Quel système de chauffage avez-vous intérêt à choisir  ?

8 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Daisy-Daisy - iStock

Parents de deux enfants mineurs, Annabelle et Nicolas possèdent, depuis dix ans, une maison de 110 m² à Auxerre (89), équipée d’une chaudière au fioul. Leur budget chauffage et eau chaude annuel est d’environ 1 700 euros. Du fait de la réglementation applicable au 1er juillet 2022, en cas de panne définitive de leur chaudière, ils devront changer de système de chauffage. Ils se demandent lequel sera le plus intéressant économiquement et écologiquement. 

La situation initiale

Annabelle et Nicolas, mariés, deux enfants
Propriétaires d’une maison de 110 m² à Auxerre, actuellement équipée d’une chaudière au fioul
Revenus bruts annuels45 000 €
Facture annuelle de chauffage1 700 €

S’équiper de radiateurs électriques

Coût de l’installation : 10 800 euros.

Aux convecteurs extrêmement énergivores, Nicolas et Annabelle préfèrent des radiateurs avec régulateurs électroniques. À la clé, une réelle économie d’énergie et une meilleure répartition de la chaleur.

Ils envisagent d’acheter huit appareils pour un montant total de 800 euros. Avant de les installer, ils sont obligés d’enlever l’ancien système de chauffage : la chaudière, sa cuve et les radiateurs qu’elle alimentait, ce qui leur coûtera 9 000 euros en moyenne, auxquels s’ajouteront les frais de mise en place des nouveaux appareils, soit 1 000 euros environ.

 Montant des aides : 0 euro.

Le couple n’a droit à aucune aide. En effet, la prime énergie (aussi appelée prime CEE) à laquelle il aurait pu prétendre au titre de l’installation de radiateurs électriques avec dispositif de régulation a disparu depuis le 1er juillet 2021.

Coût global de l’installation de ce nouveau système de chauffage : 10 800 euros environ.

Facture énergétique : 1 836 euros par an.

La facture énergétique se révèle également plus salée. Car les deux quadragénaires utilisent actuellement 2 000 litres de fioul domestique par an pour chauffer leur maison à 20 °C. Or ils souhaitent maintenir le même niveau de confort de température, ce qui implique une consommation qui serait de l’ordre de 10 200 kilowattheures (kWh).

Le kWh coûtant en moyenne 18 centimes, selon les fournisseurs, leur facture annuelle d’électricité tournera autour de 1 836 euros, c’est-à-dire 136 euros de plus qu’avec leur chaudière au fioul.

Retour sur investissement : non rentable.

En vidéo : Tout comprendre à la hausse du prix de l'électricité

Installer une chaudière à gaz à haute performance énergétique

Coût de l’installation : 9 000 euros.

L’idée de payer une note annuelle de chauffage plus élevée rebute Annabelle et Nicolas. Ils étudient donc le remplacement de leur chaudière à fioul par un modèle à gaz à haute performance énergétique. Cette solution se révèle moins onéreuse que la précédente, car s’ils doivent désinstallerl’ancienne chaudière ainsi que sa cuve, ils peuvent conserver leurs radiateurs actuels. Au regard des différents devis réalisés, le montant de l’installation ainsi que de l’acquisition de leur nouveau système de chauffage leur coûtera en moyenne 9 000 euros, soit 2 855 euros de moins qu’avec des radiateurs électriques.

Montant des aides : 1 055 euros.

Avec un revenu brut annuel de 45 000 euros, le couple ne peut pas bénéficier de l’aide à la rénovation énergétique (MaPrimeRénov’ ) au titre de cet équipement. Et ce, malgré ses deux enfants. Cependant, il peut obtenir : 655 euros environ de prime CEE pour l’achat de la chaudière à gaz à haute performance énergétique ; 400 euros maximum d’aide de l’État pour la dépose de l’ancienne cuve à fioul.

Coût global de l’installation de ce nouveau système de chauffage : 7 945 euros en moyenne. Autrement dit, 2 855 euros de moins que l’option précédente.

Facture énergétique : 1 000 euros par an.

Nicolas et Annabelle sont également gagnants. Car, grâce à un meilleur rendement de ce modèle de chaudière qui permet d’atteindre la température de chauffage souhaitée en consommant moins d’énergie et à un prix du gaz moins haut que celui de l’électricité (0,075 €/kWh en moyenne), leur note annuelle tombera à 1 000 euros environ.

Le couple paiera 700 euros de moins que ce qu’il paie actuellement et, surtout, 836 euros de moins qu’avec des radiateurs électriques.

Retour sur investissement : 12 ans.

En tenant compte du prix d’achat, des travaux, des aides financières et des économies sur leur facture d’énergie, douze ans leur suffiront pour rentabiliser leur investissement.

Mettre en place une pompe à chaleur

Coût de l’installation : 18 000 euros.

Le prix du gaz étant très fluctuant, Nicolas et Annabelle craignent que les économies sur leur facture d’énergie soient moins importantes que prévu. Et le gaz, énergie fossile, est source de pollution. Ils considèrent donc que l’installation d’une pompe à chaleur répondrait mieux à leurs attentes financières et écologiques.

