Handicapés : des vacances, enfin !

Handicapés : des vacances, enfin !

Plage, montagne, séjours touristiques, culturels ou sportifs…, toutes les possibilités de vacances sont désormais accessibles aux handicapés.
Associations et mairies ont développé des équipements et des sites touristiques qui leur sont adaptés.

L'imagination et l'inventivité ont permis de multiplier les loisirs accessibles aux handicapés physiques pendant leurs vacances. Tour d'horizon.

À l'eau

Des municipalités situées un peu partout sur le littoral (comme Hendaye, Nice, Perros-Guirec ou Notre-Dame-de-Monts, en Vendée) ont aménagé leurs plages en installant des rampes d'accès, des sanitaires et des douches accessibles et des chemins menant près de l'eau.

De plus, des fauteuils sont désormais spécialement adaptés pour entrer dans la mer.

Grâce à du matériel spécialement conçu, les handicapés peuvent pratiquer rafting, voile, plongée, kayak, ski nautique…

Vers les cimes

En montagne, des randonnées sont possibles grâce aux "joëlettes", des sortes de chaises à porteur munies d'une roue et que des accompagnateurs peuvent transporter lors d'accès difficiles.

Des écoles françaises de ski comme la Rosière, en Savoie, ou Barèges, dans les Hautes-Pyrénées, disposent ainsi d'équipements (uniski, dual ski…) permettant d'organiser des cours.

La luge nordique est une activité souvent proposée en saison hivernale dans les stations (comme à Villars-de-Lans, dans l'Isère, ou à Pyrénées 2000).

Label

La Fédération française Handisport (FFH) a créé également un label de qualité récompensant les organismes ou les collectivités facilitant l'accès des personnes handicapées au sport.

Il faut proposer au moins trois activités adaptées dans un même site pour obtenir ce label. Renseignez-vous auprès de le FFH.

Enfin, la loi du 11 février 2005, "pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées", impose d'ici à 10 ans aux transports en commun et à l'ensemble des lieux recevant du public, qu'ils soient publics ou privés, de se rendre accessibles.

Un coût plus élevé

Le budget des vacances comprend généralement un surcoût lié à la prise en charge, partielle ou totale, d'un accompagnateur.

À titre d'exemple, en 2004, les handicapés physiques se voyaient proposer, dans les catalogues présentés par les associations spécialisées, un voyage de 19 jours au mois d'août à Annecy, avec 33 accompagnateurs pour 30 vacanciers adultes. Le coût de ces vacances était de 1403 euros, transport, hébergement et pension complète compris.

À la même période et dans les mêmes conditions, un séjour de 3 semaines en Bretagne adapté à de jeunes handicapés mentaux, avec 5 animateurs pour 10 enfants semi-autonomes, revenait en tout à 1685 euros.

Des aides pour financer son séjour

Des aides financières sont proposées aux handicapés pour leur permettre de partir en vacances :

Les bourses vacances de l'ANCV : l'Agence nationale pour les chèques-vacances attribue des bourses à des organismes qui travaillent sur le tourisme adapté. Ces institutions redistribuent ensuite l'argent aux vacanciers qui en ont le plus besoin. Pour connaître la liste des associations bénéficiaires : ANCV - 36, boulevard Bergson 95201 Sarcelles Cedex. Tél. : 0825 844 344 (0,15€ TTC/min)

Les aides des collectivités locales (commune, département, région), des comités d'entreprise ou des mutuelles ne doivent pas être négligées, même si elles ne sont pas systématiques.

Les bourses Jeunesse au Plein Air sont proposées à tous les enfants et peuvent être une source de revenu très utile pour financer un séjour adapté. Ces subventions sont données de manière individuelle aux familles pour aider au départ dans des centres de vacances ou de loisirs.

Les modalités d'attribution de ces bourses varient d'un département à l'autre.

Pour s'inscrire, il faut s'adresser au comité départemental de la Jeunesse au Plein Air. Les coordonnées sont disponibles à Jeunesse au Plein Air - 21 rue d'Artois - 75008 Paris. Tél. : 01 44 95 81 20 Fax. : 01 45 63 48 09 lajpa@jpa.asso.fr

Vacaf : cet organisme au service des caisses d'allocations familiales (CAF) :

  • facilite l'accès aux vacances du plus grand nombre de familles et d'enfants ;
  • favorise la mixité sociale ;
  • garantie la qualité d'accueil des familles allocataires dans ses 2 600 structures labellisées.

Les conditions d'attribution et le montant de cette aide varient selon la caisse. Renseignez-vous auprès de la CAF dont vous dépendez.

Le train : en bonne voie

La SNCF propose des réductions de tarifs aux accompagnateurs de handicapés sur présentation de pièces justificatives (carte d'invalidité, par exemple).

De plus, la priorité aux guichets est accordée aux détenteurs de la carte d'invalide de guerre ou de la carte nationale de priorité des invalides du travail, avec, à chaque fois, la mention "station debout pénible".

Un numéro vert donne des informations sur les services et les aménagements destinés aux personnes à mobilité réduite : !! SNCF Accessibilité service", 0 800 15 47 53.

En avion : demandez l'aide

Les voyages en avion à partir de Paris et des grands aéroports provinciaux sont facilités pour les personnes ayant besoin d'une aide pour se déplacer et effectuer les formalités nécessaires avant le décollage.

Elles peuvent ainsi bénéficier d'une assistance gratuite si elles en font la demande auprès de leur compagnie aérienne. Il leur suffit d'indiquer la nature et le degré de leur handicap lors de la réservation du billet. Une aide adaptée sera alors à leur disposition, et au moment de l'embarquement elles seront installées en priorité dans l'avion.