Les compteurs Linky vous espionnent un peu trop

Alors que les compteurs Linky font toujours polémique concernant les ondes électromagnétiques qu'ils émettent, la Cnil a épinglé EDF et Engie sur un autre sujet : la récolte de vos données de consommation. 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Un compteur Linky Enedis EDF Engie
La Cnil a épinglé EDF et Engie concernant les données que récolte le compteur Linky sur votre consommation. © Pixarno / Adobe Stock

Très vigilante sur le traitement des données des compteurs communicants type Linky, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a passé au crible la gestion des données des abonnés à l'électricité par EDF et Engie (ex-GDF Suez). 

Ce mardi 11 février, elle a adressé aux fournisseurs d'énergie deux mises en demeure pour "non-respect de certaines conditions de recueil du consentement concernant les données des compteurs communicants". Explications. 

Compteurs Linky : que reproche la Cnil à EDF et Engie ?

Si le gestionnaire de réseau Enedis est autorisé par le Code de l'énergie à collecter les informations de consommation journalières de manière automatique, la collecte des données fines (consommation à l'heure ou à la demi-heure) n'est possible qu'avec votre consentement et leur enregistrement n'est possible que localement, dans votre compteur Linky, sans transmission à Enedis, ni EDF, ni Engie, ni personne. 

De leur côté, les fournisseurs EDF et Engie ont le droit de disposer de vos données mensuelles pour effectuer les facturations mais ne peuvent collecter vos consommations fines ni même quotidiennes, ni a fortiori les transmettre à des tiers à des fins commerciales sans votre accord. 

La Cnil a adressé des mises en demeure à EDF et Engie sur deux points : 

  • EDF et Engie n'ont recueilli les consentements de leurs clients qu'avec une seule case à cocher. Or, pour afficher les données de consommations personnelles dans votre espace client, il convient d'obtenir votre consentement de façon distincte pour les données à la journée, d'une part, et à la demi-heure, d'autre part. 
  • La Cnil note également que les données sont conservées trop longtemps, jusqu'à 5 ans après la résiliation du contrat. Ce qui contrevient au règlement général sur la protection des données (RGPD). 

Pourquoi la protection de vos données est importante

Par la nature des informations qu'il récolte (votre consommation électrique), votre compteur Linky peut laisser connaître vos habitudes quotidiennes, vos absences, etc. 

La Cnil observe : 

Les données de consommation fines peuvent révéler des informations sur la vie privée (heures de lever et de coucher, périodes d’absence, éventuellement le nombre de personnes présentes dans le logement). Il est donc essentiel que les clients puissent garder la maîtrise de leurs données.

Dès 2012, soit 3 ans avant la généralisation de l'installation des compteurs communicants Linky, la Cnil avait publié ses recommandations aux professionnels, précisant les conditions de collecte de données de consommation fines. 

Linky : peut-on refuser son installation ?

Non. C'est écrit dans les contrats Enedis : le gestionnaire de réseau peut « procéder au remplacement des appareils en fonction des évolutions technologiques ». Toutefois, la justice a confirmé l’interdiction pour Enedis d’entrer dans les appartements ou les maisons pour poser le compteur électrique intelligent Linky sans l’autorisation des occupants

Le compteur Linky, comme le compteur de gaz Gazpar, sont des dispositifs communicants permettant à votre fournisseur d'énergie de connaître vos données de consommation et, conséquemment, d'économiser le passage d'un agent pour opérer les relevés de compteurs. Ils émettent des ondes dont disent souffrir les personnes sensibles aux ondes électromagnétiques. 

df
Mathieu Sicard
Publié le

Partager cet article :