Qui est votre médecin ?

Qui est votre médecin ?

La plaque à l'extérieur du cabinet d'un médecin renseigne sur les points forts que ce dernier peut mettre en avant. Les indications sont strictement encadrées par le conseil de l'ordre des médecins.

Les titres que les médecins inscrivent sur leurs ordonnances et sur les plaques apposées à l'extérieur de leur cabinet nous renseignent sur leur formation et leur parcours. En effet, après les neuf années de formation de base nécessaires pour devenir médecin généraliste, certains praticiens continuent à se former. Ils mènent parfois de front leurs consultations en cabinet et une carrière hospitalière ou participent à des cycles d'enseignement médical.

Quelques titres

Voici des exemples d'inscription que vous pourriez lire sa la plaque de votre médecin :

• "Docteur A., généraliste, attaché à l'hôpital Cochin".

En plus de son travail en cabinet, ce médecin est chargé d'une consultation à l'hôpital.

• "Docteur X., ORL, ancien praticien des hôpitaux de Bordeaux". Ce médecin, spécialiste des voies aériennes, a passé un concours pour devenir médecin à l'hôpital. Il a exercé à l'hôpital de Bordeaux.

• "Docteur Z., cardiologue, professeur des universités de Lille".

Ce cardiologue a déjà effectué une spécialité (les problèmes cardiaques). En plus de ses consultations à l'hôpital et dans son cabinet, il donne des cours à des étudiants en médecine.

• "Docteur A., médecine générale, titulaire du DU d'homéopathie".

À la fin de son cursus de médecine, ce praticien a poursuivi des études complémentaires et obtenu un diplôme universitaire (DU) dans une spécialité, l'homéopathie. D'autres peuvent avoir obtenu un DIU (diplôme interuniversitaire) ou une capacité - capacité en médecine d'urgence, par exemple, pour les urgentistes, DIU en échographie pour les gynécologues équipés d'appareils d'imagerie permettant de faire des échographies. Il existe plusieurs centaines de formations.

Peut-on tout inscrire sur une plaque ?

Certains de ces diplômes peuvent être inscrits sur les plaques et les ordonnances, d'autres pas, c'est le conseil de l'ordre des médecins qui tranche en établissant une liste de titres et qualifications autorisés. Par exemple, seul un cardiologue peut faire mention d'un DIU d'échocardiographie, ou un gynécologue de son DU de médecine fœtale. Les autres, bien que diplômés, ne pourront s'en prévaloir. Les médecins ont en effet l'interdiction de faire de la publicité. C'est pourquoi la dimension des plaques scellées à l'extérieur des cabinets ne doit pas excéder 25 x 30 cm. Leur intitulé doit être validé par le conseil de l'ordre.

Ce qui justifie les honoraires

Les titulaires de certains titres (ancien chef de clinique, ancien assistant, praticien chef de clinique…) peuvent passer de secteur 1 en secteur 2, c'est-à-dire en honoraires libres, s'ils ont exercé cinq années. Dans ce second secteur, les honoraires doivent être fixés "avec tact et mesure".

Résultat, un médecin généraliste prend 22 euros pour une consultation s'il est en secteur 1, et 30 à 50 euros en secteur 2. Pour un spécialiste, comptez entre 28 euros "dans le parcours de soins" et 33 euros "hors parcours" pour un praticien en secteur 1. Le spécialiste en secteur 2 pratique des honoraires libres supérieurs à 33 euros (comptez 50 à 90 euros). Renseignez-vous avant la consultation : le médecin est tenu d'afficher ses tarifs dans la salle d'attente, mais vous pouvez aussi les lui demander par téléphone au moment où vous prenez rendez-vous.