Et si vous optiez pour la retraite progressive pour éviter le malus Agirc-Arrco ?

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Astarot - iStock

La retraite progressive permet aux salariés qui le souhaitent de commencer à percevoir une partie de leur pension de retraite, dès 60 ans, tout en continuant à travailler à temps partiel. Ils cumulent ainsi pension de retraite et salaire à temps partiel. Lorsqu’ils cesseront définitivement de travailler, leur retraite sera recalculée pour tenir compte des trimestres et des points supplémentaires qu’ils ont acquis pendant cette période d’activité réduite.

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
  • Une « check-list »
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
J'y vais

Une double liquidation

« Dans le cadre de ce dispositif, les caisses de retraite procèdent à deux liquidations : une liquidation provisoire pour déterminer la partie de la retraite qui va être versée pendant la période de retraite progressive, puis une liquidation définitive pour intégrer les droits acquis pendant cette période. Les conditions d’application du malus-bonus dans le régime complémentaire Agirc-Arrco sont appréciées à la date de la liquidation de la retraite définitive », explique Pascale Gauthier, associée chez Novelvy Retraite.

Une stratégie gagnante

Pour contourner les règles du malus-bonus, une stratégie consiste à opter pour la retraite progressive à partir de 62 ans. Même si vous avez la durée d’assurance requise pour le taux plein, on ne vous appliquera pas de malus sur le montant de votre retraite progressive. Lorsque vous ferez liquider votre retraite, un an plus tard, vous y échapperez aussi puisque vous aurez fait le choix de prolonger votre activité. Vous pourrez même bénéficier d’un bonus si vous décalez votre départ d’au moins deux ans. La retraite progressive doit être envisagée comme un moyen de lever le pied dès 60 ans, mais aussi comme une solution pour prolonger son activité en douceur après 62 ans dans le but d’échapper au malus.

49 % des retraités ont subi un malus Agirc-Arrco. (Source : Drees, 2021)

A lire aussi