Coronavirus : pourquoi fabriquer votre gel hydroalcoolique est dangereux

La recette de l’OMS pour fabriquer du gel hydroalcoolique ne se destinait pas au grand public. Et pour cause : faire son gel peut s’avérer dangereux !

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Même avec la recette de l'OMS, fabriquer son gel hydroalcoolique, c'est le travail du pharmacien. © Galitsgaya

Depuis que l’OMS a divulgué la recette du gel hydroalcoolique, les tutoriels de fabrication fleurissent sur internet. Face à la pénurie en magasin, la tentation de ressortir du placard la blouse de physique-chimie est grande. Et puisqu’on peut fabriquer en un tournemain ses produits ménagers du quotidien (lessive, liquide vaisselle, lave-vitres, etc.), pourquoi alors ne pas confectionner sa propre solution antibactérienne ?

Produit dangereux

Quelques composés chimiques facilement trouvables, un récipient, une balance de cuisine : a priori rien de sorcier pour fabriquer du gel hydroalcoolique. Toutefois, attention aux recettes traînant sur internet. Certaines peuvent être farfelues, proposant, par exemple, d’adjoindre des huiles essentielles ou de remplacer l’alcool à 90° par… de la vodka. Il y a donc de fortes chances pour que votre préparation se révèle inefficace. Ou pire, corrosive !

L’OMS a publié une recette jugée sûre et relayée par de nombreux médias. Toutefois, celle-ci intègre du peroxyde d’hydrogène, un composé chimique dangereux : « La réaction peut être violente (combustion spontanée, détonation) avec certains produits organiques (acétone, acétaldéhyde, acide formique, alcools.), prévient l’Institut national de recherche et de sécurité. Les solutions concentrées de peroxyde d’hydrogène constituent des mélanges explosifs avec des matières organiques (huiles, graisse, kérosène.). Elles peuvent provoquer inflammation spontanée de matériaux tels que bois, paille, coton... »

Une mauvaise manipulation ou une erreur de dosage et le drame est vite arrivé.

Laissez faire les pharmaciens

Comme le précise l’OMS en introduction de ladite recette, celle-ci est « destiné aux professionnels de la pharmacie. » D’ailleurs, les doses proposées correspondent à une préparation de… 10 litres !

Plutôt que de jouer au chimiste en herbe et de prendre tout risque inutile, mieux vaut laisser faire les professionnels : « Les pharmaciens, tant à l’officine qu’à l’hôpital, ont l’habitude de réaliser des préparations », rappelle le Conseil de l’ordre des pharmaciens, saluant la décision des pouvoirs publics de leur permettre de préparer des solutions hydroalcooliques afin de pallier le manque.

Et s’il n’y a plus de gel hydroalcoolique chez mon pharmacien ?

Pas d’inquiétude si vous êtes à court du précieux gel antibactérien. La meilleure façon de tenir le coronavirus à distance est de respecter ces 5 « gestes barrières » basiques :

- Tousser et éternuer dans son coude
- Utiliser des mouchoirs à usage unique (et les jeter !)
- Se laver les mains toutes les heures (30 secondes minimum !)
- Ne pas se toucher le visage
- Garder un environnement sain

df
Henri Presson
Publié le

Partager cet article :