Feux d'artifice, défilé, bals populaires... Que fête-t-on vraiment le 14-Juillet ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© mmeee - iStock

Défilé militaire sur les Champs-Élysées, bal des pompiers, patrouille de France, feux d’artifice, drapeaux, Marseillaise et interview du président de la République : indéniablement, ces mots appartiennent au champ lexical de la Fête nationale française.

Chaque Français sait à quoi s’attendre à l’approche du 14-Juillet. Mais connaissez-vous vraiment les origines de cette date mythique dans l’histoire de notre République ? Que commémore-t-on vraiment à cette occasion ? Comment la fêtait-on auparavant ? Des questions auxquelles nous allons tenter de répondre.

14-Juillet, oui ! Mais de quelle année ?

Soyons clairs, nous n’allons rien vous apprendre : le 14 juillet 1789, les Parisiens, notamment les artisans et boutiquiers du faubourg Saint-Antoine, ont pris d’assaut la forteresse de la Bastille, alors prison royale, afin de prendre possession de son stock d’armes et de munitions.

Le gouverneur de la prison ordonne alors aux gardes d’ouvrir le feu sur la foule avant de se rendre face à la pression populaire. La prise de la Bastille restera l’un des événements fondateurs de la Révolution française, point de départ de la première chute de la monarchie en France.

Mais un autre 14 juillet permet également de comprendre l’ampleur de cette date dans l’Histoire de la République. Un an plus tard, en 1790, la prise de la Bastille est célébrée à l’occasion d’une grande Fête de la Fédération organisée au Champ-de-Mars, à Paris. Toutes les fédérations locales des gardes nationaux y défilent alors pour célébrer l’union de la Nation, et ce en présence de Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette.

Près d’un siècle plus tard, sous la IIIe République, la loi du 6 juillet 1880 adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale. Le texte législatif, porté par le député Benjamin Raspail, ne donne pas d’explication précise concernant les raisons de ce choix. Les historiens retiendront donc que la fête nationale française commémore la prise de la Bastille ET la Fête de la Fédération.

Le défilé militaire : toute une histoire !

Le 14 juillet 1880, donc, la France célèbre officiellement sa première fête nationale. A cette occasion, une grande parade militaire est organisée à Paris. Dix ans après la défaite de 1870 face à la Prusse, l’État veut mettre en avant le redressement de l’armée nationale, prête à sa revanche face à l’ennemi d’outre-Rhin qui, rappelons-le, occupe l’Alsace et la Moselle. Au départ, ce défilé annuel a donc lieu sur l’hippodrome de Longchamp.

Le 14 juillet 1919, les maréchaux Joffre, Foch et Pétain, célèbrent la victoire de la France sur l’armée allemande en défilant sur l’avenue des Champs-Élysées à Paris. L’année suivante, ce sera à l’hippodrome de Vincennes.

De Bastille à République, à l’École militaire, sur le Cours de Vincennes, ou encore sur le pont Alexandre III… Le défilé militaire fut organisé durant des décennies à plusieurs endroits de la capitale sans jamais vraiment se fixer. C’est sous François Mitterrand, dans les années 1980, qu’il s’installe définitivement sur l’avenue des Champs-Élysées.  

Depuis, tous les ans, environ 4 000 militaires et policiers, 550 véhicules motorisés, 250 chevaux et des dizaines de véhicules aériens défilent sur la célèbre artère parisienne, du rond-point de l’Etoile à la place de la Concorde.

Astuces

Le 14 juillet, des défilés militaires sont également organisés dans plusieurs villes françaises, notamment celles disposant d'une garnison permanente. Citons par exemple Marseille, Brest, Toulon, Rochefort, Nîmes ou encore Draguignan...). 

 

A lire aussi