Pour les travaux et l’achat du matériel, cette option nécessite un investissement beaucoup plus important que les deux autres solutions précédemment envisagées : 18 000 euros en moyenne.

Montant des aides : 5 500 euros.

Pour ce type de chauffage, le couple est éligible à plusieurs aides dont : • 2 000 euros de MaPrimeRénov’ ;

• 3 100 euros de prime CEE ;

• 400 euros maximum d’aide de l’État pour la dépose de l’ancienne cuve.

=Coût global de l’installation de ce nouveau système de chauffage : 12 500 euros environ. Soit à peine 1 700 euros de plus qu’un investissement dans des radiateurs électriques et 4 555 euros de plus qu’une chaudière à gaz à haute performance énergétique.

Facture énergétique : 900 euros par an.

Une pompe à chaleur restituant en moyenne deux à deux fois et demi plus de chaleur qu’elle ne consomme d’électricité, la facture de chauffage sera moindre. Pour conserver une température équivalente à celle qu’ils ont aujourd’hui, ils n’ont besoin que de 5 000 kWh d’électricité. D’où une note annuelle qui chutera à 900 euros environ (100 euros de moins que pour une chaudière à gaz et 936 euros de moins qu’avec des radiateurs électriques).

Retour sur investissement : 17 ans.

Malgré les aides financières auxquelles ils ont droit et les économies qu’ils réaliseront sur le chauffage, le coût des travaux et du matériel implique un retour sur investissement au bout de dix-sept ans.

Consultez le guide pratique "Je déménage"
  • Une « check-list »
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    Acheter une chaudière à granulés

    Coût de l’installation : 20 000 euros.

    Conscients que le niveau sonore d’un système de pompe à chaleur peut être assez important, Nicolas et Annabelle s’inquiètent de la gêne que cela causerait à leur voisinage. Ils jugent donc qu’un dispositif moins bruyant, comme une chaudière à granulés de bois, serait préférable. D’autant que leur maison des années 1970 est mal isolée. En cas de grand froid, la performance de leur pompe à chaleur chuterait fortement, ce qui entraînerait une augmentation de la consommation d’électricité pour maintenir la température intérieure au niveau souhaité.

    Le coût lié à l’achat de l’équipement et aux travaux d’installation s’élève à 20 000 euros, ce qui apparaît élevé.

    Montant des aides : 7 500 euros.

    Cette solution ne leur coûtera pas plus cher que celle d’une pompe à chaleur, en raison des aides :

    • 4 000 euros au titre de MaPrimeRénov’ ;

    • 3 100 euros de prime CEE ;

    • 400 euros maximum pour la dépose de l’ancienne cuve.

    =Coût global de l’installation de ce nouveau système de chauffage : 12 500 euros environ.

    Facture énergétique : 890 euros par an. Leurs dépenses de chauffage diminueront un peu plus qu’avec les autres solutions étudiées. Car, pour conserver le même niveau de confort, ils auront besoin de 13 700 kWh environ d’énergie. Or, à raison de 0,065 €, le prix moyen du kWh de granulés est nettement inférieur à celui du gaz ou de l’électricité. Conséquence, leur note annuelle tournera autour de 890 euros.

    Retour sur investissement : 16 ans.

    Les seize années nécessaires à Nicolas et Annabelle pour rentabiliser leur investissement seront compensées, sur le plan écologique, par la certitude d’utiliser une énergie renouvelable qui pondère l’émission de dioxyde de carbone par la croissance de la forêt.

    Comparatif des 4 modes de chauffage

     Radiateurs électriques

     

    Chaudière à gaz à haute performance énergétique

     

     

    Pompe à chaleur

    Chaudière à granulés
    Prix des travaux et d’achat de l’équipement10 800 €9 000 €18 000 €20 000 €
    Aides financières0 €1 055 €5 500 €7 500 €
    Coût total du changement de système de chauffage10 800 €7 945 €12 500 €12 500 €
    Consommation d’énergie en kWh10 200 kWh13 300 kWh5 000 kWh13 700 kWh
    Prix du kWh en moyenne0,18 €0,075 €0,18 €0,065 €
    Facture annuelle de chauffage1 836 €1 000 €900 €890 €
    Durée du retour sur investissementNon rentable12 ans17 ans16 ans

    Comment obtenir une prime CEE  ?

    Les primes CEE sont proposées par les fournisseurs d’énergie d’électricité, de gaz, de fioul domestique, de carburant.

    Comparez leurs offres car, de l’un à l’autre, le montant du coup de pouce financier accordé peut varier.

    Une fois votre choix effectuévous compléterez votre demande en fournissant un descriptif des travaux envisagés, un devis établi par une entreprise certifiée RGE (reconnu garant de l’environnement) ainsi qu’un justificatif de revenus. Attention, au risque de voir votre dossier refusé, ne signez pas le devis avant d’avoir demandé votre prime.

    A lire aussi