Préparer son déménagement

Déménagement : à quelles aides à la mobilité avez-vous droit ?

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Plusieurs aides permettent d'amortir les frais d'un déménagement.
Plusieurs aides permettent d'amortir les frais d'un déménagement.

Pour les familles nombreuses : la prime de déménagement de la CAF

Vous êtes une famille nombreuse (à partir de 3 enfants) et votre dernier enfant a moins de deux ans ? Vous pouvez demander la prime de déménagement de la CAF (Caisse d’allocations familiales) ou de la MSA. Pour en bénéficier, il faut être éligible aux aides au logement (APL, ALF), et la demander dans les 6 mois qui suivent votre déménagement. Le montant de l'aide varie selon le nombre d’enfants.

Salarié du privé, demandez l’aide déménagement Mobili-pass

Cette aide est réservée aux salariés d’une entreprise du secteur privé non-agricole embauchant plus de 10 personnes, contraints pour des raisons professionnelles de changer de logement (nouveau lieu de travail, mutation, formation…). La distance entre l’ancien et le nouveau logement doit être d’au moins 70 km. L’aide est accordée tous les deux ans et une seule fois par ménage.

Mobili-pass, l’aide d’Action Logement (ex-1 % logement) prend la forme soit d’une subvention soit d’un prêt. La subvention est plafonnée à 3 500 € pour les zones A et B1 et à 3 000 € pour les zones B2 et C (zones de destination). Le prêt est attribué en cas de double résidence et vise à financer quatre mois de loyer et de charges. Le taux d’intérêt est d’1 % et sa durée maximale est de trois ans.

Les demandes de subvention et de prêt doivent être formulées dans les 6 mois de l’événement et justifiées par des factures.

Pour les salariés du secteur agricole, demandez l'aide Agri-mobilité.

L’aide à l’installation des personnels de l’Etat (AIP)

Vous entrez dans la fonction publique ? L’aide à l’installation des personnels de l’Etat couvre le premier mois de loyer, le déménagement, les frais d’agence ou le dépôt de garantie. La demande doit être effectuée dans les 24 mois qui suivent l'affectation.

Le montant sous conditions de ressources (revenu fiscal de 2018 inférieur ou égal à 24 818 € pour une personne seule et 36 093 € pour deux personnes) et diffère selon la région d’affectation :

  • Il est de 900 € au maximum si vous êtes affectée dans une commune relevant de la "zone ALUR", par exemple en Ile-de-France ou en région Provence-Alpes-Côte d’Azur ou si vous exercez la majeure partie de vos fonctions dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.
  • Il est de 500 € au maximum su vous êtes affecté(e) dans une autre région.

Les professeurs affectés en zone difficile (ZEP, REP, ambition réussite…) et exclus de l’AIP bénéficient d’une aide plafonnée à 700 €, variable selon les académies. Pour en bénéficier, il faut s’adresser au service d’action sociale du rectorat ou de l’inspection d’académie.

En difficulté financière, pensez au Fonds de solidarité pour le logement

En cas de situation personnelle difficile, vous pouvez vous adresser au Fonds de Solidarité pour le Logement qui pourra financer les dépenses liées au déménagement et à l’installation (premier loyer, assurance, dépôt de garantie…). Les démarches peuvent être effectuées auprès de la CAF ou des services du département.

Pour les chômeurs, l’aide à la mobilité de Pôle Emploi

Les aides à la mobilité de Pôle emploi sont destinées aux demandeurs d’emploi aux ressources modestes pour qui les problématiques de déplacement constituent un frein à l’emploi. Elles peuvent être sollicitées dans le cadre d’une recherche d’emploi, d’une reprise d’emploi ou d’une formation. Elles sont cumulables entre elles dans la limite d’un plafond annuel de 5 000 euros. Dans une étude de mars 2019, Pôle emploi constatait que plus des deux tiers des demandeurs d’emploi éligibles et n’en ayant pas fait la demande ne savaient pas dans quel cadre les mobiliser.

Y avez-vous droit ?

Vous êtes demandeur d’emploi non indemnisé, ou percevant une allocation-chômage dont le montant est inférieur ou égal au taux minimal (29,56 euros par jour), ou si vous êtes bénéficiaire d’un des minima sociaux (voire page 37 à 39). La distance à parcourir doit être de plus de 60 kilomètres (20 km pour les Dom) ou de deux heures de trajet aller-retour.

Comment les demander ?

La démarche peut être faite depuis son espace personnel sur Pole-emploi.fr (rubrique « Mes aides ») ou auprès de son conseiller Pôle emploi, en agence.

Les aides régionales

La plupart des régions souhaitent encourager la mobilité durable et offrent des aides au financement de bicyclettes, vélos électriques ou véhicules hybrides ou électriques. Elles soutiennent également le déplacement des personnes en formation ou en recherche d’emploi avec des aides pour passer le permis de conduire, se faire prêter un véhicule ou se déplacer à bord des bus ou trains régionaux. Un récent rapport de la Cour des comptes consacré aux Hauts-de-France constatait cependant que 82,1 % des demandeurs d’emploi ne connaissent aucune des aides à la mobilité proposées par leur région.

Les critères d’accès aux aides à la mobilité sont variables en fonction des régions. Leur éligibilité peut être soumise à des plafonds de ressources, des paramètres d’âge ou de statut (demandeur d’emploi, stagiaire de la formation professionnelle). Les modalités de demande peuvent être consultées dans la rubrique « Aides » des sites internet des conseils régionaux. La liste des adresses internet est sur : Lannuaire.service-public.fr/navigation/cr

A lire aussi