Salariés, négociez une rupture conventionnelle plutôt qu'un rachat de vos trimestres retraite

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Katarzyna Bialasiewicz - iStock

Certains salariés proches de l’âge de la retraite ou qui ont déjà 62 ans craignent d’être poussés vers la sortie avant de totaliser le nombre de trimestres requis pour obtenir leur retraite à taux plein. Ils s’interrogent sur l’opportunité de racheter leurs trimestres manquants pour ne pas subir la décote.

Un rachat pour 35 500 euros

Prenons, par exemple, le cas de Pierre, qui a calculé qu’il devait travailler jusqu’à 64 ans pour avoir la durée d’assurance requise pour liquider sa retraite à taux plein.

Peu avant son 62e anniversaire, sentant le vent tourner avec son employeur et craignant de ne pas pouvoir continuer à travailler jusqu’à l’âge de son taux plein, il décide de racheter les 8 trimestres qui lui manquent. Ce rachat lui permet de partir en retraite à 62 ans, avec à peu près la même pension que celle qu’il aurait perçue en travaillant jusqu’à 64 ans. Mais, même si les sommes déboursées pour racheter des trimestres sont entièrement déductibles du revenu fiscal, compte tenu du niveau de ses revenus, il doit débourser un peu plus de 35 500 € avant déduction fiscale.

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
  • Une « check-list »
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
En savoir plus

Être indemnisé par l’Assurance-chômage

Pour éviter de débourser une telle somme, il envisage de négocier une rupture conventionnelle l’année de ses 61 ans.  « Ce dispositif de séparation à l’amiable lui permet d’être indemnisé par Pôle emploi, comme en cas de licenciement », explique Philippe Charlin, président fondateur de Marche & Démarches. Après un délai de carence, il pourra alors être indemnisé jusqu’à ses 64 ans, c’est-à-dire jusqu’à l’âge auquel il aura le nombre de trimestres nécessaires pour prétendre à sa retraite à taux plein.

Cumuler des points Agirc-Arrco sur son salaire

La retraite à laquelle il pourra prétendre à 64 ans, après avoir été indemnisé par Pôle emploi, sera supérieure à celle qu’il aurait pu obtenir à 62 ans après un rachat de trimestres, car pendant ses deux années de chômage, il va continuer à accumuler des points. « Or, ces points sont calculés sur le montant de son dernier salaire et non sur son indemnité de chômage », explique Dominique Prévert, associé chez Optimaretraite.

Pour quelqu’un qui gagne bien sa vie et accumule environ 500 points Agirc-Arrco par an, cela représente un gain de 27 000 € si on le rapporte à la durée de son espérance de vie à la retraite. Tout compte fait, une rupture conventionnelle procure à Pierre un gain de l’ordre de 62 500 € entre les points supplémentaires acquis et l’économie réalisée sur le rachat de trimestres !

Bientôt ou déjà à la retraite : recevez nos articles par email
Chaque semaine, recevez les dernières actualités "retraite" pour faire les bons choix !

A lire aussi