Complémentaire santé : peut-on changer en étant malade et/ou âgé ?

Qu'importe ce dont vous souffrez et qu'importe votre âge, vous êtes en droit de souscrire une autre assurance santé individuelle grâce aux contrats santé responsables et solidaires.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© photobyphotoboy

Quels que soient les soucis médicaux auxquels vous êtes confrontée, vous pouvez changer d’assurance complémentaire santé individuelle. C’est l’un des principes des contrats santé dits responsables et solidaires, instaurés en 2004 par la réglementation.

Les assureurs privés, les mutuelles ou les institutions de prévoyance qui les commercialisent ont ainsi interdiction de recueillir des informations médicales vous concernant, en vous obligeant, par exemple, à remplir un questionnaire de santé avant de décider si vous pouvez ou non souscrire leur contrat. Ils ne peuvent pas non plus établir leurs tarifs selon votre état de santé. En revanche, ils peuvent choisir de les fixer en fonction des risques potentiels que représentent leurs assurés et qui vont croissant avec l’âge : à garanties identiques, votre cotisation sera donc bien plus élevée que celle d’un jeune adulte.

Faites attention tout de même car certains contrats individuels peuvent instaurer des plafonds d’âge à l’adhésion, souvent de 70 ou de 75 ans : si vous êtes plus âgée que la limite fixée, vous devrez alors vous tourner vers un contrat n’en comportant pas.

Faire un point sur ses garanties

Pour entériner votre décision, faites parvenir votre lettre de résiliation à votre assureur, de préférence en recommandé (ou envoi recommandé électronique), au moins deux mois avant la date anniversaire de votre contrat. Celle-ci est souvent fixée au 31 décembre de chaque année. Vous n’avez aucun motif particulier à indiquer.

Un changement de contrat santé est l’occasion de faire le point sur les garanties dont vous disposiez, celles qui vous sont vraiment utiles et celles auxquelles vous pouvez éventuellement renoncer pour optimiser votre budget. C’est également l’occasion de vérifier si, en fonction de vos ressources, vous pouvez être couverte par la nouvelle Complémentaire santé solidaire (plus d’infos sur Complementaire-sante-solidaire.gouv.fr).

df
Roselyne Poznanski - Avec Séverine Salgado, Directrice santé à la Mutualité française
Publié le

Partager cet article :