Hospitalisation : le retour à domicile facilité

Hospitalisation : le retour à domicile facilité

Quitter plus tôt l’hôpital en toute sécurité, c’est possible, grâce au programme d’accompagnement de l’Assurance maladie. Il est proposé soit aux personnes ayant accouché, soit à celles ayant subi une opération d'orthopédie, soit après un accident cardiaque.

Après un accouchement

Sur proposition de l’équipe médicale, certaines femmes peuvent rentrer plus tôt à la maison après leur accouchement.

Cette mesure concerne les mères, âgées d’au moins 18 ans, ayant accouché

  • d’un enfant unique,
  • par voie basse,
  • et sans complications.

La prise en charge à domicile est organisée par une sage-femme choisie par la mère. Elle lui rendra visite deux fois au cours des douze premiers jours suivant son retour à domicile.

Ce dispositif renforce le lien avec la médecine de ville et incite plus de femmes à recourir à la rééducation périnéale.

Fort de ce succès, l’Assurance maladie envisage d’étendre le dispositif aux césariennes sans complications, puis aux sorties après accouchement physiologique (naturel sans péridurale).

Après une opération d’orthopédie

Après une intervention chirurgicale, programmée ou non, portant sur 23 actes d’orthopédie (genou, hanche, fémur, etc.), le patient peut être invité à rentrer chez lui, dès lors que l’hospitalisation n’est plus jugée nécessaire.

La coordination médecine de ville-hôpital est assurée par le médecin traitant du patient sur la base du protocole de prise en charge des soins (actes de kinésithérapie, soins infirmiers, portage de repas, etc.) établi par l’équipe hospitalière.

Après un accident cardiaque

Un suivi à domicile sur une période de six mois après l’accident (décompensation cardiaque) est présenté au patient.

Avec son accord, un maillage très complet de rendez-vous est inscrit dans son carnet de suivi :

  • deux avec le médecin traitant,
  • huit avec l’infirmière,
  • un avec le cardiologue.

Il s’agit de sécuriser la sortie et d’éviter de nouvelles hospitalisations, voire des décès à moyen terme. Expérimenté dans six départements, le programme Prado insuffisance cardiaque a été étendu en 2014.

D’autres expérimentations de ce service d’accompagnement à domicile sont à l’étude pour les malades hospitalisés pour broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et pour ceux qui présentent des plaies chroniques (ulcères, escarres).