Que valent les purificateurs d'eau du robinet ?

L'eau du robinet est reconnue de bonne qualité en France. Malgré tout, plusieurs appareils promettent de la rendre encore plus saine. Enquête. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
8mn de lecture
© dusanpetkovic

La carafe filtrante

C’est le premier dispositif adopté par les consommateurs en quête d’une alternative à l’eau en bouteille, souvent perçue trop chère et dont les contenants en plastique polluent la planète. La carafe filtrante prétend éliminer le goût du chlore mais aussi des résidus organiques (calcaire, plomb, aluminium...).

Le procédé

Une cartouche de charbon actif absorbe le chlore et des résidus organiques.

Les précautions d’utilisation

Pour que le filtre ne devienne pas un nid à microbes, il faut changer la cartouche chaque mois et renouveler l’eau chaque jour. De plus, il convient de conserver la carafe de préférence au réfrigérateur. Après avoir étudié cet appareil, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) ne conclut pas à sa dangerosité si les utilisateurs respectent strictement la notice d’utilisation (changement régulier des filtres, notamment). Toutefois, elle rappelle que son « usage peut conduire à un abaissement du pH ». Or une eau au pH faible, donc moins acide, peut faciliter la dissolution de certains métaux (le nickel, notamment), en particulier quand elle est chauffée dans une bouilloire, une casserole en métal ou en céramique.

Le prix 

Comptez 20 euros pour une carafe filtrante (Brita, la marque leader), au moins 15 euros pour une bouteille, quelque 12 euros pour une gourde d’un demi-litre, plus de 200 euros pour une fontaine à eau. S’y ajoute le coût des cartouches filtrantes, 5 à 10 euros par mois.

Notre conseil

La carafe filtrante n’est pas conçue pour rendre potable une eau qui ne le serait pas. Utilisez-la donc uniquement avec de l’eau du robinet destinée à la consommation humaine.

67 % des Français déclarent aujourd'hui boire de l'eau du robinet quotidiennement. C'était 56 % en 2005. (Source : Baromètre Kantar - Centre d'information sur l'eau, 2020)

Le filtre à eau sur le robinet

Il se fixe directement et facilement à l’extrémité du robinet, sur sa bague, ce qui nuit parfois à l’esthétique. Comme pour la carafe filtrante, il s’agit d’un filtre à charbon censé améliorer le goût de l’eau en supprimant les mauvaises odeurs de chlore et stoppant les résidus organiques (le plomb, par exemple).

Le procédé

Généralement, c’est le même que celui de la carafe filtrante, à savoir des cartouches de charbon.

Les précautions d’utilisation 

Il faut changer la cartouche aussi fréquemment que préconisé, même si le filtre au robinet laisse moins la possibilité aux bactéries de se développer puisque l’eau passe dans le filtre sans y stagner.

Le prix

Comptez généralement 50 euros (parfois 20 euros) pour un système filtrant s’adaptant au bec d’un robinet. Les cartouches de rechange coûtent quelque 20 euros mais leur durée d’utilisation est de près de 3 mois, soit pour 1 000 à 1 200 litres d’eau.

Notre conseil 

Gare aux filtres bon marché qui disparaissent des commerces aussi vite qu’ils sont apparus ! Il est impératif que les cartouches de remplacement soient commercialisées aussi longtemps que dure le dispositif installé sur votre robinet.

« L'eau du robinet est parfaitement potable »

L'avis du Dr Philippe Beaulieu, responsable du département qualité/santé du Centre d'information sur l'eau (Cieau.com).

En France, l’eau du robinet est probablement le produit alimentaire dont la qualité est la plus contrôlée. Elle est parfaitement potable et sa qualité ne cesse de s’améliorer. Pas moins de 18 millions d’analyses sont effectuées chaque année pour surveiller ses propriétés sanitaires et la conformité aux normes réglementaires qui lui sont appliquées. Cela reste un choix de consommation, mais à quoi bon traiter une eau parfaitement saine et potable ? Les différents filtres et dispositifs proposés à la vente pour améliorer la qualité de l’eau vont plutôt éliminer ses minéraux pourtant bons pour la santé. Ainsi, la simple consommation d’eau du robinet peut apporter environ 15 à 20 % de nos besoins quotidiens en calcium.

Le filtre purificateur d'eau sous l'évier

Plus discret car installé sous l’évier, ce type de filtre traite l’eau avant qu’elle ne passe au robinet. Sa promesse est d’éliminer le goût du chlore ainsi que divers métaux ou polluants chimiques, pesticides, nitrates, plomb, voire des bactéries et des virus. Il peut être branché sur l’arrivée d’eau froide. L’installation se fait avec ou sans l’aide d’un plombier. Attention, un osmoseur, qui comprend plusieurs filtres, prend davantage de place sous l’évier qu’un simple filtre.

