Sponsorisé par l'Assurance Maladie

Tout sur la Complémentaire santé solidaire

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

Pour qui ?

Familles modestes, parents isolés, travailleurs percevant des petits revenus, allocataires du RSA…, tous les assurés sociaux, donc toutes les personnes dont les frais de santé sont pris en charge par l’assurance maladie obligatoire, justifiant de faibles ressources, peuvent prétendre à la Complémentaire santé solidaire (CSS).

Exemples de plafonds de ressources à ne pas dépasser (en métropole) :

  • pour une personne, moins de 9 041 euros pour la CSS gratuite et entre 9 041 euros et 12 205 euros pour une CSS avec participation financière ;
  • pour quatre personnes, moins de 18 985 euros pour la CSS gratuite et entre 18 985 euros et 25 630 euros pour une CSS avec participation financière.

Astuces

À quel prix ?

Selon les ressources déclarées, la composition du foyer et l’âge des personnes couvertes, la participation mensuelle demandée varie de 0 euro à 30 euros maximum par mois et par assuré.

Qui gère la couverture complémentaire ?

Au moment de la demande de Complémentaire santé solidaire, le bénéficiaire peut choisir sa caisse d’assurance maladie ou un organisme complémentaire au sein de la liste fournie pour gérer cette couverture. Ces derniers ont tous une compétence nationale quel que soit le lieu de leur siège.

Quels soins ?

Soins de médecine générale et de médecine spécialisée, soins dentaires (dont la plupart des appareils, couronnes, etc.), soins infirmiers, soins de kinésithérapie, frais d’hôpital, médicaments, lunettes et prothèses auditives (parmi les offres dites 100 % santé), dispositifs médicaux (fauteuil roulant, cannes, pansements, etc.) sont pris en charge totalement par la Complémentaire santé solidaire.

Quels remboursements ?

Tout praticien ou tout autre professionnel de santé doit pratiquer le tiers payant au profit des bénéficiaires de la Complémentaire santé solidaire. Ces derniers n’avancent donc aucun frais.

À noter que les praticiens ne peuvent pas exiger des dépassements d’honoraires, sauf si le bénéficiaire a une exigence particulière (déplacement à domicile non justifié, visite à une heure inhabituelle, etc.).

À qui la demander ?

Une seule demande, via son compte personnel ameli.fr, de Complémentaire santé solidaire par foyer est nécessaire. Elle bénéficie à tous les membres de la famille : conjoint, concubin, partenaire de Pacs (pacte civil de solidarité), enfants à charge de moins de 25 ans.

On peut aussi envoyer le formulaire papier rempli et les pièces justificatives à sa caisse d’assurance maladie.

A lire aussi
Auteur : 
Article mis à jour