Prévenir les allergies

Prévenir les allergies

Impossible de modifier son terrain génétique. En revanche, on peut limiter les contacts avec les allergènes.

Empêcher la survenue de l'allergie est la meilleure des préventions. Les médecins appellent cela la prévention primaire.

Elle est de moins en moins pratiquée car les recommandations d’autrefois se sont avérées peu ou pas efficaces. Nous avons longtemps cru qu’en conseillant aux familles de se séparer de leur chat avant l’arrivée d’un bébé, on préviendrait l’allergie chez leur enfant.

Les travaux récents montrent que cette approche n’est pas protectrice et peut même parfois induire l’effet inverse (chez certains enfants, la présence d’un animal dès les premières années de vie pourrait avoir un effet protecteur).

L’éviction totale de l'allergène, quand c’est possible

Lorsque les premières manifestations de l’allergie sont déjà apparues, le but de la prévention consiste à éviter leur aggravation et à en limiter la fréquence. En la matière, l’arme la plus efficace reste bien sûr l’éviction totale de l’allergène, lorsque cela est possible.

Car s’il est relativement simple de ne pas manger de crevettes ou de moutarde, il est déjà plus difficile de supprimer tout œuf de son alimentation et quasiment impossible de ne jamais être en contact avec des acariens, de la poussière ou des pollens.

Prenez vos distances

Mais on peut tout de même tenter de limiter les contacts. En période de pollinisation, par exemple, il est conseillé de fermer les fenêtres et d’utiliser la climatisation, d’éviter de jardiner, de tondre la pelouse, de faire la sieste dans l’herbe et de faire sécher son linge au grand air.

Après avoir passé plusieurs heures dehors, mieux vaut prendre une douche en rentrant pour se débarrasser du pollen accumulé durant la journée.

Certains médecins recommandent aussi aux personnes allergiques de porter des lunettes de soleil pour protéger leurs yeux des pollens et des irritants en suspension dans l’air. Et avant de partir en promenade, il est toujours utile de s’informer de l’activité des pollens dans sa région (consulter le site www.rnsa.asso.fr).

Aérer et laver à 60°

Les personnes allergiques aux acariens ou aux poils d’animaux sont encouragées à aérer tous les jours leur logement pendant au moins une demi-heure, à proscrire les moquettes et les tapis, à laver le linge à 60° lorsque cela est possible et à n’accepter aucun animal dans leur chambre à coucher. Sans oublier de choisir leur destination de vacances au-dessus de 1 500 mètres : les acariens détestent l’altitude !

Allergies : vrai ou faux ?

On peut être allergique aux piqûres de guêpes

Vrai : et aussi aux abeilles. Cette allergie, qui peut-être mortelle, est d'autant plus dangeureuse que rien ne permet de la prédire. Heureusement, la désensibilisation sous forme d'injections est efficace dans 93 à 97 % des cas.

Les OGM multiplient les risques d’allergie

Faux : aujourd’hui, il n’y a pas de cas établi d’allergie alimentaire à des protéines transgéniques, mais les experts restent vigilants. Par ailleurs, les OGM pourraient permettre de modifier des aliments par génie génétique, pour leur faire perdre leur pouvoir allergisant.

Le label "antiacariens" mentionné sur certains produits (matelas, couette, peinture…) est une garantie

Faux : ce label n’est pas une preuve puisqu’il n’existe aucune réglementation précise. Tout fabricant peut donc l’afficher sur ses produits. Demandez conseil à votre allergologue, il connaît les produits qui ont été scientifiquement testés.

En cas d’allergie à un médicament usuel, il faut toujours faire un test

Vrai : car le principal danger chez un enfant qui prend des médicaments est en effet l’infection. D’où l’intérêt de ces tests dits "de provocation", qui se pratiquent à l’hôpital. Ils permettent de confirmer, ou d’infirmer, l’allergie, évitant ainsi de se priver à tort d’un médicament, efficace de surcroît, des antibiotiques par exemple.

Certaines allergies sont des maladies professionnelles

Vrai : à l’instar des boulangers, coiffeurs, ouvriers des travaux publics ou travailleurs du bois, personnels de santé, etc. En effet, la farine (19,2 %), les isocyanates des colles et dérivés (13,3 %), le latex (6,9 %) et les sels de persulfate que contiennent les teintures (6,8 %) sont les substances les plus incriminées dans les maladies respiratoires allergiques professionnelles.

Contacts utiles

- Asthme & Allergie
Tél : 0 800 19 20 21 (numéro Vert, gratuit depuis un poste fixe)
Web : www.asthme-allergies.org

- AFPRAL
Association française pour la prévention des allergies
Tél. : 01 70 23 28 14 (mardi, mercredi, jeudi de 10 heures à 14 heures)
Web : allergies.afpral.fr

À lire aussi : Allergies : faut-il désensibiliser ?