Fraude à la carte bancaire : comment y faire face ?

Fraude à la carte bancaire : comment y faire face ?
Le nombre de victimes d’au moins une escroquerie bancaire augmente chaque année. - © fivepointsix

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) évalue à 1,21 million le nombre de ménages victimes d’au moins un débit bancaire frauduleux en 2016. Découvrez comment prévenir et réagir à cette situation.

Le nombre de victimes d’au moins une escroquerie bancaire augmente chaque année. L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) évalue à 1,21 million le nombre de ménages victimes d’un débit frauduleux ou davantage en 2016. Six ans plus tôt, « 500 000 ménages déclaraient avoir subi au moins une escroquerie sur leur compte bancaire », rappelle l’ONDRP dans une étude parue mercredi 16 mai. 

Le ministère de l’Intérieur donne différents conseils aux consommateurs, pour prévenir une fraude à la carte bancaire ou pour réagir à une telle situation.

Eviter une fraude

Lors d’un retrait ou d’une transaction, les caractéristiques de votre carte sont susceptibles d’être reproduites, par l’intermédiaire « d’un lecteur spécifique », souligne le ministère de l’Intérieur. « Votre code confidentiel peut parfois être également capturé à l’aide d’une caméra ou par le biais d’un détournement du clavier numérique », expliquent les autorités.

Surveillez toujours votre carte, ne la quittez jamais des yeux durant vos transactions et, si possible, gardez-la en main.

Invitez les personnes que vous réglez à confirmer le montant qui sera débité de votre carte.

« N’autorisez jamais un commerçant à photocopier le verso de votre carte, où se trouve votre code de sécurité », indique le ministère de l’Intérieur.

Sur un terminal de paiement électronique (TPE) comme sur un distributeur automatique de billets (DAB), saisissez votre code confidentiel à l’abri des regards, par exemple en le cachant de votre main libre.

« Si un distributeur automatique de billets vous semble modifié, ne l’utilisez pas », recommande le ministère.

Les escroqueries sont fréquentes sur Internet. Les autorités alertent ainsi contre le risque de hameçonnage (phishing). Le schéma est le suivant : un courriel non sollicité vous demande de vous rendre sur un site Internet, où vous devez fournir vos données personnelles.

Devant une tentative de hameçonnage, veillez à :

  • ne jamais transmettre vos données personnelles à un tiers ;
  • vous méfier des demandes prétendument urgentes ;
  • ne pas répondre à ces courriels, ne pas les transférer.

Des précautions particulières doivent être prises si vous envisagez de vous rendre l’étranger. Avant le départ, il faut dans l’idéal :

  • prévenir de votre voyage votre banque, susceptible de bloquer votre carte en présence de mouvements inhabituels ;
  • vérifier l’existence d’une banque partenaire de la vôtre dans votre pays de destination ;
  • s’assurer que vous disposez des numéros de téléphone vous permettant de faire opposition à votre carte en cas de besoin.

Réagir à une fraude

« En 2016, un peu plus de 834 000 ménages victimes de retraits frauduleux ont déclaré s’être aperçus de la fraude en consultant leur relevé bancaire », d’après l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Seules 22 % des victimes ont pris connaissance de la fraude par leur banque.

Le ministère de l’Intérieur préconise :

  • de contacter les plateformes des réseaux de carte bancaire ;
  • d’informer des mouvements suspects votre banque ou la société qui vous a délivré la carte, si elle n’est pas encore au courant ;
  • de signaler les faits à la police ou à la gendarmerie. A noter : depuis juin dernier, ce signalement peut être fait en ligne sur la plate-forme Perceval, pour éviter la queue dans les bureaux des forces de l'ordre. mise en place par la gendarmerie nationale, qui permet de faire ses démarches en ligne pour être remboursé au plus vite par sa banque.