Retraite : le mariage, indispensable pour percevoir la pension de réversion

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Ridofranz - iStock

Qu’on se le dise : seules les personnes mariées ou l’ayant été peuvent percevoir une pension de retraite dite de réversion. Cette règle exclut donc les partenaires de pacs ou les concubins, même s’ils ont eu des enfants en commun. D’où l’intérêt, si ce n’est déjà fait, de se marier « afin de pouvoir offrir une véritable protection financière à son conjoint sans rien avoir à débourser, ce qui est tout de même remarquable », comme le souligne Dominique Prévert, dirigeant associé d’Optimaretraite.

Quels que soient les régimes de retraite auxquels votre (futur) conjoint marié a obligatoirement été affilié au cours de sa vie professionnelle, il n’est pas rare de pouvoir bénéficier d’au moins une pension de réversion, si ce n’est de deux, voire davantage...

Consultez le guide pratique "Je perds un proche"
Consultez le guide pratique "Je perds un proche"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    Chaque régime est concerné

    Comment est-ce possible ? D’abord, parce que les régimes de retraite ne sont pas exclusifs les uns par rapport aux autres : bénéficier d’une réversion d’un régime de base n’interdit pas de bénéficier d’une réversion complémentaire.

    Ensuite, parce que ces mêmes régimes de retraite prennent en compte tout le parcours de vie de la personne décédée. Autrement dit, et sous réserve de répondre aux conditions d’éligibilité, plusieurs ex-conjoint(e)s peuvent bénéficier de la réversion : elle est alors proratisée selon la durée respective de chaque mariage ! Et enfin, parce que chaque régime de retraite énonce ses propres conditions pour bénéficier d’une telle pension (âge minimum...).

    Chacun fixe ses règles

    Il est ainsi fréquent de ne pas avoir droit à une réversion parce que l’on dispose de revenus trop élevés dans certains régimes (au-delà de 21 320 € par an pour une personne seule et de 34 112 € par an pour une personne à nouveau en couple, qu’elle soit mariée, pacsée ou en concubinage, pour le régime général), alors que d’autres régimes n’en tiennent pas compte, comme l’Agirc-Arrco, par exemple. Certains régimes, comme ceux de la fonction publique SRE et CNRACL, prennent en compte la durée du mariage (quatre ans minimum)... sauf si un enfant est né au cours de celui-ci !

    A lire aussi