Le gouvernement veut consacrer 1 milliard d’euros pour financer la rénovation des Ehpad

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Personnes âgées, aidant, mains
© thodonal

Les Ehpad vont-ils gagner en qualité ? La ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, et la directrice de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), Virginie Magnant, détaillent l’usage qui doit être fait d’une enveloppe de 990 M€ pour la rénovation des établissements pour personnes âgées dépendantes situés en France métropolitaine hors Corse, dans une instruction dont la publication doit intervenir dans les prochains jours.

Les directeurs généraux des Agences régionales de santé (ARS), destinataires du document, doivent agir en faveur de « la résorption des situations d’Ehpad ne garantissant pas une qualité d’accueil des personnes et une qualité de vie au travail des professionnels conformes aux attentes », indique ce document, révélé par Les Echos et que Dossier Familial s’est également procuré.

« Mettre fin aux chambres doubles » dans les Ehpad

La rénovation doit viser les établissements jugés prioritaires à partir de critères énumérés, parmi lesquels les « taux de chambres doubles ou multiples élevés », les « couloirs et espaces collectifs dépersonnalisants », les « mauvaises performances thermiques » ou l’« état général insatisfaisant ».

« Pour la première fois, nous donnons une perspective pluriannuelle aux ARS, en leur disant précisément quel Ehpad nous voulons pour demain », à horizon de dix ans, a expliqué Brigitte Bourguinon aux Echos. « Au sein des Ehpad, les chambres ne doivent plus ressembler à des chambres, mais à un vrai logement. Il faut mettre fin aux chambres doubles. »

L’instruction répète la volonté gouvernementale de faire naître « une nouvelle génération d’Ehpad, caractérisée par le sentiment d’être chez soi ».

« Vous serez notamment attentifs à une surface des espaces privés adaptée aux besoins d’intimité des personnes accueillies et au projet de l’établissement. Le sentiment d’être chez soi passe aussi par une conception permettant la personnalisation, la mise en valeur et en visibilité d’autres aspects que le lit », demandent Brigitte Bourguignon et Virginie Magnant aux directeurs généraux des ARS.

Les Ehpad doivent en outre s’ouvrir sur leur « environnement de proximité », notamment en comprenant « des espaces permettant des activités aussi bien pour l’établissement que pour le quartier et la ville », comme des jardins partagés.

Le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes privilégié

Tout en souhaitant une rénovation des Ehpad, le gouvernement privilégie le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes. Les établissements doivent avoir « vocation » à « garantir un haut niveau de prise en soin adapté à un public présentant davantage de pathologies, notamment neuro-évolutives et un besoin élevé d’accompagnement dans l’autonomie », d’après l’instruction.

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PFLSS) pour 2022 confirme ces orientations. « Le développement de l’offre d’accompagnement à domicile va s’accompagner d’une concentration des Ehpad vers l’accueil des personnes âgées dont les besoins en soins et en accompagnement sont les plus élevés », est-il écrit dans le dossier de présentation du texte, qui a été présenté le 6 octobre en Conseil des ministres.

Le PFLSS « prévoit la création de nouvelles places en Ehpad à compter de 2024, limitée à un peu plus de 2 000 places par an », est-il précisé dans le dossier de présentation. Le gouvernement évalue le coût de l’ouverture de ces places à 80 M€ d’ici 2025.

A lire aussi