La suppression de la cotisation de Sécurité sociale étudiante à la rentrée 2018

La suppression de la cotisation de Sécurité sociale étudiante à la rentrée 2018
Les étudiants boursiers seront exonérés de la « contribution » de 90 €. - © anyaberkut

Les étudiants seront rattachés au régime d’assurance-maladie de leurs parents. Mais une nouvelle « contribution » de 90 € entre en vigueur à la prochaine rentrée universitaire.

C’est l’une des mesures de la loi du 8 mars sur l’orientation et la réussite des étudiants : la suppression de leur régime d’assurance-maladie spécifique, jugé défaillant par le gouvernement d’Edouard Philippe.

Les étudiants commençant leur cursus à la rentrée de l’année 2018-2019 seront rattachées au régime d’assurance-maladie de leurs parents.

Cette affiliation sera décalée à la rentrée 2019 pour les étudiants actuels qui poursuivront leur formation.

Vous n’aurez donc plus à régler la cotisation de Sécurité sociale étudiante, dont le montant s’élève à 217 € pour l’année universitaire 2017-2018.

Vous pourrez toujours recourir à une mutuelle étudiante (régionale ou LMDE) pour bénéficier d’une couverture complémentaire facultative.

Les étudiants « disposeront désormais de la même qualité de suivi et d’accompagnement que les autres assurés, ce qui n’était pas le cas compte tenu des difficultés rencontrées en matière de gestion du régime de Sécurité sociale étudiante », indiquait le gouvernement dans l’exposé des motifs du projet de loi.

Les boursiers exonérés de la contribution de 90 €

Mais ils devront régler une nouvelle « contribution ». D’un montant de 90 €, elle est conçue pour « favoriser l’accueil et l’accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif des étudiants et […] conforter les actions de prévention et d’éducation à la santé », prévoit l’article 12 du texte promulgué.

Les étudiants boursiers seront exonérés. Toutefois, comme le remarque le quotidien Le Monde, certaines personnes exemptées du règlement de la cotisation de Sécurité sociale étudiante ou dispensées d’affiliation à ce régime vont devoir payer la contribution. Il en est ainsi des étudiants âgés de moins de 20 ans ou exerçant une activité professionnelle en tant que salariés permanents.