Paje : la prime à la naissance ou à l’adoption

Paje : la prime à la naissance ou à l’adoption

La prime à la naissance ou à l’adoption s’adresse aux couples et ainsi qu’aux parents isolés qui attendent ou adoptent un enfant et dont les ressources ne dépassent pas certaines limites. Versée en une seule fois, elle permet de faire face aux premières dépenses liées à l’arrivée d’un enfant.

Les conditions requises en 2014

La prime à la naissance ou à l’adoption est ouverte en 2014 aux ménages dont les ressources 2012 ne dépassaient les plafonds.

Les mêmes plafonds de ressources (celles de 2012 pour une prestation demandée en 2014) s’appliquent pour la prime à l’adoption et à la naissance et l’allocation de base.

Nombre d’enfants à charge Couples avec un seul revenu Parent isolé ou couples avec deux revenus
1 enfant 35 480 € 46 488 €
2 enfants 42 576 € 53 984 €
3 enfants 51 091 € 62 499 €
par enfant
supplémentaire
+ 8 515 € + 8 515 €

Elle est réservée, dans le cadre d’une adoption, aux enfants de moins de 20 ans dont l’adoptant s’est adressé au service d’aide sociale à l’enfance (Ase).

Les justificatifs réclamés

Adresser la déclaration de grossesse à sa caisse d’allocations familiales et à sa caisse primaire d’assurance-maladie dans les quatorze premières semaines, ou les justificatifs concernant l’adoption ou l’accueil en vue de l’adoption de l’enfant.

Les ménages qui ne sont pas allocataires envoient aussi leur déclaration de situation (formulaire Cerfa n°11423*06) et une déclaration de ressources (formulaire Cerfa n°10397*15).

Les montants 2014 de la prime de naissance

La prime de naissance s’établit au 1er avril 2014 à 923,08 € et la prime d’adoption à 1 846,15 €. Son montant est identique à 2013, certaines allocations familiales ayant été gelées cette année.

La prime de naissance est versée au cours du septième mois de grossesse et, en cas d’adoption, le mois suivant l’arrivée au foyer ou le mois suivant l’adoption ou le placement en vue d’adoption si l’arrivée au foyer est antérieure.

En cas de naissances, d’adoptions ou d’accueils multiples en vue d’adoption, il est versé autant de primes que d’enfants nés, adoptés ou accueillis en vue d’adoption.

À qui la demander ?

Les salariés du privé et du public, les travailleurs indépendants, ainsi que les agriculteurs des Dom s’adressent à leur caisse d’allocations familiales (Caf), tandis que les salariés et exploitants agricoles en métropole se tournent, eux, vers leur caisse de mutualité sociale agricole (MSA).