Se soigner en dépensant moins

Se soigner en dépensant moins

Pour réduire votre budget santé, utilisez les réseaux de soins, les bilans gratuits, les centres mutualistes ou les pharmacies discount.

Bénéficier d’un bilan de santé

Un examen périodique de santé est offert tous les cinq ans aux assurés sociaux laissés sans soins dans 85 centres d’examens de santé.

Ce bilan comprend un entretien personnalisé avec un médecin qui conseille des examens biologiques, dentaires, visuels ou auditifs. Il commentera les résultats avec l’intéressé, en vue d’une prise en charge.

Renseignements sur ameli-sante.fr.

Suivre le réseau de soins coordonnés

Choisissez un médecin traitant, généraliste ou spécialiste, et respectez le parcours de soins. Il vous prescrira si nécessaire une consultation auprès d’un spécialiste pour laquelle vous réglerez des honoraires de secteur 1 remboursés à 70 %.

Si vous consultez un praticien sans passer par votre médecin traitant (sauf gynécologues, ophtalmologues et psychiatres), le taux de remboursement tombe à 30 % sur la base des tarifs de secteur 1.

Profiter des dépistages de santé gratuits

Les campagnes nationales de dépistage portent sur l’examen bucco-dentaire des enfants de 6 à 18 ans (M’T dents), le suivi de la grossesse et l’examen néonatal.

Elles concernent aussi le cancer colorectal, le cancer du sein et du col de l’utérus, le sevrage tabagique, le saturnisme et l’intoxication au plomb.

Consulter les centres mutualistes

Plus de 1 000 centres pluridisciplinaires de santé (municipaux ou mutualistes) offrent un large éventail de soins et d’investigations (radiologie, scanner, analyses, soins infirmiers, etc.) à des tarifs conventionnés (secteur 1) et sans avance de frais sur les actes les plus courants.

Les réseaux de soins mutualistes (MGEN, MGFI…) orientent vers des professionnels qui pratiquent des tarifs inférieurs de 10 à 20 % pour le dentaire, l’optique et l’audioprothèse. Renseignements sur centres-sante-mutualistes.fr et allo-medecins.fr.

Utiliser les centres de PMI

Les services départementaux de la protection maternelle et infantile (allopmi.fr) proposent des consultations gratuites, incluant les vaccinations obligatoires et le dépistage du handicap, pour les enfants avant 6 ans.

Sachez que les PMI participent aussi au signalement des enfants en danger (enquête médico-sociale).

Se soigner dans les centres universitaires

On peut changer de lunettes, recevoir des soins dentaires à moindre coût ou profiter des soins de pédicure et de podologie gratuits dans les centres universitaires des grandes villes. Ce sont des étudiants qui vous soigneront sous la direction d’un médecin enseignant.

Seule contrainte, se plier au calendrier universitaire et accepter des rendez-vous à des dates lointaines.

Profiter des pharmacies discount

Citypharma (plus de 100 points de vente), Lafayette pharmacie (55 points de vente) et d’autres encore proposent des médicaments d’automédication et des produits de parapharmacie (cosmétiques) à prix cassés.

Ces réseaux négocient en direct avec les labos et appliquent des rabais de 15 à 30 %. Des remises sont également proposées par les 121 pharmacies en ligne, agréées par les Agences régionales de santé.

Par ailleurs, en autorisant leur vente en grandes surfaces, la loi Hamon sur la consommation rend plus accessibles certains produits de santé jusqu’ici réservés aux pharmacies. C’est le cas des tests de grossesse (1 € au lieu de 10/12 €) et des produits d’entretien des lentilles notamment.

Faire baisser le prix des lunettes

Entre deux devis d’opticiens, il peut y avoir des écarts de 10 à 15 % sur des verres simples et jusqu’à 150 € sur des verres progressifs.

La solution : passer par les réseaux de soins des mutuelles qui s’engagent à modérer leurs tarifs ou encore acheter en ligne lunettes et lentilles.

Les ophtalmologues ont l’obligation d’indiquer sur l’ordonnance l’écart entre les pupilles afin que les lunettes commandées sur Internet puissent être parfaitement adaptées : de quoi faire baisser le prix d’environ 25 %.

Contraception gratuite pour les 15-18 ans

En présentant au pharmacien l’ordonnance d’un médecin, d’une sage-femme, d’un centre de PMI ou de planification familiale, les mineures de 15 -18 ans peuvent bénéficier d’une contraception gratuite.

De plus, la même ordonnance, si elle date de moins d’un an, leur permet de se faire délivrer des contraceptifs oraux pour six mois supplémentaires.

Se faire vacciner sans rien débourser

Près de 10 millions d’assurés – personnes de plus de 65 ans, malades chroniques ou en ALD – reçoivent, chaque année en octobre, par courrier, une invitation à retirer un vaccin antigrippe gratuitement chez un pharmacien, après consultation de leur médecin la première année.

De même, le vaccin pour se protéger de la rougeole, des oreillons et de la rubéole est remboursé à 100 % pour les jeunes jusqu’à 17 ans révolus.