Une médecine du travail simplifiée

Une médecine du travail simplifiée

Depuis le 1er juillet, les missions des médecins du travail ont changé. Les visites seront moins nombreuses, plus ciblées, et parfois confiées à des infirmières.

class="field field-name-body field-type-text-with-summary field-label-hidden view-mode-full">

Des visites médicales avec des infirmières

  • Une visite médicale tous les deux ans reste la règle pour 16 millions de salariés. Mais elle peut être désormais effectuée par un(e) infirmier(ère), selon les directives du médecin du travail Loi du 20 juillet 2011 (J.O. du 24), décrets n° 2012-135 et 137 du 30 janvier 2012 (J.O. du 31).

  • Au mieux, les salariés voient le médecin tous les quatre ans. Toutefois, « l’infirmier ne pouvant délivrer d’avis pour inaptitude, il renverra vers le médecin du travail dans ce cas précis », indique le docteur Hélène Smith.
  • Le salarié peut toujours, à sa demande, obtenir un rendez-vous supplémentaire.

Une surveillance renforcée tous les 24 mois

  • Les salariés bénéficiant d’une surveillance renforcée (moins de 18 ans, femmes enceintes, travailleurs handicapés, salariés exposés à l’amiante, aux vibrations, au bruit, etc.) passent désormais une visite tous les 24 mois au lieu de 12 mois.
  • Les travailleurs de nuit bénéficient encore d’un examen tous les six mois.
  • Les mères allaitantes sortent du dispositif (arrêté du 2 mai 2012, J.O. du 8).

Un examen après 30 jours d’absence

  • Désormais, une absence d’au moins 30 jours pour maladie ou accident non professionnel, au lieu de 21 jours, sera nécessaire pour être convoqué à un examen à la reprise du travail. L’examen devra avoir lieu dans les huit jours. Son but : proposer un aménagements de poste, un reclassement, ou  prononcer un avis d’inaptitude.
  • La visite peut être précédée d’un examen de préreprise à la demande du médecin de la Sécurité sociale en cas d’arrêt de plus de 3 mois.
  • Autre changement : la visite pour absences répétées est supprimée.

La visite d’embauche

  • Elle doit toujours avoir lieu avant ou pendant la période d’essai, sauf pour les salariés soumis à surveillance médicale renforcée (voir ci-dessus) qui la passent avant l’embauche. Son but : informer des risques professionnels liés au poste et des moyens de les prévenir.
  • Les salariés en CDD sont dispensés de la visite d'embauche quand ils reprennent un emploi identique et qu’aucune inaptitude n’a été reconnue lors de la précédente visite.