Contrat d'engagement jeune : tout ce qu'il faut savoir sur l'aide de 500 €

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Jean-Philippe Wallet - iStock

Le contrat d'engagement jeune permet à des « décrocheurs » âgés de moins de 26 ans de se réinsérer en bénéficiant d’un parcours de formation et d'insertion, mais aussi d’une aide financière. Il a pour objectif de lutter contre le chômage massif dans cette tranche d'âge : en effet, près d'un jeune sur dix est sans emploi en France. C'est deux fois plus que pour l'ensemble de la population

« Fondé sur une logique de devoirs et de droits », de la bouche du président de la République Emmanuel Macron lors de l'annonce de ce nouveau dispositif à l'été 2021, le contrat d'engagement jeune était initialement baptisé Revenu d'engagement. 

Fin 2019, 43,5 % des bénéficiaires de l'ancien dispositif de la Garantie jeunes avaient accédé à un emploi, une formation, un contrat en apprentissage ou une création d'entreprise (Source : Dares).

Qui peut bénéficier du contrat d'engagement jeune ?

Le contrat d'engagement jeune s'adresse aux NEETS (pour "Not in Education, Employment or Training", en anglais). Dans la langue de Molière, cela concerne les jeunes sans emploi, ni formation âgés de 16 à 25 ans (jusqu'à 30 ans pour les personnes handicapées).

En vidéo : 2 minutes pour comprendre : Le Revenu d'engagement

Montant et conditions du contrat d'engagement jeune

Le montant de l’allocation est de 500 € maximum par mois si le jeune est fiscalement détaché du foyer de ses parents. La première condition, quant à elle, est de ne pas gagner plus de 930 €, les revenus des parents n'étant pas pris en compte. Les jeunes rattachés à un foyer imposable de tranche 1 peuvent percevoir 300 € par mois. L'allocation peut aussi être versée de façon différentielle si le jeune dispose d'une autre source de revenus afin de limiter le cumul à 500 € par mois.

Les étudiants ne peuvent pas prétendre à cette allocation.

Suivant une « logique de droits et de devoirs », le contrat d'engagement jeune est soumis à plusieurs conditions tacites. En cas de non-respect des engagements (abandon, absence d’implication...), l’aide financière sera interrompue.

En effet, en échange de cette allocation, il faudra suivre 15 ou 20 heures par semaine un programme « d'accompagnement pour découvrir un métier, se former, trouver un apprentissage ou un emploi », selon le communiqué publié par l'Élysée. Des conditions « d'acceptation des offres d'activité faites » pourront également s'appliquer.

Quelle est la durée du contrat d'engagement jeune ?

Si l'Élysée n'a pas encore détaillé les conditions de durée du Contrat engagement, les premières informations faisant suite à la primo-annonce présidentielle de l'été dernier faisaient état d'une durée du parcours d’accompagnement qui pourrait être modulée de 1 an à 18 mois, selon les besoins.

Comment obtenir le contrat d'engagement jeune ?

Vous devez vous rapprocher d’une mission locale (liste complète sur Unml.info/les-missions-locales/annuaire/). 

Après un diagnostic permettant de comprendre votre situation, vos compétences et vos besoins, vous vous engagez à suivre l’accompagnement proposé et à accepter les propositions de formations, d'apprentissage ou de stages qui vous seront faites.

Astuces

A lire aussi