Le procédé

Certains systèmes basiques permettent de choisir son filtre, ou plusieurs, pour cibler précisément les caractéristiques à améliorer : élimination du goût de chlore, des impuretés, des métaux lourds... Avec l’osmoseur, plus perfectionné, un premier filtre retient les particules de boue, de sable, les poussières et autres sédiments. Le charbon actif vise à ôter le goût de chlore et les molécules de grande taille. Enfin, une fine membrane osmotique qui reçoit de l’eau sous pression a pour but de supprimer environ 98 % des impuretés restantes.

Les précautions d’utilisation

L’eau extrêmement filtrée avec la fine membrane osmotique prive ses buveurs de minéraux essentiels, notamment calcium et magnésium ; il faut donc veiller à ajuster son alimentation pour éviter une carence en minéraux. Quant aux filtres non renouvelés ou mal entretenus (changement du filtre à sédiments tous les 6 mois, du filtre à charbon actif chaque année et de la membrane osmotique tous les 2 à 5 ans, selon le volume d’eau traitée), ils sont pourvoyeurs de bactéries. Autre mise en garde : pour obtenir un litre d’eau osmosée, il faut envoyer sur la membrane qui sert de filtre 3 à 7 litres d’eau à haute pression, ce qui augmente inévitablement la consommation d’eau du ménage. Attention aussi, certains installateurs recommandent de s’équiper en plus d’un adoucisseur afin de faire entrer une eau sans calcium dans l’osmoseur...

Le prix

Comptez 100 euros environ pour un simple filtre sous l’évier, au moins 200 euros et jusqu’à 1 000 euros, voire 3 000 euros, pour un osmoseur. Les filtres coûtent au moins 6 euros l’unité et une membrane osmotique, 25 euros.

Notre conseil

Ne jetez pas les filtres usagés dans la poubelle d’ordures ménagères, ni même dans celle de tri sélectif. La plupart sont recyclables directement auprès des magasins ou fabricants qui acceptent de les reprendre ou dans les déchetteries.

Où s'informer sur la qualité de l'eau ?

Si vous êtes tenté par l’achat d’un purificateur d’eau, mieux vaut d’abord vérifier la qualité de l’eau de votre commune, soit sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé (Eaupotable.sante.gouv.fr), soit auprès de votre mairie ou de son distributeur. Chaque année, ce dernier doit fournir, avec la facture d’eau, une synthèse sur la qualité de l’eau de la commune, établie par l’Agence régionale de santé (ARS), où figurent les principaux résultats des contrôles (microbiologie, nitrates, pesticides, TH...). Les habitants en copropriété peuvent demander ce document à leur syndic. Cette démarche vous évitera, le cas échéant, de dépenser inutilement de l’argent pour l’acquisition d’un tel appareil.

L'adoucisseur d'eau

Cet appareil se branche juste après le compteur d’arrivée d’eau (en intérieur, dans un local sec et ventilé, à une température stable ; en extérieur, à l’abri de la lumière du soleil). Son objectif est de lutter contre le calcaire et d’ainsi protéger les canalisations, le lave-linge, la chaudière... En empêchant la formation de tartre, l’eau adoucie évite la surconsommation électrique de certains appareils (le ballon d’eau chaude, notamment). Et l’eau de la douche est moins calcaire. Mais en aucun cas, il ne sert à rendre l’eau plus pure pour sa consommation. Il la prive au contraire du calcium et du magnésium nécessaires à la santé.

Le procédé 

Il consiste à échanger des ions calcium et magnésium, responsables de la dureté de l’eau, contre des ions sodium. Cet échange est réalisé grâce à une résine initialement chargée en eau sodium. Lorsqu’elle est mise en contact avec de l’eau dure, les ions calcium et magnésium se fixent sur la résine en prenant la place des ions sodium qui, eux, sont libérés dans l’eau. Pour continuer à adoucir l’eau, la résine doit être régénérée, c’est-à-dire rechargée en sodium par une eau très salée.

Les précautions d’utilisation 

Il faut vérifier, environ une fois par mois, le niveau de sel de son adoucisseur et en ajouter quand il en reste moins de la moitié. La cartouche du pré-filtre doit être remplacée quand elle est encrassée et vire à l’ocre, soit au bout de 6 mois à un an. Chaque année, on doit désinfecter la résine avec un produit spécial et nettoyer le bac à sel tous les 3 ans à l’eau claire sans utiliser de produits de nettoyage. 

Autre mise en garde : un adoucisseur provoque une surconsommation d’eau à chaque opération de régénération et des rejets importants de saumure.

Le prix

Comptez au moins 500 euros et jusqu’à 1 000 euros environ. L’installation effectuée par un plombier se facture entre 250 et 400 euros. S’y ajoutent le prix des consommables (plus de 40 euros par an de sel et autour de 10 euros pour le préfiltre, 5 euros pour le produit désinfectant de la résine) et le kit test TH (voir ci-dessous).

Notre conseil

Avant d’équiper sa maison, il est indispensable de mesurer la dureté de l’eau avec un kit test TH (Titre Hydrotimétrique, à ne pas confondre avec le potentiel Hydrogène – pH – qui mesure l’acidité de l’eau). Comptez de 7 à 15 euros. L’idéal est d’atteindre un TH entre 8 °f et 15 °f.

A lire aussi