Moteurs de recherche humanitaires : comment les utiliser ?

Moteurs de recherche humanitaires : comment les utiliser ?

Faire ses recherches sur Internet en passant par l’un des quatre moteurs humanitaires français permet de financer des associations non gouvernementales (ONG) sans mettre la main à la poche.

L’argent de la publicité est reversé (tout ou partie) aux associations. Les recherches passent par des moteurs reconnus comme Google ou Yahoo.

Chaque mois dans le monde, plus de 113 milliards de recherches sont effectuées sur le Web. Profiter de ce trafic intense pour soutenir des ONG sans débourser un centime, c’est l’idée des moteurs humanitaires, qui reversent aux associations l’argent généré par le trafic sur leur site.

Leur fonctionnement

Il vous suffit de troquer votre moteur de recherche habituel contre l’un des quatre moteurs humanitaires français. Les recherches s’effectuent exactement de la même manière.

L’argent reversé aux associations provient de la publicité ou des partenariats signés par le site avec les grands moteurs de recherche auxquels il apporte du trafic supplémentaire. Tous les moteurs vous permettent de choisir l’association à laquelle l’argent sera reversé.

Quel moteur choisir ?

- Doona, association loi de 1901, est le seul moteur humanitaire à reverser aux ONG l’intégralité des sommes collectées par le biais de la publicité. Les associations bénéficiaires sont choisies après un vote des ­utilisateurs. Doona revendique son système entièrement associatif et bénévole, mais ce moteur n’évolue pas, car son fondateur et ­président, étudiant en mathématiques, ne peut plus mener de front les deux activités et se cherche un successeur.

- HooSeek est une entreprise qui a conclu un partenariat avec trois moteurs de recherche sur lesquels repose le site. Google, Yahoo et Live lui versent une participation proportionnelle au trafic qu’il leur apporte. La moitié de cet argent est remise aux ONG. N’importe quelle association peut s’inscrire sur le site, ce qui amène HooSeek à en recenser près de 800 000, bien qu’elles ne soient que 1 300 à percevoir de l’argent. La plus financée actuellement est Kokopelli, qui œuvre pour la biodiversité et la diversité des semences.

- Dernier arrivé, VeoSearch est aussi une entreprise. Utilisant Google, Yahoo, Exalead et Ask, il offre également un portail shopping avec comparateur de prix propulsé par Kelkoo. Un millier d’associations sont représentées, qui perçoivent 50 % des revenus publicitaires du site. Depuis sa création en octobre 2007, VeoSearch a collecté plus de 90 000 €.

Plantez des arbres avec Ethicle

Fin 2008, Ethicle a passé un accord avec l’association Planète Urgence, spécialisée dans la reforestation : à chaque fois que le moteur enregistre cent recherches, il finance la plantation d’un arbre. Ainsi, plus de 12 300 arbres ont été plantés depuis le début de ce partenariat.

Les sommes collectées vont à deux programmes, l’un situé en Indonésie, l’autre au Mali. Les recherches sur Ethicle passent par Google.

Et aussi sur Dossier familial