RSA, APL, AAH, prime d'activité... 1 Français sur 3 ne réclame pas ces aides

6 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Filipfoto - iStock

Chaque année en France, 10 milliards d’euros d’aides sociales ne seraient pas réclamés par leurs potentiels bénéficiaires. Partant de ce constat, la plateforme Mes-Allocs.fr, qui informe et accompagne les particuliers dans leurs démarches relatives aux aides financières, a réalisé une étude sur le niveau de non-recours à 7 prestations, les principales versées dans l’Hexagone, à partir des données de la Caisse d’allocations familiales (CAF), de l’Insee et d’un rapport de l’Assemblée nationale. Il en ressort que certaines aides sont beaucoup plus demandées que d’autres.

En vidéo : Nouveaux montants aides de la CAF 2022

Simulez vos droits en 5 minutes
Simulez vos droits en 5 minutes Tous nos conseils pour économiser, Votre budget comparé à la moyenne des français J'y vais

L’allocation de rentrée scolaire (ARS)

L’allocation de rentrée scolaire est bien connue des familles puisque le taux de non-recours moyen est évalué à seulement 12 % pour les foyers avec un enfant et 5 % pour ceux avec deux enfants.

Destinée à financer les dépenses de la rentrée scolaire, l’ARS est versée une fois par an au mois d’août par la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou la Mutualité sociale agricole (MSA) aux familles modestes ayant au moins un enfant scolarisé âgé de 6 à 18 ans.

Et son montant n’est pas négligeable, d’autant que l'ARS est versée pour chaque enfant scolarisé. En 2021, l’ARS s’est élevée à 370,31 euros par enfant âgé de 6 à 10 ans, 390,74 euros par enfant âgé de 11 à 14 ans et 404,28 euros par adolescent de 15 à 18 ans.

Comment demander l’ARS ? Les formalités à accomplir pour obtenir l’allocation dépendent de la situation de la famille. Se renseigner auprès de la CAF ou de la MSA.

L’allocation de soutien familial (ASF)

Comme l’ARS, l’allocation de soutien familial (ASF) est bien connue des parents éligibles puisque le taux de non-recours moyen s’élève à 14 %.

Cette aide, versée par la CAF ou la MSA, est destinée aux parents élevant seuls un ou plusieurs enfants ainsi qu’aux couples ayant recueilli un enfant orphelin. Pour y avoir droit, aucune condition de ressources n’est exigée. En revanche, il faut que l’autre parent ne participe plus aux frais depuis au moins un mois ou que la pension alimentaire qu’il verse soit inférieure à 109,65 euros. Le parent isolé doit résider en France et son enfant à charge être âgé de moins de 20 ans.

Revalorisé chaque année, le montant de l’ASF s’élève jusqu’au 31 mars 2022 à :

  • 116,11 euros par mois par enfant privé de l’aide de l’un de ses parents,
  • 154,78 euros par mois par enfant, lorsqu'il est privé de l’aide de ses deux parents.

Comment demander l’ASF ? La demande s’effectue auprès de la CAF ou de la MSA à l’aide d’un formulaire.

L’allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH)

A l’inverse, l’allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH) est peu demandée par les parents qui pourraient en bénéficier. C’est même l’aide qui affiche le taux de non-recours le plus élevé parmi les sept aides étudiées par Mes-Allocs.fr. Il atteint 85 % pour un enfant ayant une incapacité permanente de 50 %.

Pourtant, cette aide financière versée mensuellement par la CAF ou la MSA permet aux parents ayant la charge d’un enfant en situation de handicap âgé de moins de 20 ans de supporter certains frais d’éducation et de soins.

Revalorisé chaque année, le montant de base de l’AEEH s’élève jusqu’au 31 mars 2022 à 132,74 euros et peut être complété, en fonction du niveau de handicap, par un complément d'AEEH et un autre complément dit de majoration spécifique pour parent isolé.

Comment demander l’AEEH ? La demande d’AEEH s’effectue auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) à l’aide du formulaire Cerfa n°15692*01.

Consultez le guide pratique "Je suis en situation de handicap"
Consultez le guide pratique "Je suis en situation de handicap"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    L’allocation aux adultes handicapés (AAH)

    L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est également peu demandée par ses potentiels bénéficiaires. D’après l’étude, le taux de non-recours moyen s’élève à 61 % pour les personnes ayant une incapacité supérieure à 50 %.

    Pourtant, cette aide financière, versée mensuellement par la CAF ou la MSA, permet aux personnes handicapées d’avoir un minimum de ressources. Elle est attribuée sous réserve de respecter des critères d’incapacité, d’âge, de résidence et de ressources.

    Revalorisé chaque année, son montant s’élève jusqu’au 31 mars 2022 à 903,60 euros pour une personne seule sans ressources.

    Comment demander l’AAH ? La demande d’AAH s’effectue auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) à l’aide du formulaire Cerfa n°15692*01.

    Les aides au logement (APL, ALS, ALF)

    Le taux de non-recours aux aides au logement de la CAF et de la MSA est évalué en moyenne à 37 %. Au nombre de trois (aide personnalisée au logement, allocation de logement familiale et allocation de logement social), ces aides permettent aux locataires aux revenus modestes de payer une partie du loyer de leur résidence principale. Elles sont attribuées en fonction de divers critères et leur montant dépend notamment des ressources du foyer. Attention, ces trois aides ne sont pas cumulables.

    Comment demander les aides au logement ? La demande s’effectue auprès de la CAF ou de la MSA.

    Le revenu de solidarité active (RSA)

    Censé être le principal instrument de lutte contre la pauvreté, le revenu de solidarité active (RSA) ne bénéficie pas suffisamment aux personnes auxquelles il est destiné, puisque le taux de non-recours moyen est évalué à 35 %.

    Pourtant, le RSA permet aux personnes sans ressources de bénéficier d’un minimum de revenu qui varie selon la composition du foyer. Il est versé, sous conditions, par la CAF ou la MSA aux personnes âgées d’au moins 25 ans et aux jeunes actifs âgés de 18 à 24 ans.

    Revalorisé chaque année, le montant forfaitaire du RSA s’élève jusqu’au 31 mars 2022 à 565,34 euros par mois pour une personne seule et sans enfant et à 848,01 euros pour un couple.

    Comment demander le RSA ? La demande s’effectue auprès de la CAF ou de la MSA à l’aide du formulaire cerfa n015481*01.

    La prime d’activité

    Par rapport au RSA, le taux de non-recours de la prime d’activité est encore plus élevé : 53 % !

    Cette allocation mensuelle accordée par la CAF ou la MSA permet pourtant aux travailleurs aux ressources modestes de compléter leurs revenus. Un coup de pouce non négligeable, puisque le montant moyen s’élevait à 185 euros par mois en 2019, selon la CAF.

    Pour y avoir droit, il faut notamment avoir plus de 18 ans, résider en France de manière stable et avoir des revenus ne dépassant pas un certain plafond.

    Le calcul de la prime d’activité étant complexe, il vaut mieux faire une simulation pour estimer le montant auquel vous avez droit.

    Comment demander la prime d’activité ? La demande s’effectue auprès de la CAF ou de la MSA.

    A lire aussi