Professionnels libéraux : cotiser plus pour améliorer ses futures pensions

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Media Raw Stock - iStock

Trois possibilités pour booster sa pension

Bientôt ou déjà à la retraite : recevez nos articles par email
Chaque semaine, recevez les dernières actualités "retraite" pour faire les bons choix !

La première, la plus évidente, consiste à travailler plus (lorsque cela est possible), pour cotiser plus, afin d’acquérir plus de droits dans son régime complémentaire.

La seconde passe par l’épargne retraite individuelle afin de se créer un complément de revenus.

La troisième, est moins connue : surcotiser. Elle n’est accessible qu’à certains professionnels libéraux affiliés à la Cipav (voir encadré ci-dessous) ou à la Cavec (pour les experts-comptables).

Surcotiser en classe supérieure et défiscaliser

Qu’est-ce qu’une surcotisation et comment l’activer ? C’est une option qui consiste à cotiser dans la classe de revenus immédiatement supérieure à celle de ses revenus d’activité réels (pour mémoire, les cotisations d’une année N sont toujours calculées en fonction des revenus de l’année N-2) qui doit être renouvelée chaque année. Par exemple, un psychologue dont les revenus retenus pour 2021 s’élèvent à 30 000 € net va automatiquement cotiser en classe B à hauteur de 2 913 € pour acquérir 72 points (cotisations et points sont déterminés de façon forfaitaire).

S’il choisit de surcotiser, il devra verser 4 370 €, mais il obtiendra 108 points de retraite complémentaire. « Cette surcotisation est une charge déductible, fiscalement comme socialement. Contrairement aux cotisations facultatives, de type prévoyance santé ou retraite supplémentaire individuelle, elle n’est pas réintégrée dans l’assiette de cotisations qui sert au calcul des charges de l’année suivante », fait judicieusement remarquer Pascale Gauthier, associée chez Novelvy Retraite.

Qui sont les libéraux affiliés à la Cipav ?

Les architectes, architectes d’intérieur, économistes de la construction, maîtres d’œuvre, géomètres-experts, ingénieurs-conseils, moniteurs de ski, guides de haute montagne, accompagnateurs de moyenne montagne, ostéopathes, psychologues, psychothérapeutes, ergothérapeutes, diététiciens, chiropracteurs, artistes non affiliés à la maison des artistes, experts automobiles, experts devant les tribunaux et les guides-conférenciers qui ont créé leur activité depuis le 1er janvier 2019. Les indépendants affiliés avant cette date à la Cipav dont la profession ne fait plus partie de la liste ci-dessus peuvent soit y demeurer, soit rejoindre la branche des indépendants du régime général.

 

A lire aussi