Pension d’invalidité et prime d’activité deviendront incompatibles en juin prochain

Pension d’invalidité et prime d’activité deviendront incompatibles en juin prochain
En juin, les pensionnés d'invalidité qui travaillent ne pourront plus demander la prime d'activité. - © BartCo

Les pensionnés d’invalidité et les titulaires de rentes accidents du travail-maladies professionnelles qui travaillent tout en ayant de faibles ressources ne pourront plus bénéficier de la prime d’activité à compter de juin 2018. Les allocataires de l’AAH en activité pourront toujours, eux, continuer à la percevoir.

La loi de finances 2018 prévoyait de mettre fin, à compter du 1er janvier 2018, à la prime d’activité pour les pensionnés d’invalidité en emploi ayant de faibles ressources. Finalement, « la fin du calcul dérogatoire de la prime d’activité pour les bénéficiaires de pensions, rentes d’invalidité et de rentes accidents du travail-maladies professionnelles (AT-MP) sera mise en œuvre à compter du 1er juin 2018 », a révélé le site d’actualité sur le handicap Faire Face.

Destinée aux travailleurs modestes, la prime d’activité est versée aux actifs de plus de 18 ans, à temps plein ou à temps partiel, qui perçoivent une rémunération inférieure à un certain plafond. Pour une personne seule sans enfant, il est par exemple fixé à 1 500 € nets par mois

Le montant de la prestation dépend des ressources et de la composition du foyer. Par exemple, un célibataire gagnant le SMIC reçoit 132 € de prime d’activité par mois.

6 600 pensionnés d’invalidité concernés par le non-cumul de la prime d’activité

Depuis le 1er novembre 2016, les bénéficiaires d’une pension d’invalidité ou d’une rente AT-MP ayant une activité professionnelle et remplissant les conditions de ressources avaient le droit de percevoir la prime d’activité. Un salarié célibataire touchant un salaire de 717 € par mois et une pension d’invalidité de 280 € pouvait ainsi percevoir 150 € de prime d’activité par mois. A partir du 1er juin prochain, il ne la touchera plus du tout. Quelque 6 600 travailleurs actuellement éligibles sont concernés.

En revanche, les allocataires de l’Allocation adulte handicapée (AAH) pourront continuer à toucher ce complément de revenus. Un décret du 6 février dernier définit le nouveau seuil à partir duquel il est possible de cumuler l’AAH et la prime d’activité en 2018.