Assistant médical : découvrez ce nouveau métier

D’ici à 2022, le gouvernement envisage de créer 4000 postes d'assistants médicaux. Ces derniers auront pour tâche d'épauler les médecins et leur libérer du temps. Ce métier devrait se développer dans les années à venir.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
La prise de tension est l'une des tâches de l'assistant médical.
© adobestock

Tout le territoire est concerné par cette nouvelle organisation. Cependant, certains départements dont l’offre de soins est jugée insuffisante dans une ou plusieurs spécialités (anesthésie, radiologie, chirurgie, etc.) sont privilégiés.

Quel est le rôle de l'assistant médical ?

> Réaliser des tâches administratives : accueil du patient, création et gestion de son dossier médical, accompagnement de la mise en place de la télémédecine dans le cabinet, etc.

> Préparer la consultation : aide au déshabillage, prise de la tension et pesée, recueil des données relatives au mode de vie du patient, mise à jour du bilan vaccinal, délivrance de tests de dépistage, aide à la réalisation d’actes techniques (électrocardiogramme, par exemple).

> Organiser des rendez-vous et les coordonner avec d’autres professionnels de santé pour assurer la prise en charge du patient.

Qui peut exercer ?

> Les aides-soignants, infirmiers et secrétaires médicaux. Une formation d’assistant médical intégrée à la convention collective des personnels des cabinets médicaux est en cours de création. Les médecins pourront d’abord recruter des assistants médicaux sans ce diplôme spécifique. Ces derniers devront se former dans les deux ans suivant leur recrutement et obtenir un certificat de qualification professionnelle, au plus tard trois ans après leur prise de poste.

Qui peut en recruter ?

> Les médecins, généralistes ou spécialistes, répondant à certains critères. Le salaire des assistants est subventionné par une aide de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), variant entre 12000 et 36000 euros la première année selon les cas. Pour recevoir cette aide, un médecin doit avoir un nombre minimum de patients et s’engager a  augmenter sa patientèle. Par exemple, un généraliste doit pouvoir justifier d’au moins 640 patients en tant que médecin traitant.

INFO +

Ce nouveau métier est inscrit dans le plan santé du gouvernement intitulé “Ma santé 2022”, à consulter sur solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/masante2022/

df
Vanessa Vertus
Publié le

Partager cet article :