Combien coûte un insert de cheminée ?

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les inserts évitent que la chaleur produite par le feu de cheminée s’échappe dans le conduit d’évacuation.
Les inserts évitent que la chaleur produite par le feu de cheminée s’échappe dans le conduit d’évacuation.

L’achat

Les inserts évitent que la chaleur produite par le feu de cheminée s’échappe dans le conduit d’évacuation. Les modèles en acier sont accessibles à partir de 500 euros, hors pose. Ceux en fonte, plus résistants, assurent une diffusion plus homogène de la chaleur et un meilleur rendement énergétique : 700 euros, et à jusqu’à 2 500 euros pour les modèles avec chauffage en continu ou programmable. Habillage, design et taille de l’insert peuvent faire grimper la facture jusqu’à 4 000 euros.

La pose

Si votre conduit est ancien, sa rénovation peut être indispensable. Coût de l’opération : entre 700 et 1 500 euros. Poser soi-même l’insert est une option, mais cela prive des aides de l’État. Un professionnel certifié RGE facture entre 500 et 1 500 euros, les modèles en fonte étant les plus chers à poser.

La facture d’énergie

Avec un insert, 70 % à 80 % de la chaleur produite se diffuseront dans toute la maison, contre 15 % avec un foyer ouvert. De quoi abandonner le gaz, le fioul ou l’électricité pour se chauffer, à condition que la maison soit correctement isolée. Selon l’Ademe, la bûche est le combustible le plus avantageux avec un prix moyen livré de 0,34 euro/kWh.

L’entretien

Deux ramonages par an sont nécessaires, au risque d’abaisser significativement les performances de l’insert. Comptez à chaque fois entre 55 et 80 euros en région parisienne, et entre 30 et 50 euros en province, frais de déplacement inclus.

Quelles aides de l’Etat ?

Posé par un professionnel certifié RGE dans une résidence principale achevée depuis plus de deux ans, l’insert ouvre droit à un crédit d’impôt, le CITE, correspondant à 30 % du prix d’achat hors main-d’œuvre. Si vous réalisez aussi des travaux d’isolation, notamment, l’éco-prêt à taux zéro peut financer le tout. Attention, seuls les inserts respectant ces critères sont éligibles :

  • rendement énergétique ≥ 70 %,
  • taux de monoxyde de carbone ≤ 0,3 %,
  • indice de performance environnementale ≤ 1,
  • émissions de particules fines PM ≤ 90 mg/Nm3
A lire aussi