Mur du voisin : un préjudice esthétique ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
0mn de lecture

Dans la petite commune de Grez-sur-Loing en Seine-et-Marne, un habitant reproche à son voisin propriétaire du mur séparant leurs jardins de l’avoir rénové de façon peu plaisante au regard.

Trouble anormal du voisinage

Les juges ont reconnu l’existence d’un préjudice esthétique constituant un trouble anormal de voisinage se fondant notamment sur :

  • l’environnement particulièrement respecté de ce vieux bourg traversé par une rivière, voisin de la forêt de Fontainebleau, abritant une église du XIIe siècle et ayant accueilli au XIXe siècle de nombreux peintres ;
  • des photographies démontrant un aspect visuel particulièrement laid tant dans l’absolu que par comparaison avec les murs anciens environnants.

Arrêt de la cour d’appel de Paris du 29 mai 2008

A lire aussi