L’allocation veuvage

L’allocation veuvage

L’allocation veuvage s’adresse au conjoint survivant d’un salarié qui n’a pas atteint l’âge pour prétendre à une pension de réversion. Cette allocation est temporaire.

Les conditions pour bénéficier de l’allocation veuvage

Pour bénéficier de l'allocation veuvage, le conjoint survivant (et non le concubin du défunt ou son partenaire lié au pacte civil de solidarité) doit :

  • résider en France,
  • avoir moins de 55 ans,
  • justifier de ressources inférieures 2 257,95 € par trimestre,
  • n’être ni remarié, ni pacsé et ni vivre en concubinage.

De plus, le défunt doit avoir été affilié à l’assurance vieillesse au mois 90 jours calendaires, consécutifs ou non, durant l’année précédant son décès.

Par ailleurs, pendant la durée du versement de l’allocation, le bénéficiaire doit informer l’organisme débiteur des changements intervenus dans sa situation. Des contrôles sur ses ressources sont effectués périodiquement.

À qui demander l’allocation veuvage ?

La demander d’allocation veuvage est envoyée au dernier organisme de sécurité sociale du défunt dans un délai de deux ans à compter du 1er jour du mois du décès du conjoint.

Il faut remplir les formulaires mis à disposition par chaque caisse ou téléchargeables sur www.lassuranceretraite.fr. On peut aussi le réclamer à Allo Retraite au 39 60 (0,09 € / minute). Il est nécessaire d’annexer notamment un justificatif d’identité et les bulletins de salaire du défunt.

Le montant de l'allocation veuvage

Le montant de l’allocation veuvage s’établit à 602,12 € par mois et est versé, tant que le bénéficiaire remplit toutes les conditions (notamment : pas de remariage, ni de conclusion d’un Pacs ou de concubinage) pendant deux ans maximum, en versement continu ou discontinu.

Le montant de l’allocation veuvage est revalorisé chaque 1er avril, par lettre ministérielle pour les montants et par arrêté pour les conditions de ressources.