Erreur de prix au supermarché : Géant Casino est-il obligé de vendre une TV à 30 € ?

Un téléviseur à 30,99 € au lieu de 439,99 € ? L'erreur d'affichage a créé la cohue au Géant Casino Odysseum de Montpellier. L'hypermarché a refusé de vendre ses produits au prix affiché. Est-ce légal ? La réponse de Ludivine Coly-Dufourt, directrice de l'association Léo-Lagrange pour la défense des consommateurs.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Une cliente regarde les prix des téléviseurs dans un magasin
© Istock / 97

En janvier, au premier jour des soldes, des dizaines de clients ont créé la cohue aux caisses du Géant Casino de Montpellier. En cause :  le prix d'un téléviseur, affiché par erreur à 30,99 € au lieu de 439,99 €. Le magasin a refusé de leur vendre les téléviseurs au prix affiché. Les clients ont refusé de quitter l'hypermarché. La police à dû faire évacuer le site en pleine nuit. 

Les clients étaient-ils dans leurs droits ? Géant Casino était-il obligé de leur vendre le produit au prix affiché ? On fait le tour de la question avec Ludivine Coly-Dufourt, directrice de l'association Léo-Lagrange pour la défense des consommateurs.

Le vendeur est responsable du prix affiché

En cas de différence entre le prix affiché en rayon et le code-barres lu en caisse, il est d’usage que le consommateur paie le prix le plus faible, lors de son passage en caisse. Le professionnel a pour obligation d’afficher les prix de manière claire et lisible. Il est donc responsable en cas d’erreur d’indication du prix et ne peut pas refuser la vente.

S’il s’avère que son erreur est intentionnelle, le consommateur peut même agir contre lui en s’appuyant sur les articles L. 132-1 et suivants du Code de la consommation qui sanctionnent le délit de pratique commerciale trompeuse.

Faire la différence entre le prix et la valeur

Le vendeur peut en revanche refuser la vente lorsque la valeur de l’article est manifestement sous-estimée. Dans le cas d’une télévision affichée en rayon à 30 €, la différence entre ce prix et la valeur de l’objet est telle que le consommateur ne peut se prévaloir de la règle d’usage.

Faute d’accord entre le client et le commerçant, la vente ne peut alors se conclure.

Une estimation parfois difficile par le client

Cette « erreur manifeste » est laissée à l’appréciation des juges. Ceux-ci peuvent toutefois considérer que le consommateur n’a pas été capable de se rendre compte que le prix affiché ne correspond pas à la valeur de l’article. Par exemple, si un bijou est vendu au prix affiché de 15 000 € alors que sa valeur est estimée à 70 000 € par le commerçant, la vente ne pourra pas être annulée, le client « normalement avisé » n’étant pas présumé connaître la valeur réelle de l’article.

Une solution à l'amiable est toujours préférable

Rechercher une solution amiable peut se révéler gagnant. Parfois, à la suite d’erreurs de prix sur le web, les marchands, conscients des enjeux commerciaux, n’annulent pas les ventes, notamment lorsque la différence entre le prix affiché en ligne et le prix réel de l’article n’est pas trop importante.

À l’inverse, si les vendeurs considèrent le prix affiché « dérisoire » et annulent les commandes, les clients peuvent manifester leur déception auprès de leur service clients et demander des bons d’achat afin de la compenser.

Vérifiez les prix !

Dans les grandes surfaces, vérifiez, avant le passage en caisse, le prix des articles aux bornes de lecture, notamment lorsque la promotion semble trop alléchante. Sur internet, faites une impression d’écran de la promotion.

 

df
Katia Vilarasau
Publié le

Partager cet article :