Assurer un vélo contre le vol ou la casse : combien ça coûte ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Three Spots - iStock

Les garanties proposées

L’assurance vélo permet d’être indemnisé contre le vol et éventuellement la casse, hors rayures, bosses, etc., souvent en tous lieux (France, Union européenne...) et pour tous types de déplacements. Certains assureurs couvrent uniquement le vol avec effraction ou agression. D’autres peuvent garantir les cycles attachés à un point fixe par le cadre, et pas par une roue, avec au moins un antivol référencé de type U, s’ils sont volés ou détériorés le jour, ou s’ils sont remisés dans un local collectif dûment fermé, y compris la nuit.

Les vélos couverts par les assureurs

Tous les types de vélos peuvent être assurés : de route, de ville (pliants ou non), de course, tout terrain (VTT) et à assistance électrique (VAE) à l’exception des speed-bikes considérés comme des 50 cm3 . Les vélos doivent être neufs ou avoir été achetés il y a moins de trois mois. Une valeur minimale de 500 € est souvent exigée.

Une cotisation de 50 à 200 € par an

Le coût de cette assurance est proportionnel au prix du vélo neuf :

  • 40 € par an environ s’il coûte moins de 500 € ;
  • 100 € par an environ si son prix est inférieur à 1 000 € ;
  • 160 à 180 € si son prix est de 2 000 € ;
  • 200 € par an environ pour un VAE de 2 000 €.

Le lieu de domicile du souscripteur est également pris en compte pour fixer le tarif : dans les grosses agglomérations, et d’une manière générale dans les zones urbaines où les risques de vol sont plus importants qu’ailleurs, les cotisations sont généralement de 10 à 15 % plus chères.

Des franchises de 100 € ou plus

Lorsqu’il y a indemnisation, une franchise de 100 à 300 € en moyenne selon les contrats est systématiquement déduite. Il faut aussi compter avec un cœfficient de vétusté, généralement de 1 % par mois, soit 12 % de moins par année écoulée, pour les vélos ayant plus d’un an.

Astuces

A lire aussi