Maison de retraite : comment la choisir ?

Maison de retraite : comment la choisir ?

S'installer dans une maison de retraite est une décision importante, souvent douloureuse parce qu'elle touche à des problèmes d'ordre affectif et financier. Avant de se lancer dans une recherche, souvent longue et difficile, mieux vaut savoir... ce que l'on cherche.

Est-il préférable d'entrer en maison de retraite lorsque l'on est encore en relative bonne santé, avec peut être un handicap léger ou d'attendre d'avoir atteint les limites de l'indépendance ? Chaque formule a ses adeptes ! Dans tous les cas, mieux vaut établir dès le départ des critères de choix bien clairs...

Rester à domicile ou partir en maison de retraite ?

C'est à chacun de se demander quelle qualité de vie il veut. Si le maintien à domicile est généralement une priorité, il faut reconnaître parfois qu'une personne dépendante se trouve mieux prise en charge dans une bonne maison de retraite que dans sa famille ou chez elle. D'autant que cette solution n'exclut pas de revenir passer quelques jours ou les vacances chez ses enfants.

L'important est de prévoir

Il est indispensable de se préparer, de prendre le temps. Si l'initiative vient des enfants, ils ne doivent ni bousculer leur parent, ni faire pression sur lui. Quitter son domicile, laisser derrière soi ces petits riens qui ont fait sa vie, son histoire, sa mémoire est un déchirement. On ne part pas en maison de retraite comme on part en villégiature, même si on y voit une manière de rompre sa solitude, de se faire mieux aider, d'être plus en sécurité sur le plan médical.

Envisager cette éventualité, suffisamment à l'avance, permet de s'y faire à l'idée, de préciser ses choix. Il est vrai aussi que, même si elles ne veulent plus dire grand chose, les listes d'attente existent, surtout pour les maisons dont la réputation est excellente.

Savoir évaluer son état de santé

C'est l'un des premiers critères de choix. À 84 ans, on peut être encore en bonne santé ou n'avoir qu'un handicap mineur, une difficulté à marcher, un rhumatisme persistant, une mauvaise vue… On peut aussi être en bonne santé mais être dépressif et ne pas supporter la solitude.

La vieillesse n'est pas une maladie en tant que telle, mais elle impose des étapes d'adaptation. Pour chercher la bonne maison de retraite, il est important d'évaluer son capital d'autonomie, ou l'évolution d'un handicap et, dans cette optique, votre médecin traitant peut vous aider à faire le point. Il existe aussi dans les hôpitaux des consultations gérontologiques.

Une solution : les maisons de retraite évolutives

Il peut être judicieux de se tourner vers des maisons évolutives qui proposent dans un même lieu géographique plusieurs structures adaptées au degré d'autonomie, du studio indépendant à la maison de retraite avec soins médicaux. On peut ainsi, sans avoir à craindre un nouveau déménagement, passer de l'une à l'autre.

L'appréhension des personnes âgées est naturelle

Que va-t-on faire de mes meubles ? Va-t-on vendre mon appartement, ma maison ? Comment sont les autres résidents ? Qui va s'occuper de moi ? Me rendre visite ? Est-ce que je vais m'habituer, etc. ? On ne peut s'empêcher de penser aux pires situations révélées fréquemment dans la presse. Ne traitez pas à la légère ces questions qui ne sont pas des points de détails !

Pourtant, passé un certain temps d'adaptation, la majorité reconnaîtra que sa qualité de vie s'est améliorée, les uns se sont liés d'amitié avec d'autres résidents, d'autres ont retrouvé d'anciennes connaissances, et pour beaucoup la vie est plus confortable, plus gaie qu'avant. Certains disent même avoir rajeuni en maison de retraite !

Etre attentif aux souhaits des personnes âgées

Emporter avec soi son fauteuil, refuser de séparer de son animal de compagnie, préférer cette maison parce qu'on y retrouvera des amis, vouloir à tout prix un lieu de culte… c'est aux intéressés de décider, d'exercer leur liberté. Le parent âgé est obligé à de tels renoncements pour venir dans une maison qu'il est normal de tout mettre en œuvre pour le satisfaire.

Maison de retraite : le choix de l'emplacement

Entrer en maison de retraite n'est pas forcément un enfermement. Pouvoir sortir, aller au café, retourner dans l'épicerie ou le supermarché du coin de temps en temps, dans une boutique de vêtements, de cadeaux…, l'idéal est que l'emplacement soit le prolongement de celui de la vie d'avant, là où on avait ses habitudes.

Faut-il se rapprocher le plus possible des enfants ? Oui, si c'est vraiment le désir de tous ! Mais les voyait-on beaucoup avant ? Est-ce que les amis, les associations du quartier ne comptent pas tout autant ? Evaluez, plus que la distance, le temps qu'il faut pour que l'on vienne vous rendre visite, la facilité des transports.

Vérifiez la réputation des établissements

Bonne ou mauvaise réputation ? Vérifiez-la. Les bonnes maisons sont connues des assistantes sociales, des médecins… Le diplôme d'un directeur ou d'une directrice ne signifie pas forcément que la maison est bien tenue. Il faut beaucoup de motivation, avoir un esprit combatif et une bonne dose d'humanité pour diriger une maison de retraite.

Evaluer son budget

Savoir sur combien on peut compter permet de faire un choix réaliste. Entre 1 500 à 4 000 € selon l’état de santé (autonomie, dépendance légère ou lourde), le statut de la maison de retraite, les prestations proposées, l'écart peut être considérable et les ressources des retraités sont rarement à la hauteur de ces montants mensuels. Un coup de main des enfants est le plus souvent nécessaire.

Pour bénéficier de l'allocation de solidarité aux personnes âgées, il faut avoir des ressources annuelles inférieures à 8 907,34 € pour une personne seule et 14 181,30 € pour un ménage depuis le 1er avril 2011.

Dans tous les cas, il est recommandé de prendre contact avec sa caisse de retraite. Si elle participe au financement d'un certain nombre de maisons, elle dispose de places réservées pour ses allocataires. Ne jamais oublier de compter dans le prix les suppléments pour des services non compris, notamment dans les maisons de retraite privées.

Et aussi sur Dossier familial