Alimentation : les bonnes résolutions pour dépenser moins

Le budget consacré à la nourriture est en moyenne de 385 € par mois et par personne. C’est le deuxième poste de dépenses après le logement. En modifiant ses habitudes, on peut le réduire sans faire de sacrifices.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
Une bonne alimentation sans gaspillage
© Istock / Anastasia Turshina

Prévoir une liste de courses de A à Z

« Afin d’éviter d’acheter des produits dont on n’a pas besoin, il faut s’organiser à l’avance. Cela permet d’économiser du temps et de l’argent », explique Jean-François Mallet, auteur de Mon frigo parfait : 100 recettes qui changent la vie. Le mieux est de faire ses courses le moins souvent possible – une à deux fois par semaine – avec sa liste à la main pour éviter les tentations, mais aussi pour faire des économies de carburant si vous habitez loin des commerces. Le « drive », ou la livraison à domicile pour ceux qui habitent en ville, peut être une solution pour ne pas se laisser tenter dans les rayons.

Deux applications peuvent vous aider dans la préparation des courses : l’application Zéro-Gâchispermet de localiser les magasins et les grandes surfaces à proximité de chez vous qui pratiquent d’importantes réductions sur les produits proches de leur date limite de consommation ; l’application Etiquettable donne la liste des magasins privilégiant l’approvisionne­ment local et les produits de saison près de votre domicile, des marchés de producteurs, des fermes bio, etc.

Pour établir votre liste de courses, commencez par faire l’inventaire de ce qu’il vous reste dans les placards et planifiez les repas de la semaine. Inutile de prendre plus que les quantités nécessaires à la réalisation de vos menus et de faire des stocks.

  • Une fois sur place, adopter quelques bons réflexes permet de consommer malin.
  • Choisir le vrac pour les produits secs (légumineuses, céréales) et certains produits liquides, comme l’huile (apportez vos contenants réutilisables).
  • Acheter plutôt des produits à la coupe, ils sont moins chers au kilo que les produits préemballés.
  • Privilégier les fruits et légumes locaux et les circuits courts en allant à des marchés de producteurs, dans les magasins à la ferme, en commandant des paniers.
  • Vérifier les dates limites de consommation pour la viande, le poisson, les produits laitiers.
  • Résister aux promotions en tête de gondole, surtout s’il s’agit de produits qui ne sont pas sur votre liste.

Enfin, pensez à bien conserver vos aliments. Débarrassez-vous des emballages en carton et rangez vos aliments dans le réfrigérateur selon la règle du « premier entré, premier sorti » en prenant soin de placer sur le devant ou sur le dessus les produits qui sont à consommer en priorité et au fond ou au-dessous, ceux que vous venez d’acheter, à consommer en dernier.

Le fait-maison, c’est bon !

Même s’ils sont pratiques, font gagner du temps et sont en apparence peu coûteux (quelques euros la barquette), les plats cuisinés reviennent souvent plus cher que les plats faits maison, et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Selon la CLCV, association nationale de défense des consommateurs et usagers, les plats maison peuvent être de 25 à 50 % moins chers que les plats préparés pour des quantités de légumes, de viande ou de poisson équivalentes.

L’eau du robinet, ça coule de source

À 2,40 € le pack de six bouteilles de 1,5 litre en grande surface, l’eau minérale en bouteille coûte près de 70 fois plus cher que l’eau du robinet. L’écart est moins important pour les eaux de source qui sont en moyenne 37 fois plus chères. Pour une consommation quotidienne de 2,5 litres, un ménage dépense dans l’année un peu plus de 3,65 € s’il boit l’eau du robinet, contre 135 € pour de l’eau de source et 335 € pour de l’eau minérale, d’après la CLCV.

Les restes, une mine d’idées à mitonner

Cuisinez la bonne quantité pour éviter les restes qui s’accumulent dans le réfrigérateur ou qui partent à la poubelle. Si, malgré tout, vous avez des surplus, ne jetez que ce qui ne peut pas être gardé.

Pour bien conserver les restes, faites-les refroidir rapidement en les laissant à température ambiante trente minutes maximum, puis placez-les au réfrigérateur avant que des bactéries se développent (ou congelez le surplus). Pour éviter qu’ils se dessèchent et qu’ils soient en contact avec d’autres produits, placez-les dans un emballage hermétique.

Apprenez à cuisiner et à accommoder les restes. Les recettes simples sont nombreuses.

Le pain rassis peut être utilisé en pain perdu, en chapelure, en croûtons, en tartines grillées…

► Un conseil : sur le site de l’Ademe, vous pouvez télécharger le Livret de recettes zéro déchet et les Recettes des 4 saisons à base de légumes et de légumineuses.

Gamelle, lunch-box, bento

Plutôt que de manger des sandwichs de mauvaise qualité, des plats tout prêts achetés au supermarché du coin ou de déjeuner dans des restaurants souvent chers au regard de la qualité proposée, mieux vaut emporter sa gamelle, son bento ou sa lunch-box. Préparez-vous un petit repas, éventuellement avec les restes du dîner de la veille (il suffit de cuisiner une part en plus). L’idéal, c’est « d’apporter sa box quatre jours sur cinq et, le cinquième jour, de s’offrir un bon restaurant entre collègues ou amis pour retrouver de la convivialité », suggère Jean François Mallet.

Que gaspille-t-on à la maison ?

  • 1 %  Produits sucrés, hors liquides
  • 2 % Plats préparés
  • 3 % Crèmerie
  • 4 % Pain
  • 4 % Viande et poisson
  • 12% Riz, pâtes et céréales
  • 19 % Fruits
  • 24 % Liquides
  • 31% Légumes

Source : Ademe, Étude des impacts du gaspillage alimentaire des ménages, octobre 2014 (à partir d’une étude réalisée sur 20 foyers français).

 

df
Nathalie Cheysson Kaplan
Publié le

Partager cet article :