Aspirine, paracétamol, ibuprofène : comment les utiliser

Aspirine, paracétamol, ibuprofène… Ils arrêtent efficacement la douleur. Mais attention au cumul et au dosage excessif.
5mn de lecture

Fièvre, états grippaux, maux de tête… Pour être soulagé, il suffit d’entrer dans une pharmacie ou de puiser dans ses réserves de médicaments. L’aspirine, l’ibuprofène et le paracétamol sont couramment utilisés pour soigner les maux du quotidien.

Mais qu’en est-il en cas de prise régulière ou lorsque plusieurs de ces molécules sont ingérées simultanément ?

Il est recommandé de prendre l’aspirine et l’ibuprofène pendant les repas, accompagnés d’un verre d’eau, indique Philippe Denry, pharmacien à Gondreville. Il ne faut jamais céder à l’envie de multiplier les prises sous la pression de la fièvre ou de la douleur. Car le premier risque est le surdosage. 

Quand prendre de l'aspirine ?

  • Noms. Aspirine du Rhône, Aspirine Upsa, Alka-Seltzer, Aspro, Antigrippine… Sans ordonnance, non remboursés. Aspégic, Upsa 500 ou 1 000 mg, remboursés.
  • Utilisation. Rhumatismes, fièvre, douleurs musculaires, maux de tête, fluidifiant du sang après un accident cardiovasculaire, cancers digestif ou colorectal.
  • Dosage. Comprimé d’1 g toutes les huit heures, soit 3 g par jour pour un adulte. De préférence en sachet ou en comprimé effervescent, au cours du repas, ce qui limite les risques gastriques.
  • Risques. Allergie possible, ulcère à l’estomac ou du duodénum, problèmes gastriques, risque hémorragique (à éviter pendant les règles). Sauf avis médical, l’aspirine est déconseillée aux femmes enceintes.

D’abord utilisée par les malades souffrant de rhumatismes ou d’arthrose, l’aspirine est devenue l’antalgique qui traite toutes les douleurs. Elle a longtemps été utilisée pour faire baisser la fièvre des enfants avant l’arrivée, dans les années 1990, du paracétamol qui l’a reléguée au second plan.

Deux catégories de personnes en consomment régulièrement : les patients souffrant de maladies cardiovasculaires pour lesquels l’aspirine fluidifie le sang et évite la formation de caillots ; et ceux présentant un risque de phlébite, avant un voyage ou une immobilisation.

L'aspirine, aussi utilisée en prévention des cancers digestifs

"Une étude américaine, menée par le Pr Rothwell, vient de mettre en évidence son intérêt dans la prévention des cancers digestifs, si la prise, régulière, est supérieure à trois ans, signale François Chast, chef du service de pharmacie clinique à l’hôpital Cochin-Hôtel Dieu (Paris).

On propose aux patients à risque de cancer digestif, colorectal et de la prostate, sélectionnés sur leurs antécédents familiaux, la prise d’une dose par jour (entre 75 et 150 mg). Le risque de cancer est alors diminué de 10 %.

Cette prise sur une longue durée est également efficace quand le cancer colorectal est installé. Elle freine le développement des métastases. La démonstration est aussi faite chez les patients traités pour un risque de coagulation dans les maladies cardiovasculaires : ils développent moins de cancers. "

Quand prendre de l'ibuprofène ?

  • Noms. Advil, Nurofen, Midol, Calprofen, Ibuprofène, Antarène… Sans ordonnance.
  • Utilisation. Fièvre, douleurs, inflammation liée à l’arthrite, maux de tête, de dents, douleurs de règles, entorse, contusion.
  • Dosage. Pour un adulte, trois prises de 400 mg par jour (1 200 mg), au cours des repas, dans un verre d’eau. Disponible aussi en spray, gel, mousse ou pommade pour une action locale en cas d’entorse ou de problème inflammatoire (bien se laver les mains après application).
  • Risques. Allergie, ulcère gastroduodénal actuel ou passé. À éviter en cas de grossesse, insuffisance cardiaque sévère, insuffisance rénale, asthme, fragilité du foie, risques de surdosage lié à la prise simultanée de Rhinadvil ou de Rinureflexe (comprimés décongestionnant nasal contenant de l’ibuprofène).

L’ibuprofène, cousin de l’aspirine, est utilisé pour traiter la fièvre, la douleur et l’inflammation.

Eviter l'association d'ibuprofène avec des anticoagulants

L'ibuprofène doit être administré en cures inférieures à dix jours, à raison de 800 à 1 200 mg par jour.

"Au-delà il peut attaquer la muqueuse digestive et le duodénum et provoquer une hémorragie, produire une constriction des artères rénales qui inhibe la production d’urine, notamment chez les plus de 70 ans, met en garde François Chast.

Pour les sujets âgés ou souffrant d’insuffisance rénale, l’ibuprofène peut induire un infarctus ou un AVC. De plus, l’association est dangereuse si des anticoagulants sont déjà prescrits. Enfin, le cocktail aspirine-ibuprofène crée un risque d’interaction toxique avec l’albumine du sang qui les transporte. "

Quand prendre du paracétamol ?

  • Noms. Doliprane et génériques, Efferalgan, Humex Rhume, Actifed Rhume, Dolitabs et Paralyoc (tous deux fondent sous la langue). Sans ordonnance.
  • Utilisation. Maux de tête, de dents, fièvre, rhume, arthrose, rhumatismes (traitement au long cours). À utiliser en priorité en cas de fièvre chez l’enfant associé à une éruption cutanée (type varicelle). Le mieux indiqué pour les femmes enceintes.
  • Dosage. 4 g par jour maximum, avec une répartition des comprimés toutes les six heures pour l’adulte.
  • Risques. Infimes, sauf en cas de surdosage car très toxique pour le foie. On peut associer paracétamol et ibuprofène en cas de forte fièvre, en alternant les prises sur la durée.

Paracétamol : ne pas dépasser la dose prescrite 

"Le paracétamol est souvent consommé en automédication, car il est efficace contre la douleur. Mais peu de personnes connaissent la posologie de cette molécule (Doliprane et ses génériques).

Or, en cas de surdosage, les effets sur le foie sont particulièrement toxiques. « Les sujets âgés doivent se limiter à 3 g par jour en cure courte, sauf à craindre une intoxication hépatique, indi­que François Chast.

Cette destruction du foie est accentuée par l’absorption d’alcool. Plus d’une boîte par jour, pour une personne de 70 ans buvant trois verres de vin ou de whisky expose à un risque d’intoxication grave qui peut conduire dans un service de réanimation. »

df
Marie-Claude Fayard
Publié le