Comment raccorder son logement à la fibre

Tous les ménages auront accès à internet à très grande vitesse d’ici à 2022 grâce, notamment, à la fibre optique. Mode d’emploi.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Raccorder son logement, maison individuelle ou appartement, à la fibre.
© Istock / Irina Shatilova

Faites un test d'éligibilité à la fibre

La fibre est-elle déjà installée dans votre immeuble ? Pour le savoir, interrogez votre gardien ou regardez si une plaque a été apposée dans le hall d’entrée par un opérateur. Vous pouvez également questionner ce dernier ou consulter des comparateurs comme Ariase.com, Jechange.fr ou Zoneadsl.com pour effectuer ce qu’on appelle un test d’éligibilité.

Cette démarche s’applique aussi aux personnes qui résident dans une maison et s’interrogent sur la présence de la fibre dans leur quartier.

Préparer le projet de fibrage

La fibre n’est pas encore arrivée près de chez vous, mais son installation est en cours ou programmée (à vérifier sur la carte du gendarme des télécoms : Cartefibre.arcep.fr).

Qui prend la décision du raccordement ? En maison individuelle ou dans un immeuble détenu par une seule personne (morale ou civile), c’est le propriétaire. Mais le locataire peut faire jouer son « droit à la fibre » par lettre recommandée auprès de son bailleur. Ce dernier ne peut s’y opposer et dispose de six mois pour s’exécuter.

Même logique dans les copropriétés (immeuble ou lotissement), à une différence près : le raccordement des locaux à la fibre doit être porté à l’ordre du jour de l’assemblée générale des copropriétaires à la demande d’un opérateur, de propriétaires ou de locataires, puis être voté à la majorité des voix. Seul un opérateur peut raccorder l’immeuble, gratuitement et sans frais.

Choisir votre fournisseur

La fibre étant installée dans votre quartier ou dans votre immeuble, le moment est venu de demander de la raccorder à votre logement au fournisseur de votre choix. Les habitants des grandes agglomérations et de leurs zones périphériques disposent d’un vaste panel d’offres émanant des quatre grands opérateurs, Bouygues Telecom, Free, Orange (et Sosh), SFR (et Red), ainsi que d’opérateurs utilisant les réseaux des premiers (Coriolis Telecom, La Poste Mobile, Nordnet…).

Ailleurs, le choix est plus restreint, car les opérateurs décident parfois de limiter leurs positions selon leurs priorités. En conséquence, dans certains territoires à faible densité de population ou excentrés, le gouvernement a défini des zones pour la mise en place de réseaux d’Initiative publique (RIP). Leur objectif est de garantir l’accès au très haut débit (THD) à travers des offres de petits et grands opérateurs.

Souscrire un abonnement vraiment fait pour vous

Les offres fibre des fournisseurs sont diverses en prix, en vitesse de connexion, en services… Au-delà de l’aspect budgétaire, ne vous laissez pas abuser par la surenchère des débits. « Un abonnement fibre avec un débit de 300 Mb/s permet de faire fonctionner de nombreux équipements en simultané et de manière très stable : trois ordinateurs, deux téléviseurs haute définition et plusieurs smartphones », précise Sabria Lagmouch. Ainsi, opter pour une offre à 1 Gb/s, plus chère, n’a pas de sens pour la majorité des foyers, à l’exception des fondus de jeux vidéo et de téléchargements réguliers, dévoreurs de bande passante.

En maison individuelle, les fournisseurs d’accès à internet peuvent offrir les frais de raccordement (149 euros, en général).

En copropriété, « il faut attendre trois mois avant le premier raccordement, pour laisser le temps aux autres opérateurs de commercialiser leurs offres », complète Sabria Lagmouch.

Jusqu’à 150 euros d’aide pour s’équiper d’une alternative à la fibre

L’internet à très haut débit (THD) peut être obtenu par d’autres technologies que la fibre, notamment dans les zones rurales ou en montagne :

  • par le réseau ADSL via les câbles téléphoniques en cuivre, si l’habitation est à proximité d’un central téléphonique ;
  • par le réseau mobile des opérateurs grâce à une box 4G ;
  • ou encore par une connexion satellitaire.

Dans ces cas, les particuliers peuvent bénéficier d’une aide financière de l’État de 150 euros au maximum pour s’équiper.

 

df
David Garedja
Publié le

Partager cet article :