Bien choisir ses cosmétiques

Bien choisir ses cosmétiques

Savons, crèmes, maquillages et autres pommades sont notre lot quotidien. Contrôlés pour une sécurité absolue dès leur fabrication, ces produits soulèvent cependant quelques questions de santé.

 

 

Éviter tout incident de santé lié à un produit maison est un souci permanent pour les fabricants de cosmétiques. Le risque zéro est illusoire dans un secteur où il faut sortir en permanence des produits novateurs et toujours plus attractifs. C’est pourquoi des contrôles existent. Les pouvoirs publics, en particulier l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), contrôlent la production de cosmétiques et effectuent une surveillance du marché.

Les médecins, notamment les dermatologues, sont tenus pour leur part de déclarer à l’Afssaps tout incident (allergies, irritations…) lié à l’utilisation d’un produit. Résultat, en 2009, seulement trente-cinq réactions allergiques cutanées dues à l’utilisation de cosmétiques ont été signalées, la plupart provenant de teintures capillaires contenant du paraphènylènediamine (PDD) et du paratoluènediamine (PTD), quelques-unes de protections solaires.

Produits de beauté : identifiez les composants

Un produit cosmétique contient en moyenne quinze ingrédients, le plus complexe pas moins de quatre-vingt-cinq ! Comment décrypter leur composition ? « Ils sont répertoriés sur l’étiquetage par ordre décroissant d’importance, explique Laurence Wittner, de l’Observatoire des cosmétiques. Eau et corps gras (beurre de karité, par exemple) représentant environ 90 % du produit ». D’un simple lait hydratant à une crème de type « Cold Cream », le pourcentage d’émollients chargés en corps gras augmente progressivement. La composition des 10 % restant varie à l’infini : produits actifs, agents (lavant, détergent, texturant, gélifiant, hydratant), conservateurs, colorants, alcool, parfum… Dans ce domaine, on se heurte très vite aux secrets de fabrication des marques, sur un marché extrêmement concurrentiel.

« Tous les ingrédients sont obligatoi­rement indiqués sur l’emballage, mais les “recettes maison” ne sont pas facilement lisibles, résume Myriam Cohen, cosméto-dermato-pharmacienne. Les noms de plantes utilisées sont en latin et les autres ingrédients - des dérivés chimiques - sont en général incompréhensibles pour le consommateur. »

Tous les jours, avec les différents produits que nous utilisons, nous appliquons une centaine d’ingrédients sur notre peau. Plus que l’utilisation d’un cosmétique en particulier, c’est bien la superposition des soins quotidiens qui peut amener à dépasser les seuils de tolérance pour la peau. « Pour limiter les ingrédients redondants qui pourraient, au fil des années, être néfastes sur votre santé, mieux vaut utiliser des produits présentant une liste d’ingrédients courte et allant à l’essentiel (base + agent actif) », conseille Laurence Wittner.

Les produits de beauté à la loupe

Même si tous les ingrédients doivent être indiqués sur l’emballage, il reste difficile de déchiffrer la composition de certains cosmétiques. Nous avons donc choisi de citer les éléments indésirables les plus courants.

Produits Eléments indésirables Toxicité Eléments alternatifs
Gel douche Les conservateurs :
les parabens (methylparaben…),
le phénoxyyéthanol
(éther de glycol), BHT (Butylhydroxytoluène)…
Ces composés sont
autorisés même si ce sont des allergisants ou des cancérogènes reconnus par
le CRIC* (inhalation par brumisation sous la douche)
Des conservateurs naturels : glucose oxydase ou lactoperoxidase.
Aussi efficaces.
Crème hydratante Les huiles minérales et dérivés pétrochimiques : petrolatum, paraffinum liquidum… Ces agents créent
des irritations cutanées
et sont mauvais
pour l’environnement.
Des huiles végétales (argan, bourrache…), du beurre
de karité ou de cacao. Nourrissants et ayant
une action anti-âge.
Déodorant Les sels d’aluminium. Absorbés par les os et
le cerveau, ils provoquent
de l’irritation. Astringents,
ils réduisent la transpiration au risque de la bloquer.
Agents sans sels.
Aussi efficaces
et à moindre toxicité.
Lotion anti-rasage L’alcool. Potentiellement irritant, l’alcool assèche et tâche
la peau. C’est aussi
un photosensibilisant.
Baume ou crème
après-rasage
 : agents nourrissants, apaisant,
anti-âge, hydratant.

*Centre de recherche international sur le cancer.

Cosmétiques : préférez les produits bio et pratiques d'utilisation

D’une manière générale, préférez un produit sans parfum ou un déodorant à un antitranspirant contenant des sels d’aluminium dangereux pour un usage quotidien, même s’ils sont autorisés à concentration limitée. Vous pouvez aussi choisir les produits labellisés Cosmébio ou Écocert, facilement repérables à leur logo apposé sur l’emballage.

Cosmébio impose 95 % d’ingrédients d’origine naturelle, 10 % devant être issus de l’agriculture biologique, et interdit des colorants, parfums de synthèse, silicone et glycol, matières premières issues d’animaux morts et autres dérivés de la pétrochimie. Écocert garantit pour sa part que le produit a respecté la chaîne de la production biologique, de la fabrication jusqu’à l’emballage. Ces produits, offrant un bon rapport qualité-prix, sont disponibles dans les enseignes de la grande distribution.

Optez pour des flacons pompe

Stockés dans la salle de bains, un milieu chaud et humide propice aux bactéries, les produits de beauté sont proposés depuis peu dans des conditionnements évitant tout contact avec l’air : flacon pompe, airless, produit à usage unique. Ils sont préférables aux conditionnements en pots : puiser avec un doigt dans un pot de crème antirides, par exemple, c’est polluer inévitablement le produit. Des techniques de stérilisation UHT (identique au lait) sont mises en œuvre chez Dermatherm ou Carrefour.

Ce sont de bonnes alternatives aux conservateurs - parabène, phénoxyéthanol… - ou, du moins, une façon intéressante d’en réduire la quantité. Ces progrès sur les produits cosmétiques et leur conditionnement, ajoutés à la vigilance de chacun, contribuent, en tout cas, à réduire les risques pour la santé.

Quels cosmétiques sans élements indésirables choisir ?

« Les peaux réactives doivent bénéficier de soins spécifiques très doux. »

L’avis de l'expert Myriam Cohen, cosméto-dermatologue : " Choisir une crème pour peau sensible permet de limiter les risques d’irritation. Pour ces produits, les dermatologues suppriment les nettoyants basiques au profit des lotions micellaires spéciales - captant les impuretés à la surface de la peau -, et l’eau du robinet (calcaire) au profit de l’eau thermale.

Avec une peau réactive, il faut aussi éviter les acides de fruits, le rétinol, les gommages exfoliants trop agressifs, le parfum, et privilégier les formules hypoallergéniques et les actifs choisis pour leur très haute tolérance. Il existe des marques spécialisées dans ces produits antirougeurs comme les laboratoires Eucerin, Avène (Diroséal), La Roche-Posay (Rosaliac) ou Uriage (Roséliane). Mais en plus des soins, il faut aussi protéger sa peau du froid, du soleil, des écarts de température, éviter le tabac et l’alcool.

Pour en savoir plus

Site Web : www.observatoiredescosmetiques.com.
 Livres : « Bien choisir vos cosmétiques », Laurence Wittner, éditions Médicis, 2009, 15 €.
« Tout savoir sur vos produits de beauté, le guide des cosmétiques 2008-2009 », Myriam Cohen, éditions Flammarion, 2008, 22,90 €.

Et aussi sur Dossier familial