La vie quotidienne à l'hôpital

Lors de l'arrivée programmée d'un patient à l’hôpital, il lui est possible de formuler des souhaits (chambre individuelle, télévision...). Il faut aussi savoir que certaines règles existent : prise des repas, heures de visites, risque de perte ou de vol d'objets...

Perte et vol d'objets ou d'argent : l'hôpital décline toute responsabilité

En raison des risques de vol ou de perte, il est en revanche déconseillé d’apporter des objets de valeur. Lors de son admission, le patient peut certes demander que ses biens personnels (bijoux, clés, argent, documents…) soient gardés dans le coffre de l’hôpital. Le trésorier lui remet un reçu dressant l’inventaire des objets gardés.

Une pièce d’identité du déposant est nécessaire pour le retrait et, si les objets sont retirés par un tiers, une procuration et la pièce d’identité de cette personne. Certains établissements disposent de coffres individuels installés dans la chambre.

Si l’hôpital décline toute responsabilité en cas de perte, de vol d’argent ou d’objets au sein de l’établissement, il est, en revanche, responsable de la disparition ou de la détérioration des objets déposés dans le coffre. Il est alors redevable au malade d’une indemnisation de son préjudice, en fonction de la valeur du bien, dans la limite de deux fois le plafond mensuel de la Sécurité sociale (soit 2 885 € x 2 en 2010).

Demander une chambre individuelle

La demande d’une chambre individuelle s’effectue au moment de l’inscription dans l’établissement. En fonction des disponibilités, ce choix sera ou non respecté. Il arrive qu’un patient en chambre individuelle au début de son séjour soit transféré dans une autre, collective, parce qu’une chambre à un lit est indispensable à un autre malade (en cas de risque infectieux, par exemple). Le supplément réclamé pour une chambre individuelle est pris en charge par certaines complémentaires santé.

Autorisation de se déplacer dans l'hôpital

Après en avoir informé le personnel médical, le patient est autorisé à quitter sa chambre et à se déplacer dans l’enceinte de l’établissement (cafétéria, bibliothèque, lieux de culte, espaces verts, etc.).

Ces déplacements seront éventuellement limités pour des motifs médicaux. Lorsque le patient souhaite quitter momentanément l’établissement, par exemple pour une raison familiale (assister à un mariage, voir un parent) ou pour voter, si son état le permet, il bénéficie d’une permission de sortie de 48 heures maximum. Elle est donnée par le directeur de l’hôpital après avis favorable du médecin chef de service.

La commission des relations avec les usagers est présente dans chaque hôpital, la commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge veille au respect des droits des patients et facilite leurs démarches. Les représentants des usagers y siègent, ainsi que le directeur de l’établissement, deux médiateurs, un médecin et un non-médecin.

Les repas à l'hôpital

Trois repas sont servis dans la chambre sur plateau individuel, le petit-déjeuner généralement vers 8 heures, le déjeuner vers midi et le dîner vers 18 heures. Chaque jour, l’aide-soignant propose un choix de menus pour le lendemain. Ceux-ci sont conçus par les diététiciens en fonction de l’état de santé du patient et de son régime alimentaire. Il est toujours préférable de demander l’avis du médecin, avant de consommer les boissons et aliments apportés lors des visites car ils peuvent être médicalement contre-indiqués. Les boissons alcoolisées sont interdites.

Communiquer à l'hôpital

Téléphone, télévision, Internet

Des cabines téléphoniques à carte sont disponibles dans l’enceinte de l’hôpital, généralement dans les halls d’accueil. Le patient peut aussi demander à avoir le téléphone dans sa chambre, ainsi qu’un poste de télévision. Il est important de se renseigner sur les tarifs et les conditions d’utilisation. Le médiateur de la République a constaté qu’une surtaxation des appels téléphoniques adressés à des patients (numéro en 08 taxés 0,15 €/min) était parfois appliquée.

Si l’utilisation des téléphones mobiles a longtemps été interdite à l’hôpital, de plus en plus d’établissements acceptent leur utilisation, y compris dans les chambres des patients. Leur usage reste cependant prohibé dans certaines zones sensibles (unités de soins intensifs, dialyse, blocs opératoires, salles de réveil…).

Selon les établissements, une connexion à Internet, payante, est possible depuis la chambre ou certains espaces.

Recevoir et envoyer du courrier est tout à fait possible. Afin de faciliter la distribution du courrier, le service dans lequel le patient est hospitalisé est mentionné sur l’enveloppe.

Visites autorisées l'après-midi

Sauf contre-indication médicale, les visites sont autorisées l’après-midi entre 13 heures et 20 heures. À titre exceptionnel, elles peuvent l’être en dehors de ces horaires. Ceux-ci sont plus restreints dans certains services (réanimation, soins intensifs…). Venir avec des enfants de moins de 14 ans n’est pas toujours admis.

Accompagnants

Certains établissements autorisent un membre de la famille de prendre un repas avec le malade. L’aide-soignant l’informe des modalités de réservation et de paiement de ce repas. Dans la plupart des hôpitaux, une cafétéria permet aux visiteurs de se restaurer. Sauf contre-indication, les patients peuvent les accompagner.

En fonction de l’état de santé du patient et des possibilités, le responsable du service peut autoriser un membre de la famille à passer la nuit près du malade. Des structures d’accueil spécifiques sont parfois prévues pour héberger temporairement les proches, en particulier les parents lorsque leur enfant est hospitalisé, ou la famille lorsqu’elle réside loin de l’hôpital. Les frais sont à la charge du parent, ils ne sont pas pris en charge par l’assurance-maladie, mais peuvent l’être par une complémentaire santé.