Gaspillage alimentaire : les vraies dates de péremption des aliments

6 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© ViktorCap

 

Yaourts jetés le jour de la date de péremption, fruits et légumes abîmés mis à la poubelle… Chaque année, chaque Français jette en moyenne 29 kg de nourriture par an, dont 7 kg d’aliments encore emballés, d’après une étude de l’Agence de la transition énergétique (Ademe) de 2016. Cela représente 100 euros de perdus par an. Un gaspillage qui serait en partie dû au respect des dates limites de consommation. Pourtant, certains aliments sont parfaitement consommables après leur date de péremption. Explications.

Quelle est la différence entre la DLC et la DDM ?

Pour des raisons de sécurité alimentaire, tous les aliments vendus dans un conditionnement doivent comporter un délai de consommation, c’est la loi. Deux types de dates peuvent figurer sur l’emballage : soit une date limite de consommation (DLC), soit une date de durabilité minimale (DDM). Mais la différence entre les deux est souvent mal comprise par les consommateurs.

La date limite de consommation (DLC)

La date limite de consommation (DLC), indiquée par les mentions « à consommer avant le » ou « à consommer jusqu’au » suivie du jour, du mois et de l’année, représente la durée de vie maximale d’un aliment. Après cette date, le produit est périmé et non consommable car il peut présenter des risques pour la santé (risque d’intoxication alimentaire).

La DLC s’applique à la majorité des aliments frais, tels que les viandes, poissons, charcuteries, plats cuisinées réfrigérés, ainsi que certains produits laitiers.

Astuces

La date de durabilité minimale (DDM)

La date de durabilité minimale (DDM), indiquée par la mention « à consommer de préférence avant fin… » ou « à consommer avant fin… » suivie d’une date plus ou moins précise, est une date indicative. Une fois dépassée, l’aliment peut toujours être consommé. Il peut avoir perdu certaines de ses qualités gustatives et/ou nutritionnelles (teneur en vitamines par exemple) mais il ne sera pas dangereux pour la santé. La DDM concerne notamment les produits secs, stérilisés, déshydratés, lyophilisés (pâtes, le riz, le sucre, le sel, la farine, les conserves…).

Avant de manger un aliment dont la DDM est dépassée, il faut vérifier que l’emballage ne soit pas gonflé ou bombé et s’assurer que l’aliment a un bel aspect, une couleur normale et une bonne odeur. En cas de doute, ne consommez pas le produit.

 

A noter

Il est recommandé aux femmes enceintes, aux personnes âgées, personnes immunodéprimées et aux enfants de moins de 5 ans de ne pas consommer un aliment au-delà de sa date de durabilité minimale.

Jusqu’à quand consommer des aliments périmés ?

De nombreux aliments peuvent être consommés après la date de durabilité minimale (DDM). Certains même ne périment jamais ! Voici un tableau récapitulatif pour vous repérer.

Aliments

Durée de conservation après la DDM

Crème fraîche stérilisée (UHT)

Jusqu’à 2 semaines après la DDM si le pot n’a pas été ouvert

Lait UHT

Jusqu’à 2 mois après s’il n’est pas ouvert

Sauces (moutarde, mayonnaise, etc.)

Jusqu’à 2 mois après si elle n’est pas ouverte

Fromages à pâte molle (camembert), chèvres, fromages de brebis, fromages à pâte persillée (roquefort, bleu)

Jusqu’à 2 semaines après la DDM

Fromages à pâte cuite (l’emmental, le comté)

Jusqu’à 2 mois après la DDM

Beurre, margarine

Jusqu’à 2 mois après la DDM. Le beurre peut néanmoins brunir, durcir ou rancir au contact de l'air. Le beurre salé ou 1/2 sel se conservera mieux que le beurre doux.

Pâte à tartiner

Jusqu’à 2 mois après la DDM

Biscuits secs et céréales

Jusqu’à 2 mois après la DDM, à condition de les conserver dans une boîte en fer hermétique pour éviter qu’ils ramollissent ou que des mites se développent.

Sodas et jus de fruits pasteurisés

Jusqu’à 1 an après la DDM

Surgelés conservés à -18°C

Plusieurs mois après la DDM à condition de n’être jamais décongelés (environ 9 mois pour la viande hachée, 12 mois pour les crustacés, 18 mois pour la pâtisserie, 18 mois pour la volaille, 24 mois pour les plats cuisinés et le poisson, 30 mois pour les fruits et les légumes).

Tablette de chocolat

Jusqu’à 2 ans après la DDM mais le chocolat peut blanchir.

Produits secs (riz, pâtes, lentilles, semoule)

Plusieurs années après la DDM à condition d’être conservé au sec dans un récipient en verre ou des bocaux fermés.

Conserves

Plusieurs années après la DDM, à condition d’être conservé dans un endroit sec. Veillez à ce que les conserves ne soient pas gonflées que vous entendiez un « pop » à l’ouverture.

Farine

Plusieurs années après la DDM

Epices

Plusieurs années après la DDM, mais peuvent perdre leur saveur

Miel, sirop d’érable

Impérissable

Sel

Impérissable

Sucre

Impérissable

Vinaigre

Impérissable

En vidéo : 11 aliments à consommer après leur date de péremption

Quels aliments peut-on consommer après la date limite de consommation (DLC) ?

Comme indiqué plus haut, la date limite de consommation doit toujours être respectée. Cependant, il existe des cas particuliers comme le jambon cru qui peut être consommé jusqu’à 2 semaines après la DLC s’il est conservé au frais. Ou encore le yaourt qui peut aussi être consommé quelques jours après sa DLC. « Ce produit ne présente pas un niveau de risque microbiologique élevé car c’est un milieu acide, contenant de grandes quantités de ferments, dans lequel les germes pathogènes se développent difficilement », explique l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses).

En juin 2017, le magazine 60 Millions de consommateurs avait mesuré que les yaourts « périmés » restaient bons trois semaines après la DLC. La seule condition est de bien les conserver au froid, sans dépasser les 6°C. Attention, cette exception n’est pas valable pour les autres produits laitiers frais (crèmes aux œufs, riz au lait, etc.).

Jusqu’à quand consommer les œufs ?

Les œufs ne comportent pas de DLC ni de DDM mais une « date de consommation recommandée » (DCR), fixée à 28 jours au maximum après la ponte. Après dépassement de cette date, ils peuvent être consommés à condition que leur coquille soit intacte. Il est préférable de les faire cuire.

Astuces

A lire aussi