Climatiseur fixe : les règles à connaître avant de l’installer

Avec les températures caniculaires de ces derniers jours, l’idée vous est peut être venue d’installer un climatiseur fixe dans votre logement. Attention toutefois car des règles strictes sont à prendre en compte pour l’installation d’un climatiseur.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© simpson33

Si vous comptez procéder à l’installation d’un climatiseur fixe dans votre habitation, sachez qu’une réglementation existe autour de la pose de ce dernier et que vous devrez au préalable obtenir diverses autorisations.

Cette réglementation ne concerne pas les climatiseurs monoblocs, qui sont souvent mobiles, et qui se branchent directement dans la pièce que vous souhaitez rafraîchir. 

Rappelons que les climatiseurs fixes se composent d’une ou plusieurs unités placées à l’intérieur de l’habitation mais aussi d’une unité extérieure pour évacuer l’air chaud dehors.

L’installation de cette unité extérieure nécessite des travaux, qui peuvent parfois s’avérer importants et engendrer une modification de l’aspect extérieur du bâtiment. Cela requiert toujours une déclaration préalable en mairie. Il vous faut donc entrer en contact avec votre mairie.

Le cas d’un logement en copropriété

Si votre logement se situe dans une copropriété, il vous faudra en plus respecter le règlement intérieur de la copropriété. Toute modification apportée sur la façade de l’immeuble et visible depuis l'enceinte la copropriété ou depuis l’espace public doit faire l’objet d’une demande spécifique en assemblée générale de la copropriété et doit être acceptée à la majorité des copropriétaires.

Si vous êtes locataire, vous devez avant toute chose recueillir l’accord de votre propriétaire avant de procéder à tous travaux. Les démarches de demande en assemblée générale doivent être réalisées par le bailleur pour votre compte.

Pour maximiser vos chances d’obtenir une autorisation, que ce soit de la mairie ou des copropriétaires, vous pouvez choisir de placer l’unité externe de votre climatiseur derrière un cache pour qu’il ne soit pas visible depuis l’espace public.

Si vous êtes en maison individuelle, choisissez une installation sur la partie basse de la façade. Au sol, vous éviterez les vibrations du moteur sur le mur et pourrez mieux dissimuler l'appareil disgracieux. 

Respecter le seuil autorisé du niveau sonore

Le climatiseur produit forcément du bruit, notamment son unité extérieure.  Cela pourrait nuire à la tranquillité de votre voisinage.Ces éventuelles nuisances sonores font l’objet d’un décret spécifique : celui du 31 août 2006, concernant la lutte contre les bruits de voisinage.

Ce texte stipule que le bruit ambiant, c’est-à-dire tous les bruits « normaux » de voisinage en y incluant le climatiseur, n’est mesuré qu’à partir du seuil de 25 décibels. En dessous de ce dernier, aucune nuisance sonore ne pourra vous être reprochée. 

Au dessus, le seuil toléré s’établit à 5 décibels de 7h à 22H et de 3 décibels de 22h à 7h. Là encore, pour avoir plus de chances d’obtenir toutes les autorisations nécessaires, rassurez votre voisinage en proposant par exemple d’installer un cache ou caisson, des palissades ou tout autre moyen d’isolation phonique.

df
Claire Plisson
Publié le

Partager cet article :