Cas contact : quelles sont les consignes ?

6 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© damircudic

Vous avez passé du temps avec une personne testée positive au Covid-19 ou vous avez été alerté par l’Assurance-maladie ou l’application TousAntiCovid que vous étiez cas contact ? Vous allez devoir respecter certaines consignes dans les prochains jours mais la conduite à tenir ne sera pas la même selon votre statut vaccinal.

Comment savoir si vous êtes cas contact ?

Rappelons tout d’abord que vous êtes considéré comme cas contact dès lors que vous avez été en contact avec une personne contaminée par le Covid-19 sans mesure de protection efficace. C’est le cas si vous avez eu un contact direct avec elle à moins de deux mètres de distance quelle qu’en soit la durée (conversation, repas, etc.), si vous vous trouviez dans la même pièce pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24 h ou encore si vous avez donné ou reçu des actes d’hygiène ou de soins par la personne positive (ou probablement positive).

Depuis l'avis du Haut conseil de la santé publique du 15 juin dernier, cette définition a évolué afin de distinguer trois types de personne contact :

  • les personnes à risque élevé, c’est-à-dire celles n’ayant pas encore un schéma de vaccination complet ou depuis moins de 7 jours (Pfizer, Moderna et AstraZeneca) ou moins de 4 semaines (Janssen) ou qui sont atteintes d’une immunodépression grave ;
  • les personnes à risque modéré, c’est-à-dire celles sans immunodépression grave ayant reçu un schéma complet de vaccination ;
  • les personnes à risque négligeable, c’est-à-dire celles ayant été infectées par le Covid-19 il y a moins de deux mois (et donc, qui ne peuvent pas encore être vaccinées) et qui ont été dans une autre situation de contact que celles décrites ci-dessus.

Bon à savoir

Les mesures de protection suivantes ne sont pas considérées comme efficaces :

  • les masques en tissu grand public de catégorie 2 ;
  • les masques en tissu « maison » ou de fabrication artisanale ne répondant pas aux normes Afnor ;
  • les visières et masques en plastique transparent portés seuls ;
  • les plaques de plexiglas posées sur un comptoir et les rideaux en plastique transparent séparant clients et commerçants.

Que faire si vous êtes cas contact et vacciné ?

    Si votre schéma vaccinal est complet et si vous n’êtes pas immunodéprimé, vous êtes considéré comme cas contact à risque modéré. A ce titre, vous n’êtes plus tenu de respecter une période d’isolement.

    Mais vous devez quand même respecter certaines règles sanitaires pour briser les chaînes de transmission du coronavirus :

    • vous devez réaliser immédiatement un test de dépistage (RT-PCR ou test antigénique TAG) après avoir appris votre situation de cas contact ;
    • vous devez informer de votre statut les personnes que vous avez croisées 48 h après avoir rencontré la personne malade et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux ;
    • vous devez respecter les gestes barrières pendant 1 semaine après le dernier contact avec le malade et notamment limiter les interactions sociales, éviter les personnes à risque de forme grave même si elles sont vaccinées, porter un masque dans l’espace public ainsi que chez vous si vous vivez avec la personne malade
    • vous devez surveiller votre température et l’éventuelle apparition de symptômes, avec un test de dépistage immédiat en cas de symptômes, quel que soit votre âge.

    Sept jours après la fin de la période d’isolement de la personne positive avec qui vous avez été en contact, vous devrez de nouveau vous faire tester. Si vous vivez avec le malade, vous devrez attendre 17 jours après le début de ses symptômes (ou 17 jours après la date de prélèvement si elle est asymptomatique) pour effectuer un second test.

    Que faire si vous êtes cas contact et pas entièrement vacciné ou immunodéprimé ?

    Si votre schéma vaccinal est incomplet ou si vous êtes immunodéprimé, vous devez réaliser immédiatement un test de dépistage, RT-PCR ou antigénique (pour les enfants de moins de 6 ans, un prélèvement salivaire peut être réalisé si le prélèvement nasopharyngé est difficile ou impossible).

    ► Le test est positif

    Si le résultat est positif, vous devenez un cas confirmé de Covid-19, vous devez vous isoler et les autres membres de votre foyer sont considérés comme cas contact et doivent réaliser un test antigénique immédiatement.

    ► Le test est négatif

    Si le résultat est négatif, vous devez respecter un isolement chez vous :

    • soit de 7 jours, à partir de la date du dernier contact à risque avec la personne positive au Covid-19, si vous pouvez vous isoler strictement d'elle ;
    • soit de 7 jours après la fin des symptômes de la personne malade, si vous ne pouvez pas vous isoler d'elle, soit 17 jours après la date de début des signes (ou de la date de prélèvement diagnostique pour les malades sans symptôme).

    Si l'isolement à domicile n'est pas possible, une solution d'hébergement peut être proposée par la cellule territoriale d'appui à l'isolement (CTAI). Cette solution est à privilégier pour les personnes contact avec une immunodépression grave.

    Vous devez informer de votre situation les personnes avec qui vous avez été en contact à partir de 48h après votre dernière exposition avec la personne positive au Covid-19 et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux. Vos contacts peuvent réaliser une auto-surveillance de leur température et de l’éventuelle apparition de symptômes, avec un test diagnostique immédiat en cas de symptômes, quel que soit l’âge.

    A la fin de la période d’isolement (7 jours après le début de l'isolement ou 17 jours en cas d'impossibilité de s'isoler du malade), vous devez réaliser un second test. S’il est négatif, l’isolement peut être levé. S’il n’est pas réalisé, l’isolement est prolongé de 7 jours supplémentaires (sauf pour les enfants de moins de 6 ans).

    Que faire si vous devez vous isoler et ne pouvez pas télétravailler ?

    Si vous ne pouvez pas télétravailler et n’êtes pas en activité partielle, vous pouvez demander un arrêt de travail de 7 jours sur le site Declare.ameli.fr. Il débute à la date à laquelle l’Assurance-maladie vous a contacté pour vous informer que vous étiez cas contact. Si vous vous étiez isolé avant cette date, l’arrêt pourra être rétroactif dans la limite de 4 jours. Si les résultats du test ne sont pas connus à la fin de l'arrêt initial, vous pouvez demander une prolongation de l'arrêt dans la limite de 7 jours supplémentaires.

    A lire aussi