Personnes handicapées : les clés pour trouver un emploi

Personnes handicapées : les clés pour trouver un emploi
Certaines grandes entreprises mènent une politique active de recrutement des travailleurs handicapés. - © Francesco83

Face aux réticences des recruteurs et à la nécessité d’occuper un poste adapté, nos experts vous conseillent sur les stratégies à adopter.

Les statistiques sont là : une personne avec un handicap est deux fois plus exposée au chômage que l’ensemble de la population.
 « Des clichés récurrents persistent dans les entreprises, expose Virginie Delalande, fondatrice du cabinet Handicapower, notamment la crainte de l’absentéisme ou la peur que ce soit un poids pour le reste de l’équipe. » De plus, se pose la question du niveau de qualification, en moyenne moins élevé que dans l’ensemble de 
la population, l’accès aux études supérieures pouvant relever du parcours du combattant pour les jeunes handicapés.
 « Mais la majorité des handicaps survient au cours de la vie, note Yannick Metzger, consultant de l’association Action et Compétence Alsace. Des métiers faiblement qualifiés et à forte pénibilité, comme ceux du bâtiment, sont générateurs du statut handicapé. »

Obtenir la qualité de travailleur handicapé

La loi handicap de 2005 a renforcé l’obligation pour les entreprises de plus de 20 salariés
 de compter au moins 6 % de travailleurs handicapés dans leurs effectifs. Demander une reconnaissance administrative de son handicap permet de bénéficier de cette mesure. « Une entreprise ne recrutera pas
 un travailleur handicapé pour remplir son obligation d’emploi, prévient néanmoins Yannick Metzger. Si elle ne la remplit pas,
 la taxe annuelle dont elle doit s’acquitter, de
 4 000 euros environ par unité manquante, reste très en deçà d’un salaire. Ce sont les compétences qui seront toujours privilégiées. »

Reste que la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) donne accès à des dispositifs de formation 
ou d’accompagnement spécifiques. « Elle protège le salarié et permet d’aménager ses horaires ou de financer l’adaptation de son poste de travail », ajoute Sadia Benhnoun, chargée des relations entreprises à l’Établissement et service d’aide par le travail (ESAT) Hors Murs de l’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (Ladapt) des Hauts-de-Seine. Faire reconnaître son handicap demeure donc une bonne stratégie. Mais attention aux délais de la démarche. Selon les régions, ils peuvent varier entre quatre et six mois.

Miser sur les réseaux spécialisés


Parallèlement à la recherche classique d’un emploi, vous pouvez consulter des offres et déposer votre CV sur les nombreux sites spécialisés « emploi et handicap ». Des forums de recrutement sont organisés toute l’année, parfois uniquement sur internet. En outre, n’hésitez pas à vous tourner vers les réseaux proposant un accompagnement prenant en compte le handicap. Sur orientation de Pôle emploi, les Cap emploi offrent un soutien renforcé aux travailleurs handicapés éloignés de l’emploi. Ladapt œuvre également dans toute la France pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Enfin, des cabinets de recrutement spécialisés, plutôt orientés vers les profils de cadres, sont susceptibles de fournir des offres d’emploi et des conseils personnalisés.

Ne pas négliger les PME

Pour répondre à leur obligation 
d’emploi, mais aussi dans une logique de responsabilité sociale, certaines grandes entreprises mènent une politique active de recrutement. Généralement dotées d’une mission handicap, elles sont a priori intéressantes pour y postuler. « Mais il faut être attentif à ce que la demande ne vienne pas de très haut dans la hiérarchie, alors que les équipes ne sont pas prêtes
 à accueillir une personne handicapée », avertit Sadia Benhnoun.

Ne négligez pas non plus les petites entreprises. « Celles-ci recrutent également et ont une approche plus familiale. Il est en général plus facile d’y moduler son poste, avec des aménagements horaires ou autres », indique Yannick Metzger. Les agences d’intérim, quant à elles, sont pour la plupart très engagées dans la démarche.

Réussir son entretien

Mentionner son handicap lors d’un entretien d’embauche est un choix personnel. « On peut évoquer une impossibilité en mettant en face les solutions que l’on propose : il faut anticiper les blocages que peut ressentir l’interlocuteur et le rassurer en permanence, sans que tout l’entretien tourne autour du handicap », conseille Virginie Delalande.

Yannick Metzger suggère de se renseigner sur les aides aux entreprises, notamment auprès de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph), « pour dire à l’employeur que des structures peuvent l’aider gratuitement à trouver des solutions d’aménagement ».

Et pourquoi ne pas faire de ses limites un atout ? Selon Virginie Delalande, « le handicap amène à développer des compétences spécifiques, que l’on pourra mettre en avant : une capacité d’adaptation extraordinaire, de la polyvalence, de l’organisation... des qualités très recherchées ». Ancienne juriste, puis responsable marketing, cette femme sourde de naissance en sait quelque chose !

Contacts utiles

À lire aussi :

Qu'est-ce que l'allocation supplémentaire d'invalidité ?