Comment faire appel à un avocat ?

Comment faire appel à un avocat ?

Vous hésitez à recourir aux services d'un avocat ? Pour vous familiariser, commencez par l'une des consultations gratuites organisées dans toute la France. Ensuite, il vous restera à trouver l'homme de la situation… et à lui parler de votre affaire !

D'après une enquête de l'Insee (Insee Première n° 557), 37 % des personnes ayant fait appel à un avocat l'ont connu par le bouche à oreille, 14 % l'ont trouvé dans l'annuaire ou ont vu son nom sur une plaque d'immeuble.

Seulement 9 % sont allés voir un avocat qui leur était conseillé par un autre professionnel du droit (notaire, huissier, greffier).

Pourquoi consulter un avocat ?

Un avocat n'intervient pas qu'au cours d'un procès.

Il peut agir en amont pour vous conseiller, vous donner son avis sur la solidité de l'action en justice que vous pensez entreprendre, les risques que vous encourez et vos chances de réussir. Un bon avocat n'est pas un procédurier : il essaiera de vous concilier avec votre adversaire et fera le maximum pour éviter d'aller jusqu'au procès.

C'est pourquoi il est souvent sage de le consulter bien avant qu'un litige ne s'aggrave.

Comment trouver l'avocat qu'il vous faut ?

Schématiquement, il existe deux sortes d'avocats : les pénalistes (droit pénal) et les civilistes (droit de la personne - famille, divorce -, droit social, droit de l'immobilier, etc.). La logique commande donc que vous preniez un pénaliste pour toutes les affaires qui relèvent du tribunal de police, du tribunal correctionnel et des Assises.

Et un civiliste pour aller devant le tribunal d'instance, de grande instance ou au tribunal administratif. Depuis 1992, les avocats sont autorisés à indiquer leur spécialité sur leurs papiers professionnels. Mais, pour ne pas écarter les clients potentiels qui ne seraient pas intéressés par leur spécialité, beaucoup ne la signalent pas...

Si vous obtenez des noms d'avocats sans recommandation particulière, essayez de vous renseigner (auprès d'une association de consommateurs si vous avez un problème de consommation ; d'un syndicat, des délégués du personnel ou du comité d'entreprise si c'est un litige de droit du travail) pour savoir s'ils connaissent l'un d'entre eux et quelle est sa réputation locale.

Quels sont les honoraires d'un avocat ?

Il n'existe pas de barème d'honoraires, ceux-ci sont fixés de gré à gré. Le coût varie en fonction de nombreux paramètres (renommée de l'avocat, structure et lieu de son cabinet, complexité de votre affaire, votre "situation de fortune"...).

À titre d'exemple, les prix horaires des avocats varient de 75 euros pour un avocat de province débutant à plus de 450 euros pour un avocat de renom, spécialisé, dans un grand cabinet parisien.

À Paris et dans la petite couronne, les prix moyens horaires oscillent entre 150 et 250 euros (+ TVA à 19,6 %).

L'association Divorcés de France, qui ne s'occupe pas que d'affaires de divorces, pratique des honoraires raisonnables (voir sur leur site : www.ddf.asso.fr).

L'avocat peut également travailler au forfait : l'avocat et son client se mettent dès le début d'accord sur une rémunération globale.

Enfin, il peut aussi, en cas de réussite de votre affaire, prendre un pourcentage sur ce qu'il a obtenu en plus de ses honoraires de base. Tout est à négocier.

Et si, lorsque la note arrive, vous n'êtes pas d'accord, discutez-en avec lui.

Ce n'est qu'en cas de désaccord complet que vous soumettrez votre cas au bâtonnier de l'ordre des avocats, par simple lettre, pour lui demander de fixer les honoraires de votre avocat. Vous lui communiquerez alors tous les éléments possibles d'appréciation : nature de votre affaire, nombre d'audiences, durée de la procédure, etc.

Le bâtonnier, après vous avoir convoqué tous deux, rendra sa décision dans les trois mois.

Comment évaluer le sérieux d'un avocat ?

Un bon avocat n'est pas celui qui va vous impressionner avec un jargon juridique totalement hermétique et répondre sur-le-champ à votre question.

Au contraire. Vous jugerez votre avocat sur sa capacité à vous parler en langage courant.

De même, un avocat sérieux a le droit de ne pas avoir la science infuse et de préférer vérifier quelques points de droit avant de se prononcer sur votre affaire.

Si vous ne "sentez pas" l'avocat que vous avez rencontré, n'hésitez pas à en consulter un autre (voire plusieurs) avant de vous décider. Il vaut mieux prendre son temps avant la procédure pour choisir l'avocat qui convient que d'en changer pendant (là, ça coûte plus cher !).

Sur le Web : faire appel à un avocat

À moins d'être un habitué des tribunaux ou d'avoir un avocat dans ses connaissances, il est souvent bien difficile de savoir à qui s'adresser en cas de procès.

Sur le Web, l'Ordre des avocats de Paris répond à cette question cruciale en matière de justice : à quoi sert un avocat ? Il passe en revue son rôle, les services et les prestations qu'il peut rendre. Il vous est également expliqué le mode de paiement des avocats et une fourchette de leurs tarifs vous est donnée.

Pour trouver l'avocat spécialiste de votre cas, consultez cet Annuaire des professionnels du droit. Ils sont classés par domaine d'activité (divorce, succession, droit du travail…) et par région.

Et aussi sur Dossier familial