, quel que soit le temps du séjour.

Comme il n’est pas toujours facile de trouver les candidats qui veulent venir chez vous au même moment que vous chez eux, de plus en plus de sites permettent un échange non simultané. Ainsi, vous habitez chez des amis ou dans votre famille, pendant que vos hôtes profitent de votre maison, et vous logerez chez eux à une autre période.

Plus astucieux encore dans la réciprocité, HomeExchange.fr propose que vous logiez chez un membre qui ne vient pas chez vous, mais qui accumule des « guest points » utilisables pour aller chez un autre membre. De votre côté, pendant vos absences, vous accueillez des membres qui vous font gagner des « guest points » à utiliser pour une autre offre de logement.

Les + : large offre en France et à l’étranger pour les familles, couples, groupes d’amis ou personnes seules ; formule très économique et conviviale.
Les − : l’exercice exige de l’anticipation si l’échange n’est pas simultané.

Le gardiennage d'une propriété

Prenez soin d’une maison, du jardin, d’animaux pendant l’absence des occupants, à la campagne, en ville, sur une île, partout dans le monde, pour un week-end, quelques semaines ou plusieurs mois.

Contre une adhésion annuelle, Ani-Maison.asso.fr (30 euros), Ani-Seniors.fr (20 euros), Homesitting.fr (59 euros), Ilidor.com (45 euros), TrustedHousesitters.com (89 euros) mettent occupants et gardiens temporaires en contact. Les résidents doivent montrer patte blanche (justificatif de domicile, assurance responsabilité civile, extrait de casier judiciaire, parcours professionnel, etc.).

Les + : pas question de réclamer de gros travaux au « gardien », juste de l’entretien courant de la maison, du jardin, des soins aux animaux ; engagement à dormir chaque nuit dans le logement, mais du temps libre pour visiter la région, sortir au restaurant…
Les − : solution réservée aux retraités, qui inspirent davantage confiance qu’une famille avec des enfants ; impossible d’inviter des tierces personnes sans l’autorisation des propriétaires.

Réservez votre hôtel en direct

Booking.com, Expedia.fr, Hotels.com, TripAdvisor.fr… Ces plateformes sont utiles pour repérer les hôtels (mais la liste n’est pas exhaustive), les chambres d’hôtes ou les campings d’une région. Pour éviter leurs pratiques pas toujours loyales (classement selon le taux de commission reversé au site, faux avis de ristournes, annonces de places erronées, etc.), consultez directement le site de l’établissement, afin de vérifier ses tarifs et ses disponibilités, puis négociez le prix par mail ou par téléphone.

✅ Vous pouvez aussi passer par le site FairBooking.com qui n’est pas une centrale de réservation mais un réseau associatif fédérant, en France et dans le monde, quelque 4 000 professionnels las de reverser des commissions élevées à des intermédiaires. Ils offrent le petit-déjeuner, un surclassement ou une réduction de 5 % à 10 % si vous réservez directement chez eux.

Des transports moins cher

Le covoiturage pour partager les frais

Une place dans votre voiture ? Proposez-la sur un site de covoiturage (inscription gratuite), comme BlaBlaCar.fr, FlixCar.fr, Mobicoop.fr, MyEcoCar.fr ou Tictactrip.eu. Vous réduirez vos frais de transport en fixant un prix qui permet de partager les notes de carburant, de péage, d’assurance (mais il n’est pas question de faire un profit).

Et si vous disposez de place dans le coffre, sur le toit ou dans la remorque, testez le colis-voiturage (voir Bring4You.com, Byebyecolis.fr, Cocolis.fr, Colis-Voiturage.fr). Vous jouez alors les coursiers afin de transporter un meuble, un vélo, un colis, voire un animal.

Les + : convivialité et rencontres ; éventuels frais de service généralement payés par le passager ou l’expéditeur ; conseils pour déterminer le bon tarif.
Les −  : possible seulement si la voiture n’est pas trop chargée lors d’un départ en vacances.

Les locations de voitures à petit prix

Louez une voiture dès 5 euros ou 10 euros par jour, 100 euros la semaine, en économisant jusqu’à 50 %. Si vous optez pour un loueur low cost (Ada, Firefly, Goldcar, Keddy by Europcar, Rent a Car…), évitez les suppléments qui font grimper la note : 8 euros par jour pour un conducteur additionnel ; environ 15 euros par jour pour un GPS alors que votre smartphone vous offre ce service ; entre 10 euros et 35 euros par semaine pour un siège-enfant ou réhausseur ; 35 euros par semaine pour des barres de toit ou un porte-vélo, plus de 30 euros de frais de ménage si le véhicule n’est pas impeccable lors de sa restitution, etc.

Si vous décidez de passer par un site de location entre particuliers (OuiCar.fr, Getaround.com, TravelerCar.com…), en période creuse, les tarifs peuvent être aussi élevés que ceux des loueurs professionnels, mais en haute saison et le week-end, ils sont très souvent deux à trois fois en dessous, les particuliers n’ayant pas encore pris l’habitude de moduler leur prix en fonction de la demande.

Les + : tarifs intéressants avant tout.
Les − : moins de services de la part des loueurs low cost (rarement présents dans les gares ou aéroports, mais à proximité) ; voitures pas forcément récentes pour les locations entre particuliers.

Les bons plans en train

Sur le site Oui.sncf (rubrique « S’informer »), vous pouvez créer des alertes pour être prévenu des meilleurs prix sur les destinations à petits prix que vous convoitez. Pour bénéficier de la rapidité ferroviaire, misez sur les TGV Ouigo, avec des billets dès 10 euros disponibles uniquement sur internet. Sinon, achetez en ligne ou à la gare des Prem’s à partir de 25 euros, trois mois à l’avance, parfois plus pour les périodes de forte affluence. Ils sont désormais échangeables et remboursables jusqu’au départ (gratuitement à J-30, 15 euros de frais les deux derniers jours).

Contre 49 euros par an (amortissables dès le premier aller-retour), les cartes Avantage (Jeune, Senior, Famille, Week-End) offrent une réduction de 30 % à 60 % (pour trois enfants accompagnants, de 4 à 11 ans) et des offres de dernière minute.

Si vous êtes salarié, en formation professionnelle, retraité ou chômeur, ne zappez pas le billet de congé annuel pour profiter d’une réduction de 25 %, voire de 50 % en payant la moitié de votre trajet avec des Chèques-Vacances (voir page 18).

Dernière chance, rachetez un billet de train cartonné avec bande magnétique au prix initial indiqué (jamais plus), et de préférence moins cher, sur Trocdestrains.com ou Kelbillet.com. Mais refusez les billets nominatifs (e -billet, Ouigo), c’est interdit.

Les + : sécurité et rapidité des trains.
Les − : réservation très à l’avance pour obtenir des petits prix ; avec Ouigo, arrivée 30 minutes avant le départ, bagages limités, place enfant de moins de 2 ans payante, pas de restauration.

 

df
Chantal Masson
Publié le

Partager cet article :