Les solutions pour permettre aux aidants familiaux de faire une pause

Les solutions pour permettre aux aidants familiaux de faire une pause
Le relayage peut permettre à la personne en perte d’autonomie de conserver ses habitudes de vie. - © lettas

Vous vous occupez au quotidien de votre parent malade et vous souhaitez prendre des vacances ? Voici des solutions, avec l’expertise de Florence Leduc, présidente de l’Association française des aidants.

Le relayage, inspiré de l’expérience québécoise du baluchonnage, permet à des professionnels de prendre le relais de l’aidant au domicile de la personne en perte d’autonomie. Celle-ci garde ainsi ses habitudes de vie. Ce relais, assuré 24 heures sur 24 par des salariés de services d’aide et d’accompagnement à domicile, dure entre 2 et 6 jours. Mais il s’agit d’une solution coûteuse pour les familles (400 euros en moyenne pour une journée).

La loi pour « un État au service d’une société de confiance », parue le 11 août au Journal officiel, prévoit d’expérimenter le relayage pendant 3 ans. Des dispositions dérogatoires à la législation du travail permettent à des salariés volontaires de relayer l’aidant jusqu’à 6 jours consécutifs. Un décret doit toutefois être publié pour mettre en œuvre cette expérimentation.

Pour connaître les structures locales proposant cette solution de répit, on peut s’adresser au CLIC (centre local d’information et de coordination).

Hébergement temporaire en maison de famille

Une autre solution de répit encore peu connue est l’hébergement temporaire en maison de retraite. Elle permet aux personnes en perte d’autonomie d’être accueillies quelques jours ou quelques semaines dans un Ehpad qui dispose de places réservées à cet effet. Ces structures peuvent être localisées sur les sites Accueil-temporaire.com et Pour-les-personnes-agees.gouv.fr. La durée de l’accueil est limitée à 90 jours par an, pour un coût de 50 à 200 euros la journée.

L’accueil temporaire en famille permet 
à la personne âgée et/ou handicapée d’être accueillie au domicile d’un accueillant familial, contre une rémunération de 50 euros par jour en moyenne. Le conseil départemental délivre une liste des familles agréées.

L’allocation personnalisée d’autonomie

L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) peut être utilisée pour financer des frais d’hébergement temporaire, un accueil familial ou un relais à domicile jusqu’à 500 euros par an. Les caisses de retraite de base et complémentaire peuvent aussi contribuer à financer les solutions de répit.