L'application de reconnaissance faciale Alicem

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
La reconnaissance faciale depuis un smartphone
© Erikona / Istock

À quoi sert l'appli Alicem ?

Alicem (Authentification en ligne certifiée sur mobile) a été mise au point par le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). Cette application vise à protéger l’identité numérique des utilisateurs, à lutter contre l’usurpation d’identité et à simplifier les démarches administratives (permis de conduire, impôts, carte d’identité, etc.). Car, d’ici à 2022, tous les services publics seront dématérialisés.

Comment fonctionne-t-elle ?

Elle est accessible pour l’instant sur les smartphones Android équipés d’une puce permettant d’effectuer des paiements sans contact. Pour l’utiliser, il convient de : 

  • télécharger l’application ; 
  • créer son profil en indiquant son numéro de téléphone et son adresse électronique ; 
  • accepter les conditions d’utilisation ; 
  • scanner son passeport ou titre de séjour biométrique ; 
  • filmer son visage en fonction des consignes, sourire, mouvement de tête, etc. 

Après vérification, l’application attribue un code d’identification à six chiffres, valable pour toute démarche.

Faut-il s’en méfier ?

Selon le ministère de l’Intérieur, l’application est conçue dans le respect des règles de droit et les données les plus sensibles restent maîtrisées par l’utilisateur et uniquement stockées dans son smartphone. En revanche, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et l’association La Quadrature du net craignent la généralisation de la reconnaissance faciale, du fichage des individus, la normalisation d’un monde ultracontrôlé. Ils s’interrogent aussi sur la compatibilité avec les dispositions du règlement européen de protection des données personnelles (RGPD). Les serveurs de l’ANTS conserveront, par exemple, des données d’historique de connexion durant sept ans. En outre, les failles techniques et attaques informatiques restent possibles.

Peut-on refuser de s'en servir ?

Le refus d’acceptation de la reconnaissance faciale bloque l’activation du compte, mais l’utilisation d’Alicem n’est pas obligatoire. Vous pouvez toujours accéder aux services publics en ligne ou au guichet.

Le décret n° 2019-452 du 13 mai 2019 (J.O. du 16) autorise la création de cette application, à consulter sur Legifrance.gouv.fr.

A lire aussi